Opinion: Une révolution du côté de l’offre est nécessaire pour vaincre l’inflation sans écraser l’économie mondiale

MILAN, Italie (Project Syndicate)—Les efforts des banques centrales pour contenir une inflation élevée et croissante alimentent la croissance et menacent de faire basculer l’économie mondiale dans la récession. Mais la cause immédiate des pressions inflationnistes actuelles est un déséquilibre important, généralisé et persistant entre l’offre et la demande. Des taux d’intérêt plus élevés freineront la demande, mais les mesures axées sur l’offre doivent également jouer un rôle important dans les stratégies de maîtrise de l’inflation.

Au cours de la dernière année environ, le retour en arrière des politiques de confinement de la pandémie a provoqué une augmentation simultanée de la demande et une contraction de l’offre. Alors que cela était prévisible, l’offre s’est révélée étonnamment inélastique. Sur les marchés du travail, par exemple, les pénuries sont devenues la norme, entraînant des vols annulés, des chaînes d’approvisionnement perturbées, des fermetures de restaurants et des problèmes de prestation de soins de santé.

Le travail est vu sous un nouveau jour

Ces pénuries semblent être au moins en partie le résultat d’un changement de préférences provoqué par la pandémie. De nombreux types de travailleurs recherchent une plus grande flexibilité, y compris des options hybrides ou de travail à domicile, ou de meilleures conditions de travail. Les travailleurs de la santé, en particulier, déclarent se sentir épuisés par leur travail.

Si tel est le cas, le tableau de l’inflation doit inclure un ajustement des coûts relatifs de la main-d’œuvre. Pour rétablir l’équilibre des marchés, des augmentations de salaires et de revenus seront nécessaires, même pour les emplois pour lesquels il y avait auparavant une offre abondante de travailleurs.

«  Plus de 75 % du PIB mondial est produit dans des pays dont la population vieillit. Les ratios de dépendance des personnes âgées augmentent et, dans certains pays, la main-d’œuvre diminue.

Cette transition générera des pressions inflationnistes. Oui, les prix nominaux et les salaires ont une flexibilité limitée à la baisse. Mais en période de demande excédentaire, les entreprises essaient généralement de répercuter les coûts plus élevés via des augmentations de prix – et elles s’en sortent souvent, du moins pendant un certain temps.

Les blocages persistants associés à la pandémie, en particulier en Chine, qui reste attachée à sa politique zéro COVID, alimentent également l’inflation. Mais ces blocages finiront par s’atténuer, tout comme les contraintes de capacité à court et moyen termes causées par des changements dans la composition de la demande (en termes de produits et de géographie), même si certains persisteront pendant un certain temps. La capacité, que ce soit dans les ports ou les semi-conducteurs, prend du temps à se développer.

Changement global

Mais l’inflation d’aujourd’hui a des racines plus profondes. Au cours des dernières décennies, l’activation de quantités massives de main-d’œuvre et de capacités de production sous-utilisées dans les économies émergentes a généré des pressions déflationnistes. Ces ressources étant désormais considérablement épuisées, les prix relatifs de nombreux biens devraient augmenter.

De plus, il y a une poussée mondiale pour diversifier et, dans certains cas, localiser la demande et les chaînes d’approvisionnement, une réponse à la fréquence croissante des chocs graves et à la montée des tensions géopolitiques. Une économie mondiale plus résiliente coûte plus cher, et les prix en seront le reflet.

La guerre en Ukraine a non seulement accéléré cette transformation de la chaîne d’approvisionnement, mais a également causé l’énergie CL00,
+2,14%

NG00,
+5,62%
et nourriture W00,
-1.10%

C00,
-0,44%
les prix montent en flèche, exacerbant encore l’inflation, en particulier dans les pays à faible revenu. Dans le cas des combustibles fossiles, un modèle antérieur de sous-investissement dans la capacité à plusieurs points de la chaîne d’approvisionnement a aggravé le problème.

