La crise de l’approvisionnement en pétrole montre des signes d’apaisement, selon l’AIE

La pire crise de l’approvisionnement en pétrole depuis des décennies montre des signes timides d’atténuation alors que la croissance économique en berne pèse sur la demande de brut tandis que les sanctions contre l’industrie pétrolière russe ont moins d’impact que prévu sur la production, a déclaré mercredi l’Agence internationale de l’énergie.

L’agence basée à Paris a revu à la baisse ses prévisions de demande de pétrole pour cette année et la suivante. Les prix historiquement élevés du baril de pétrole rebutaient les consommateurs tandis que l’affaiblissement de la croissance économique mondiale – lui-même le produit d’une inflation élevée et des politiques de la banque centrale – sapait la demande, a-t-il déclaré dans son rapport mensuel sur le marché pétrolier étroitement surveillé.

Pendant ce temps, les producteurs américains et canadiens menaient une augmentation de la production mondiale, tandis que les sanctions contre l’industrie pétrolière russe avaient moins d’impact sur ses niveaux de production que prévu initialement.

Cette combinaison montrait déjà des signes de peser sur les prix du pétrole. Brent brut BRN00,
+1,10%,
la référence internationale du pétrole, a chuté de 7,1% mardi à 99,49 dollars le baril, le rapprochant de son plus bas niveau depuis le début de la guerre en Ukraine en février. L’indice de référence du pétrole a légèrement augmenté de 1,1 % mercredi à 100,54 $ le baril.

Les prix du pétrole ont grimpé en flèche cette année, atteignant près de 130 dollars le baril dans le sillage immédiat de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Les principaux producteurs de pétrole ont été lents à augmenter leur production au même rythme que le rebond de la demande mondiale. Les sanctions occidentales contre la Russie ont coupé des millions de barils de pétrole à l’un des plus grands exportateurs de pétrole au monde, bien que le pays ait cherché d’autres acheteurs en Chine et en Inde.

Pendant ce temps, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole, un cartel des principaux producteurs de pétrole, a eu du mal à atteindre ses objectifs prévus d’augmenter progressivement la production. Les analystes disent que les membres du groupe sont sur le point de pomper du pétrole à leur capacité maximale. Le principal membre du cartel, l’Arabie saoudite, a hésité à augmenter sa production pour contrer la perte de pétrole russe. L’OPEP est alliée à la Russie et à un groupe d’autres producteurs, dans un groupement connu sous le nom d’OPEP+.

Ces prix élevés commençaient à décourager la demande de brut, a déclaré l’AIE. L’agence a réduit ses prévisions de demande pour l’année de 240 000 barils par jour à 99,2 millions de barils par jour. La demande en 2023 sera également inférieure de 280 000 barils par jour aux prévisions précédentes de 101,3 millions de barils par jour, a-t-il déclaré.

Pourtant, l’AIE s’attend à ce que l’impact sur la demande soit modeste, car un rebond de l’économie chinoise aidait à compenser la perte de demande de pétrole ailleurs dans le monde.

Les sanctions visant l’industrie pétrolière russe se sont également avérées moins préjudiciables à la production pétrolière du pays que prévu alors que la production américaine et canadienne augmentait, a déclaré l’AIE.

L’agence a relevé ses prévisions d’approvisionnement pour l’année de 300 000 barils par jour à 100,1 millions de barils par jour. L’AIE a relevé ses prévisions de production de brut russe cette année de 240 000 barils par jour à 10,6 millions de barils par jour.

En juin, l’offre mondiale de pétrole a bondi de 690 000 barils par jour pour atteindre 99,5 millions de barils par jour, en grande partie grâce à une production russe meilleure que prévu.

Alors que les sanctions ont pesé lourdement sur les exportations russes de pétrole, la hausse des prix du pétrole signifiait que Moscou gagnait toujours beaucoup plus qu’avant la guerre, selon les données de l’AIE. Alors que les exportations de pétrole du pays sont tombées à leur plus bas niveau depuis août 2021 en juin, les revenus des exportations de pétrole russe ont augmenté de 700 millions de dollars pour atteindre 20,4 milliards de dollars, soit 40 % de plus que la moyenne de 2021.

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole, dans son propre rapport sur le marché du pétrole publié mardi, a présenté une vision similaire de l’essoufflement de la croissance économique et de la baisse de la demande de pétrole.

L’OPEP a déclaré que la croissance mondiale passerait de 3,5% cette année à 3,2% en 2023, les économies d’Europe et des États-Unis souffrant le plus de la flambée de l’inflation et des mesures prises par les banques centrales pour augmenter les taux d’intérêt.

La croissance de la demande mondiale de pétrole ralentirait à 2,7 millions de barils par jour contre 3,4 millions de barils par jour en 2022, a déclaré l’Opep.

Écrivez à Will Horner à william.horner@wsj.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*