Peter Brook était un éclaireur théâtral et un homme d’une curiosité sans bornes

jen 1979, Peter Brook réalise un film sur le livre de Gurdjieff, Meetings With Remarkable Men. J’ai eu la chance d’avoir d’innombrables rencontres avec l’homme remarquable qu’était Brook : il y avait des interviews dans les journaux, des émissions de radio, des rencontres publiques au Royal Exchange de Manchester et au National Film Theatre de Londres, des conversations privées aux Bouffes du Nord à Paris. Vous auriez pu penser que la répétition et l’obsolescence s’installeraient. Mais chaque rencontre avec Brook était, pour moi du moins, fraîche et revigorante.

Qu’est-ce qui m’a le plus frappé chez Brook ? Comme on pouvait s’y attendre du grand pionnier du théâtre moderne, sa curiosité sans bornes. Cela a pris plusieurs formes. Il a toujours été fasciné, pour commencer, par la mécanique des entretiens. Il voulait savoir comment fonctionnait le magnétophone, qui actionnait le feu vert dans le studio de radio, comment je transmettrais une interview écrite.

Il était aussi sans cesse curieux de l’état du théâtre britannique. Il voulait toujours entendre parler des dernières productions et était particulièrement désireux d’en savoir plus sur la SRC. La dernière fois que j’ai entendu parler de lui, c’était en réponse à un article que j’ai écrit sur l’avenir de l’entreprise où j’ai lancé l’idée qu’il serait peut-être temps qu’un acteur prenne la barre. J’ai reçu un e-mail de la belle-sœur de Brook, Nina Soufy, qui a dit que Peter avait vu l’article et était largement favorable.

Une autre chose que j’ai retenue de nos entretiens était l’accord de Brook avec ma thèse selon laquelle la division nette de sa carrière en deux phases, après son déménagement à Paris en 1970, était artificielle. J’ai longtemps soutenu que la quête de Brook pour une plus grande simplicité était visible dans des spectacles tels que son Stratford Tempest de 1957 et sa comédie musicale Irma la Douce de 1958. De même, son amour de la magie théâtrale nourrit son travail aux Bouffes du Nord. Mais Brook lui-même, dans une interview que nous avons faite à Manchester en 1994, a révélé que pour lui, le véritable changement dans son approche est venu avec la saison du Théâtre de la cruauté organisée à Lamda en 1964. Il m’a dit qu’auparavant, il avait toujours été contraint de travailler dans un poste fixe. délai et livrer un résultat.

Peter Brook dirigeant une répétition du Mahabharata aux Bouffes du Nord. Photographie : Julio Donoso/Sygma/Getty Images

Cette saison inspirée par Artaud lui a donné la liberté, pour la première fois de sa carrière, d’expérimenter, même si elle a donné lieu à une représentation publique et a alimenté sa production du Marat/Sade. S’il y a une division dans la vie et l’œuvre de Brook, je soupçonne qu’elle vient de l’antithèse chaman/showman que j’ai inventée il y a de nombreuses années et qui a été maintes fois répétée. C’est un joli jeu de mots mais je me sens un peu coupable car un chaman est un prêtre qui prétend communiquer avec les dieux. Brook n’a pas fait une telle affirmation : il était simplement un réalisateur, comme il me l’a dit un jour, « pénétrant dans les questions humaines à travers le matériel humain ».

Si Brook était en quête permanente, il n’a jamais perdu l’instinct du showman. Je lui ai demandé une fois pourquoi, dans sa production austère de La Tragédie de Carmen, il avait introduit une explosion de Bizet somptueusement enregistré juste avant le point culminant. « Eh bien », a-t-il dit, « un public a toujours besoin d’un ascenseur aux quatre cinquièmes d’un spectacle. »

Le meilleur exemple de son sens du spectacle, cependant, est venu quand j’ai vu sa production du Mahabharata à Zurich en 1987. La soirée a commencé par un discours de Brook dans lequel il a dit avec effronterie au public : « Nous allons passer la nuit ensemble. ” Je n’avais jamais connu Brook avant son émission avec une intro et je me demandais pourquoi il l’avait fait. J’ai eu ma réponse quelque 11 heures plus tard lorsque, alors que cette épopée de mort et de destruction se terminait sur une note d’harmonie guérisseuse, le mur du fond du théâtre s’est ouvert pour révéler la lumière du soleil de l’aube dansant sur les eaux du lac de Zurich. Brook avait tout chronométré à la perfection de sorte que, comme le Prospero de Shakespeare, il semblait avoir la nature elle-même à ses ordres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*