Mais il y a encore plus dans l’histoire. Plus de 75 % du PIB mondial est produit dans des pays dont la population vieillit. Les ratios de dépendance des personnes âgées augmentent et, dans certains pays, la main-d’œuvre diminue. Des gains de productivité pourraient contrer la contraction de l’offre de main-d’œuvre par rapport à la demande, mais après près de deux décennies de baisse de la croissance de la productivité, de tels gains ne sont pas au rendez-vous.

Ainsi, l’inflation augmente rapidement et les banques centrales sont sous pression pour prendre des mesures drastiques. Mais leur seule véritable option est de réduire la demande, en augmentant les taux d’intérêt FF00,
+0,00 %

TMUBMUSD10Y,
2,887 %
et retirer des liquidités. Ces mesures ont déjà stimulé une réévaluation massive des actifs SPX,
+0,44%,
y compris les devises BUXX,
+0,68%

EURUSD,
-0,82%,
et ils menacent de pousser la croissance mondiale en dessous de son potentiel, les économies à faible revenu souffrant de manière disproportionnée, et de réduire les investissements dans la transition énergétique.

Commerce, technologie, productivité

Il existe une autre voie : les mesures du côté de l’offre.

Le commerce et l’investissement ont depuis longtemps permis à l’offre d’augmenter rapidement en réponse à la demande mondiale croissante. Mais, depuis près de deux décennies, et surtout ces dernières années, la prolifération des barrières commerciales a ajouté des frictions à ce processus. Le protectionnisme rampant doit être inversé, le président Joe Biden supprimant les tarifs imposés par son prédécesseur, Donald Trump, et l’Europe accélérant l’intégration de ses marchés de services.

Michaël Souche : Si Biden voulait vraiment lutter contre l’inflation, il abrogerait les tarifs ratés de Trump qui augmentent les prix à la consommation

Parallèlement, des efforts doivent être faits pour améliorer la productivité. Les technologies numériques seront ici cruciales. Alors que la pandémie a contribué à accélérer la transformation numérique, de nombreux secteurs, y compris le secteur public, sont à la traîne et les inquiétudes concernant les effets de l’automatisation sur l’emploi persistent.

Mais dans un monde où l’offre est limitée et caractérisé par des pénuries de main-d’œuvre persistantes, les technologies numériques stimulant la productivité, associées à des salaires plus élevés pour les travailleurs, contribueraient grandement à améliorer l’équilibre entre l’offre et la demande. Par exemple, les outils basés sur l’intelligence artificielle peuvent remplir un large éventail de fonctions, du contrôle plus efficace des bagages dans les aéroports à l’analyse de l’imagerie médicale pour détecter les cancers. Au-delà des technologies numériques, les régimes réglementaires peuvent être rationalisés et améliorés, afin de réduire les goulots d’étranglement du côté de l’offre.

Un tel programme doit être appliqué aux secteurs public et privé. Au niveau international, les efforts visant à faciliter les échanges, à remédier aux rigidités de la chaîne d’approvisionnement et à combler les lacunes en matière de données seront essentiels. Sinon, les banques centrales devront faire face seules à l’inflation, avec des conséquences désastreuses pour l’ensemble de l’économie mondiale.

Michael Spence, lauréat du prix Nobel d’économie, est professeur émérite à l’Université de Stanford et chercheur principal à la Hoover Institution.

Ce commentaire a été publié avec l’autorisation de Project Syndicate — The Supply-Side Fight Against Inflation

Opinion: La construction de chaînes d’approvisionnement résilientes ne se fera pas du jour au lendemain, nous ferions donc mieux de commencer si nous voulons réduire les coûts

Opinion: Qui est qui des entreprises de puces et de technologie s’unissent pour faire avancer le méga projet de loi sur les semi-conducteurs au Congrès

La reprise du tourisme mondial pourrait prendre un certain temps, alors que «l’été des voyages de vengeance» est en proie au chaos, aux retards et aux soucis économiques

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*