Les parties belligérantes du Yémen conviennent de prolonger le cessez-le-feu de deux mois supplémentaires

L’ONU a annoncé que les parties belligérantes au Yémen ont convenu de prolonger le cessez-le-feu actuel de deux mois supplémentaires.

Tard mardi, le gouvernement et les rebelles houthis se sont engagés à intensifier les efforts de négociations, a déclaré Hans Grundberg, envoyé spécial pour le pays.

La nouvelle apportera un certain soulagement aux citoyens qui se préparaient au retour de la guerre après ce qui a déjà été une trêve difficile de quatre mois.

La pause des combats parrainée par l’ONU et la prolongation convenue cette semaine ont été le plus long répit que le Yémen ait connu dans le conflit de sept ans, qui a opposé le gouvernement internationalement reconnu, soutenu par une coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite, aux rebelles houthis alignés sur l’Iran. , qui contrôlent la majeure partie du nord du Yémen.

Mais le pays le plus pauvre de la région arabe reste brisé par une guerre acharnée, certaines régions étant confrontées à la famine dans ce que l’ONU a qualifié de pire crise humanitaire au monde.

Plus de 24 millions de personnes, soit près de 80 % de la population du pays, ont besoin d’aide humanitaire, dont 13 millions d’enfants. L’UNICEF a affirmé que la guerre a vu le nombre de femmes mourir en couches augmenter en moyenne de 12 par jour et que six nouveau-nés meurent toutes les deux heures dans le système de santé dévasté du pays.

« Nous menons une guerre sur plusieurs fronts », a déclaré le travailleur humanitaire yéménite Ali al Jafri. «Là où ce n’est pas la pauvreté et la famine, c’est l’extrémisme ou la corruption du gouvernement. Nous sommes sous une pression immense », a déclaré Jafri, du Croissant-Rouge des Émirats (ERC).

Depuis 2010, le début de l’instabilité au Yémen, le prix de la farine a augmenté d’environ 3 000 %, alors qu’au début de cette année, face à des déficits de financement, le Programme alimentaire mondial a réduit son soutien à 5 millions de personnes parmi les plus pauvres du pays.

Des Yéménites se rassemblent dans un camp pour personnes déplacées près de Sanaa, le 30 juillet 2022. En mars 2022, environ 4,3 millions de Yéménites avaient été déplacés par les combats. Photographie : Yahya Arhab/EPA

L’ONU prédit la famine cette année. « Les Yéménites ordinaires choisissent entre les coûts vitaux de la vie comme le loyer ou la nourriture », a déclaré Jafri, dans un pays où une grande partie de la population vit avec moins de 1,60 £ par jour.

Le coût du pain a été multiplié par six, des prix manipulés par le gouvernement qui augmente les coûts lorsque l’aide se fait rare et les réduit lorsqu’il y a eu des livraisons d’organisations caritatives. L’ERC a récemment travaillé avec l’Office of Trade and Commerce du pays sur un essai avec 15 boulangeries pour voir l’impact de l’aide sur la réduction des prix.

« Lorsque nous donnons aux boulangeries, le prix du pain baisse, c’est pourquoi ces dons sont essentiels pour contrer l’inflation et les problèmes de l’effondrement de la monnaie, d’autant plus que le pays cherche maintenant des sources alternatives de céréales à la suite de la guerre en Ukraine », a déclaré Jafri.

Lors du procès en avril, le mois sacré musulman du Ramadan, l’organisme de bienfaisance a fait don de farine gratuite à 15 boulangeries pendant un mois et a réussi à amener les détaillants à réduire le prix de 70 riyals yéménites (23p) à 30 (10p) pour un pain, mais les boulangers ont refusé de maintenir des prix bas, souffrant qu’ils étaient de l’inflation et de la hausse des loyers.

Suhair Saeed Omer, spécialiste en médecine familiale à la clinique Al Mahwar de Mukallah, l’un des nombreux hôpitaux construits ou rénovés par le Croissant-Rouge des Émirats, a déclaré que le Yémen ne peut pas se passer du soutien international. « Sans l’aide étrangère, cette clinique ne pourrait pas faire le travail important qu’elle fait », a-t-elle déclaré. « Nous ne pouvons tout simplement pas nous en passer. Nous avons de la chance d’avoir ce soutien, mais beaucoup d’autres Yéménites ne l’ont pas. »

Plus de 3 millions de personnes ont été déplacées de leur foyer depuis 2015 ; 150 000 personnes, combattants et civils, ont été tuées.

La guerre a également contraint une génération de garçons à une vie de violence. À 16 ans, Basem* est devenu de facto le chef de sa famille après que son père a été tué dans une embuscade en bord de route, abattu par un homme armé d’Al-Qaïda près de la maison familiale à Shahar, dans la province d’Hadramut.

