Le prince Andrew manque la procession du château de Windsor après une « décision familiale »

Le duc d’York a été contraint de rester hors de la vue du public après une « décision familiale » de l’exclure de la traditionnelle procession de l’Ordre de la jarretière au château de Windsor.

Le dernier camouflet pour le prince Andrew assiégé faisait suite à des informations selon lesquelles le prince de Galles et le prince William avaient fait pression sur le monarque de 96 ans pour qu’il valait mieux qu’il reste à huis clos de peur d’un contrecoup sur l’un des principaux événements cérémoniels de le calendrier royal.

Des sources du palais de Buckingham ont confirmé qu’une « décision familiale » signifiait qu’Andrew n’était invité qu’au déjeuner et à l’investiture des nouveaux membres de l’ancien ordre, tous deux détenus en privé. Mais il n’était pas aux côtés d’autres membres de la famille royale, qui se sont rendus du château de Windsor à la chapelle Saint-Georges pour le service du jour de la jarretière.

La reine, qui a des problèmes de mobilité, n’a pas non plus rejoint le cortège mais était présente pour le déjeuner et la cérémonie d’investiture.

La décision semblait être de dernière minute car le nom d’Andrew figurait toujours sur une version d’un ordre de service imprimé, indiquant qu’il était initialement prévu qu’il participe à la procession. Une autre version de l’ordre de service, distribuée aux membres du public à l’extérieur de la chapelle, a omis son nom.

Le prince Charles et Camilla à la chapelle Saint-Georges lundi. Photographie : Tim Rooke/REX/Shutterstock

Trois nouveaux membres ont été installés : la duchesse de Cornouailles, Valérie Amos et Sir Tony Blair, qui a été nommé chevalier compagnon de l’ordre. L’honneur de Blair a conduit une centaine de manifestants de Stop the War à manifester devant l’enceinte du château avant le service, scandant à un moment donné: « Tony Blair, criminel de guerre ».

Garter Day aurait été la première fois qu’Andrew a été vu lors d’un événement public depuis qu’il a assisté au mémorial du duc d’Édimbourg en mars lorsqu’il a escorté la reine.

Son absence a mis en évidence les difficultés auxquelles la famille royale continue d’être confrontée quant au rôle formel, le cas échéant, qu’il peut jouer puisque sa réputation a été ternie par son implication dans une affaire civile d’agression sexuelle intentée contre lui aux États-Unis.

Cela vient au milieu de rapports selon lesquels il cherche un moyen de retourner à la vie publique d’une manière ou d’une autre. Le Telegraph a rapporté une source anonyme disant : « Le colonel des Grenadier Guards était son titre le plus convoité et il veut le récupérer. Étant resté conseiller d’État, il estime également qu’il devrait être inclus dans les événements royaux et d’État.

« Le plus important pour lui est son statut de HRH et de ‘prince du sang’ et il estime que cela devrait être rétabli et sa position reconnue et respectée. »

Andrew a été banni du balcon du palais de Buckingham après « un examen attentif » par la reine lors des célébrations du jubilé de platine ce mois-ci. Il a été invité au service d’action de grâces de la cathédrale Saint-Paul, mais l’a raté après avoir été testé positif au Covid.

Il a démissionné de ses fonctions publiques après une interview controversée de Newsnight sur son amitié avec le financier milliardaire et délinquant sexuel condamné Jeffrey Epstein. En janvier, il a été déchu de son titre de HRH et de ses parrainages militaires avant de régler l’affaire d’agression sexuelle civile de plusieurs millions de livres intentée par Virginia Giuffre. Elle avait accusé Andrew de l’avoir agressée sexuellement à l’âge de 17 ans et d’avoir été victime de la traite par Epstein. Andrew a toujours nié les réclamations, mais a réglé le procès pour 12 millions de livres sterling.

Inscrivez-vous à First Edition, notre newsletter quotidienne gratuite – tous les matins en semaine à 7h00 BST

En tant que membre de l’ordre, un honneur que lui a conféré sa mère, Andrew aurait eu le droit de prendre une part importante à la procession vers la chapelle Saint-Georges. Mais sans aucun doute, il y aurait eu des inquiétudes quant à la réaction du prince marchant dans ses robes en public, craignant même qu’il ne soit hué par les spectateurs. La reine lui aurait demandé de rester hors de la vue du public.

Joe Little, rédacteur en chef de Majesty Magazine, a déclaré: « C’était clairement l’intention qu’il soit là, car il figure sur l’une des listes. » Il a ajouté: « Intéressant que la famille ait besoin d’intervenir sur quelque chose comme ça et de le faire reculer, mais c’est clairement ce qu’il faut. »

Environ 4 500 spectateurs à l’intérieur des murs du château ont regardé la procession colorée de chevaliers et de dames jarretières dans leurs robes de manteaux de velours bleu, de capuchons de velours rouge, de chapeaux de velours noir et de plumes d’autruche blanches.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*