Comcast et les actions Charter déclassées alors que Barclays affirme que les entreprises ont « probablement dépassé le pic de croissance »

Dans le sillage de la croissance négative des abonnés au haut débit chez Comcast Corp. et Charter Communications Inc. la semaine dernière, l’analyste de Barclays, Kannan Venkateshwar, adopte une vision plus prudente du secteur du câble.

Il a déclassé les actions de Comcast CMCSA,
+0,07%
à un poids égal à celui en surpoids lundi, tout en abaissant sa note sur l’action CHTR de Charter,
+0,07%
à sous-pondérer à poids égal, avertissant que les entreprises pourraient rester sous pression compte tenu de facteurs macroéconomiques et concurrentiels.

Les actions de Comcast sont en baisse de 1,3% dans les échanges de lundi matin tandis que les actions de Charter sont en baisse de 1,0%.

L’une des principales sources d’inquiétude des investisseurs du câble est la présence d’une concurrence émergente sur le marché des services Internet, alors que les entreprises sans fil poussent vers l’avant avec des offres de fibre et d’accès sans fil fixe. Alors que les équipes de direction de Comcast et de Charter ont reconnu le paysage concurrentiel lors de leurs appels de résultats, elles ont soutenu que le facteur le plus important à l’origine des performances récentes était que les gens avaient déménagé en plus petit nombre qu’auparavant.

Venkateshwar ne semblait pas convaincu par les explications des câblodistributeurs.

« Alors que le câble a gagné en parts de marché par rapport au DSL au fil du temps et que des mouvements plus faibles auraient donc un impact sur les taux de croissance, il est mathématiquement impossible d’atteindre une croissance négative comme on l’a vu au dernier trimestre, uniquement en raison d’une activité de mouvement plus faible », a-t-il écrit. « De plus, la baisse de l’activité de déménagement n’est pas nouvelle et dure depuis des années et a tendance à s’aggraver pendant les récessions. »

Il a ajouté que même si les taux de déménagement s’amélioraient, « il existe de nouveaux éléments susceptibles de réduire la part du câble dans les ajouts bruts » – à savoir la dynamique concurrentielle émergente.

« La gestion de la charte semble presque dans le déni de concurrence en minimisant son impact, mais si TMUS développe l’accès sans fil fixe (FWA) dans toute l’étendue de sa plage de guidage (~ 500k + / trimestre), TMUS seul serait plus grand qu’Altice par le fin de l’année prochaine », a poursuivi Venkateshwar. « Il est difficile de voir que cela n’a pas d’impact structurel sur le câble alors que les ajouts globaux de réseaux de câbles ont été d’environ 3 mm au cours des années normales et que TMUS et VZ pourraient à eux seuls ajouter 2 à 2,5 mm de sous-marins FWA par an. »

Venkateshwar n’est pas sûr que FWA représente « une solution viable pour les opérateurs de télécommunications à long terme » compte tenu des besoins en capacité, mais a déclaré que pour le moment, T-Mobile US Inc. TMUS,
+0,02%
et Verizon Communications Inc. VZ,
-0,13%
ont des « coûts marginaux faibles en raison de l’excès de spectre ».

« Par conséquent, même si FWA s’avère non viable à long terme, cela pourrait encore être un vent contraire important pour le câble au cours des 2-3 prochaines années », a-t-il écrit.

De plus, avec l’aide du financement gouvernemental, davantage de personnes pourraient passer du DSL à la fibre, et AT&T Inc. T,
+0,24%
s’est concentré sur la croissance de son empreinte fibre.

Venkateshwar a reconnu qu’une critique de son analyse pourrait être qu’il n’accorde pas suffisamment de crédit aux câblodistributeurs pour développer leur propre empreinte, mais il ne voit pas beaucoup de corrélation entre l’expansion de l’empreinte et les taux de croissance du haut débit pour Comcast, Charter et Altice USA. Inc. ATUS,
-1,19%
quand on regarde les cinq dernières années. En conséquence, il s’attend à ce que les entreprises obtiennent encore moins d’avantages marginaux dans un monde caractérisé par une concurrence croissante.

« Dans l’ensemble, ces facteurs impliquent que les plus grandes entreprises de câblodistribution, Comcast et Charter, ont probablement dépassé leur pic de croissance et le débat se résume donc au degré d’inconvénient des ajouts nets à large bande à l’avenir », a-t-il écrit. Venkateshwar a déclaré que son analyste suggère que « les câblodistributeurs pourraient connaître une croissance stable l’année prochaine et potentiellement négative par la suite, à moins que leur rythme d’expansion de l’empreinte et de pénétration marginale de cette base élargie ne s’accélère ».

Il a noté que les entreprises ont augmenté le nombre d’abonnés au sans fil, bien qu’il se pose des questions sur le potentiel économique à long terme de leur implication dans le sans fil. Dans l’état actuel des choses, Charter et Comcast ont un accord d’opérateur de réseau virtuel mobile (MVNO) avec Verizon qui permet aux entreprises de tirer parti du réseau de Verizon.

Voir aussi: La croissance d’Internet de Charter se débat, mais un analyste voit un « Acte III » à l’horizon

« Cette stratégie a du sens pour tester le marché et lancer un service, mais ancrer un pivot stratégique à long terme à l’échelle que les câblodistributeurs tentent sur le réseau de quelqu’un d’autre n’est pas viable à notre avis », a-t-il écrit. « Si les câblodistributeurs continuent de faire face à des défis dans le domaine du haut débit, ce que nous pensons probable, ils n’auront peut-être d’autre choix que d’investir dans une infrastructure sans fil plus étendue sous une forme ou une autre pour tirer parti de l’échelle du sans fil. »

Venkateshwar rejoint plusieurs autres analystes qui ont déclassé les actions de Comcast à la suite des derniers résultats. Les actions de Comcast sont en baisse de 26% jusqu’à présent cette année, tandis que les actions de Charter sont en baisse de 34%.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*