Basem a dû quitter l’école et gagne maintenant 85 £ par mois en tant que peintre, pour subvenir aux besoins de sa mère et de ses cinq frères et sœurs plus jeunes. « Cela a été très difficile », a-t-il déclaré. « Personne ne m’a dit quoi faire, alors j’ai juste dû régler les choses au fur et à mesure. » Son père a laissé des dettes qui ont aggravé les choses. « Les agents de recouvrement ont continué à venir quelques jours seulement après la mort de mon père. Il n’y a pas de mots pour expliquer à quel point j’avais peur.

Shahar, libéré d’Al-Qaïda par les forces des Émirats arabes unis qui, soutenues par le gouvernement, contrôlent désormais temporairement la région, a considérablement changé, a-t-il déclaré. « À l’époque, nous ne pouvions même pas quitter la maison, mais même à la maison, nous ne nous sentions pas en sécurité. Nous ne pouvions même pas laisser les choses dehors car elles seraient volées. Aujourd’hui, Dieu merci, la vie est très différente.

Des enfants scandent des slogans blâmant les États-Unis et Israël pour la guerre lors d'une cérémonie marquant la fin des camps religieux et d'entraînement d'été, Sanaa, 27 juin 2022.
Des enfants scandent des slogans blâmant les États-Unis et Israël pour la guerre lors d’une cérémonie marquant la fin des camps religieux et d’entraînement d’été, Sanaa, 27 juin 2022. Photographie : Yahya Arhab/EPA

Les rebelles houthis utilisent le cessez-le-feu pour augmenter le recrutement forcé d’enfants soldats, selon des enquêteurs locaux sur les droits. Les Houthis contrôlent de vastes zones et à mesure que cela s’étend, son armée en fait de même. Dans la province de Hodeida, où les Houthis contrôlent 24 des 26 villes, il y a un nombre record de 19 500 enfants inscrits dans son camp d’été – sur une population d’âge scolaire de 56 000 – contre 8 500 l’année dernière ; dont 3 000 ne sont jamais partis.

Les abus sont monnaie courante, avec plus de 60 cas de viol signalés depuis le début des camps de Hodeida en avril, tandis qu’au moins 10 personnes sont mortes, soit lors d’entraînements, soit dans des accidents avec des armes.

« Les tactiques d’intimidation ont augmenté, tout comme la zone de terre contrôlée par les Houthis », a déclaré la source, qui a requis l’anonymat pour des raisons de sécurité. « Il est impossible pour les familles de dire non quand leur enfant est appelé. » Des « envoyés culturels » houthis sont dans les écoles, gérant les inscriptions tout au long de l’année, mais l’été est la période de pointe. Alors que les parents pauvres du pays cherchent des moyens de nourrir leurs enfants, les camps offrent une issue et Al-Qaïda utilise des pots-de-vin sous forme de nourriture et d’argent.

L’Unicef ​​a déclaré que plus de 10 200 enfants ont été tués ou mutilés dans le conflit et que des milliers d’autres ont été recrutés dans les combats. On estime que 2 millions d’enfants sont déplacés et 2 millions non scolarisés, ce qui les rend encore plus vulnérables.

« Au lieu de la paix, ce cessez-le-feu est le moment où les Houthis renforcent leur armement et lancent une forte campagne de recrutement », a déclaré le chef de l’équipe d’enquêteurs : « Il y a de plus en plus de cargaisons d’armes en provenance d’Iran vers le port de Hodeidah. Le monde ne peut pas détourner le regard maintenant simplement parce qu’il y a un cessez-le-feu.

Thomas Juneau, professeur adjoint à l’Université d’Ottawa et chercheur au Centre d’études stratégiques de Sana’a au Yémen, a déclaré que les profondes divisions entre les factions tribales et les groupes extrémistes affaiblissent toute capacité à trouver l’unité face à l’influence croissante des Houthis, qui restent dominant militairement et politiquement.

Avec un nouveau conseil présidentiel au pouvoir après la démission du président Abd Rabbo Mansour Hadi, trouver un terrain d’entente reste une préoccupation. « La marginalisation de l’ancien président Hadi et la création du nouveau conseil présidentiel sont des étapes positives pour essayer de créer un front plus fort pour les contrer. [the Houthis], mais c’est loin d’être suffisant », a déclaré Juneau. Le conseil devant réunir les nombreuses factions rivales opposées aux Houthis.

« Il ne fait aucun doute dans mon esprit que les Houthis ont utilisé et continueront d’utiliser le cessez-le-feu pour se regrouper. C’est ce qu’ils ont fait dans le passé, et il y a tout lieu de croire qu’ils continueront.

* Le nom a été changé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*