Peter Brook, visionnaire influent du théâtre, décède à 97 ans

Le metteur en scène britannique révolutionnaire Peter Brook, dont l’énorme influence a atteint le monde entier, est décédé à l’âge de 97 ans.

Brook a redéfini notre façon de penser le théâtre avec ses productions à la Royal Shakespeare Company de Stratford ; aux Bouffes du Nord, le music-hall parisien délabré dont il a fait sa base pendant plus de 30 ans ; dans les villages africains, où ses comédiens improvisent des spectacles ; et sur les scènes grandioses et modestes visitées par son ensemble de globe-trotters.

Beaucoup de ses productions ont été célébrées pour avoir dépouillé le théâtre du superflu et distillé le drame à l’essentiel, présenté avec un œil clair et une touche élégante. La version RSC historique de Brook de 1970 du Songe d’une nuit d’été , influencée à la fois par un ballet de Jerome Robbins et le cirque de Pékin , a été jouée dans un cube blanc d’un décor et se vantait de trapèzes, d’échasses et d’une forêt de fil d’acier. Dans d’autres productions révélatrices de Shakespeare, il a dirigé John Gielgud, Laurence Olivier, Paul Scofield, Adrian Lester et Natasha Parry, avec qui Brook était marié. Ses productions étaient réputées pour leur diversité, Brook étant un pionnier de ce qu’il appelait le casting « riche en couleurs », par opposition au casting « daltonien ».

Il a également dirigé des comédies musicales, mis en scène la pièce américaine de protestation contre la guerre du Vietnam, co-créé une version expérimentale du mythe de Prométhée avec Ted Hughes et, dans une carrière française en 1985, a monté une célèbre version de neuf heures du Mahabharata. Il revient à l’épopée sanskrite avec sa production Battlefield de 2016, mise en scène avec sa collaboratrice de longue date Marie-Hélène Estienne.

L’un des penseurs les plus visionnaires et les plus influents du théâtre, il a écrit plusieurs publications dont The Empty Space (1968), dont l’ouverture expose sa vision : « Je peux prendre n’importe quel espace vide et l’appeler une scène nue. Un homme traverse cet espace vide, tandis que quelqu’un d’autre le regarde, et c’est tout ce qu’il faut pour qu’un acte de théâtre s’engage.

Kenneth Tynan a déclaré que le travail de Brook était destiné au « gourmet théâtral » car il « cuisine avec de la crème, du sang et des épices ». Brook a également travaillé dans le cinéma, y ​​compris une adaptation de Lord of the Flies en 1963, et dans l’opéra, réalisant des productions radicalement épurées de Carmen et The Magic Flute.

Révolutionnaire… La production RSC de Peter Brook du Roi Lear avec Paul Scofield, avec Diana Rigg dans le rôle de Cordelia. Photographe : Angus McBean/Ullstein Image via Getty Images

Il est né à Londres le 21 mars 1925 et, âgé de sept ans, a joué seul une version de Hamlet de quatre heures pour ses parents. Après avoir fréquenté le Magdalen College d’Oxford, il est rapidement entré au Royal Opera House, dirigeant l’opéra Salomé de Richard Strauss avec des dessins de Salvador Dalí. Il a dirigé Olivier comme Titus Andronicus à Stratford pour la Royal Shakespeare Company en 1955 et lorsque Peter Hall est devenu directeur artistique de la RSC en 1958, il a demandé à Brook de l’aider là-bas. Les productions RSC de Brook comprenaient une mise en scène de 1962 du Roi Lear – la pièce qu’il considérait comme « la réalisation suprême du théâtre mondial » – qui mettait en vedette Paul Scofield.

Plusieurs de ses spectacles ont été transférés à Broadway, dont l’avant-garde Marat/Sade, qui a remporté le prix Tony de la meilleure pièce en 1964. Le concept du spectacle était que le marquis de Sade montait un drame sur le révolutionnaire français Jean-Paul Marat joué par les détenus d’un asile psychiatrique.

En 1970, Brook s’installe à Paris où il crée son Centre international de recherche théâtrale. La compagnie s’est rendue en Afrique où ses comédiens ont donné des spectacles qui « n’utilisaient rien qui correspondait au théâtre de l’époque – nous voulions jouer devant un public qui n’était conditionné par rien. On ne ferait pas, même expérimentalement, une pièce avec un texte ou un thème ou un nom.

En 1974, il transforme un music-hall à l’abandon situé derrière la gare du Nord en une destination incontournable pour les amateurs de théâtre : les Bouffes du Nord. Le bâtiment délabré n’a subi qu’une rénovation minimale, de sorte que ses murs sont restés aussi brûlés que lorsque Brook les a trouvés. Il a ouvert le théâtre avec une production de Timon d’Athènes et les applaudissements ont fait tomber des morceaux de plafond.

Peter Brook met en scène Mahabharata au Théâtre des Bouffes du Nord à Paris.
Peter Brook met en scène Mahabharata au Théâtre des Bouffes du Nord à Paris. Photographie : Julio Donoso/Sygma via Getty Images

The Man Who, dont la première a eu lieu à Paris en 1993, s’inspire du livre du neurologue Oliver Sacks, The Man Who Mistook His Wife for a Hat, qui revisitait les troubles des patients de Sacks. Les propres recherches neurologiques de Brook ont ​​conduit à sa pièce The Valley of Astonishment, sur la synesthésie, co-créée avec Estienne et jouée au Young Vic à Londres avec Kathryn Hunter parmi la distribution.

Brook a dirigé Scofield et Lester dans le rôle de Hamlet pour l’écran ainsi que pour la scène, et son Mahabharata est également devenu une série télévisée épique. Il a été nommé CBE en 1965 et compagnon d’honneur en 1998. Sa dernière production, The Prisoner, a été mise en scène à Paris et au festival d’Edimbourg et au National Theatre de Londres en 2018.

Dans une interview de 2017 avec Michael Billington, Brook a expliqué à quel point il est important de «nager à contre-courant et de réaliser tout ce que nous pouvons dans le domaine que nous avons choisi. Le destin a dicté que le mien était celui du théâtre et, dans ce cadre, j’ai la responsabilité d’être aussi positif et créatif que possible. Céder au désespoir est l’ultime échappatoire.

Brook a épousé l’acteur Natasha Parry en 1951 et ils ont eu deux enfants, Irina et Simon, qui sont tous deux devenus directeurs de théâtre. Parry est décédé en 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*