Une province canadienne déclare l’urgence au milieu des pires incendies de forêt depuis plus de 50 ans

[ad_1]

Les autorités de la province la plus à l’est du Canada ont décrété l’état d’urgence alors que les équipages combattent les pires incendies de forêt que la région ait connus depuis plus d’un demi-siècle.

Des incendies tentaculaires ont consumé des milliers d’hectares de forêt à Terre-Neuve-et-Labrador au cours des deux dernières semaines et restent incontrôlables.

« Au cours des 36 dernières heures, les choses ont changé », a déclaré dimanche le premier ministre Andrew Furey aux journalistes. «Nous prédisions que nous pourrions gérer cela. Cependant, avec le changement de vent, nous craignons qu’il y ait un impact important de la fumée… C’est une situation dynamique et évolutive comme tous les incendies, mais nous ne pouvons pas attendre la dernière minute – nous devons agir maintenant.

Furey a déclaré que son gouvernement avait décrété l’état d’urgence « non pas pour semer la panique » mais pour s’assurer que la province était en mesure de mieux gérer l’évolution rapide de la situation.

Des incendies brûlent depuis près de deux semaines dans le centre de Terre-Neuve, aidés par des vents violents. L’incendie de Paradise Lake est estimé à plus de 6 500 hectares (16 062 acres) et l’incendie de Bay d’Espoir à plus de 5 000 hectares (12 355 acres).

Les grands incendies de forêt sont relativement rares dans la province de l’Atlantique. Mais un été de chaleur sèche et intense a rendu ses forêts vulnérables à des incendies immenses et rapides.

Craig Coady, commandant des incidents du département des ressources naturelles, a déclaré aux journalistes que les équipages avaient été témoins d’un « comportement de feu extrême » ces derniers jours, ce qui inquiétait les responsables.

« Nous nous attendons à ce que cela continue pour aujourd’hui et peut-être pour les prochains jours. Cela est dû aux vents violents et à la faible humidité.

Coady a déclaré qu’une épaisse fumée compliquait les efforts de lutte contre les incendies.

« Si la [water] les bombardiers ne peuvent pas voir devant l’incendie et il y a trop de fumée, ce n’est pas sûr pour eux d’opérer », a-t-il dit, ajoutant que la mauvaise qualité de l’air était également le plus gros problème pour les résidents à proximité.

La province n’a pas encore ordonné d’évacuation, mais les autorités ont déclaré qu’elles étaient prêtes à ordonner aux résidents de quitter toute communauté à risque. Le personnel militaire canadien serait déployé pour aider aux efforts d’évacuation, a tweeté dimanche le ministre fédéral de la Protection civile, Bill Blair.

La province a également élargi son interdiction de faire des feux à l’extérieur, qui interdit désormais d’allumer des feux sur ou à moins de 300 mètres des terres forestières. Cette décision est nécessaire pour aider à réduire la probabilité que de nouveaux incendies soient créés par accident ou par négligence.

« Hier soir, j’ai vu deux personnes lancer des mégots de cigarettes et j’ai pensé que c’était complètement fou », a déclaré à la presse Derrick Bragg, ministre des Pêches, des Forêts et de l’Agriculture. « C’est imprudent et nous n’en avons pas besoin. »

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*