Les États du Moyen-Orient en attente d’une manne de 1,3 milliard de dollars grâce aux revenus pétroliers supplémentaires

Selon le Fonds monétaire international, les États du Moyen-Orient devraient toucher une manne de 1,3 milliard de dollars (1,09 milliard de livres sterling) grâce aux revenus pétroliers supplémentaires au cours des quatre prochaines années.

Le FMI a déclaré vendredi qu’il s’attendait à ce que les exportateurs de pétrole et de gaz de la région, notamment les États du Golfe, bénéficient de prix élevés et d’opportunités d’accroître leur part de marché.

Le secteur pétrolier et gazier est en pleine mutation suite à l’invasion russe de l’Ukraine, qui a bouleversé les marchés et fait grimper les prix. La Russie a augmenté ses exportations de pétrole vers les pays asiatiques, tandis que la tactique de Vladimir Poutine consistant à limiter les approvisionnements en gaz en Europe a laissé les pays à la recherche de nouvelles sources d’approvisionnement.

Jihad Azour, directeur du FMI pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, a déclaré au Financial Times que les pays du Moyen-Orient pourraient s’attendre à recevoir 1,3 milliard de dollars de plus en revenus cumulés que prévu avant l’invasion de l’Ukraine.

Il a déclaré que les États du Golfe devaient utiliser l’aubaine pour « investir dans l’avenir », y compris des efforts pour passer à des sources d’énergie plus vertes. « C’est un moment important pour eux de… accélérer dans des secteurs comme la technologie [domestically] car c’est quelque chose qui leur permettra d’augmenter leur productivité », a déclaré Azour.

« En outre, leur stratégie d’investissement pourrait bénéficier du fait que les prix des actifs se sont améliorés pour les nouveaux investisseurs, et la capacité d’augmenter leur part de marché dans certains domaines sont également des opportunités. »

La manne devrait profiter à certains des plus grands fonds souverains du monde, notamment la Qatar Investment Authority, le Public Investment Fund (PIF) d’Arabie saoudite, la Kuwait Investment Authority et Mubadala et l’ADQ d’Abu Dhabi.

Les États du Golfe devraient dépenser le produit du boom pétrolier pour construire d’énormes projets d’infrastructure, ainsi que pour investir à l’étranger.

Azour a déclaré: « Ce qui va être vraiment important, c’est la façon dont ils [Gulf states] gérer ce nouveau cycle et comment ils maintiennent, en même temps, les avantages de la liquidité supplémentaire et les politiques qui ne les conduiront pas à la procyclicité.

Inscrivez-vous à l’e-mail quotidien Business Today ou suivez Guardian Business sur Twitter à @BusinessDesk

Le FMI a prédit que le Conseil de coopération du Golfe – qui comprend les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite, le Koweït, Bahreïn, Oman et le Qatar – augmenterait collectivement la croissance économique de 6,4 % cette année, contre 2,7 % l’an dernier.

Le week-end dernier, la société énergétique saoudienne en grande partie publique, Saudi Aramco, a souligné les bénéfices colossaux réalisés par les pays riches en gaz et en pétrole pendant la crise énergétique en révélant que les bénéfices au cours des trois mois se terminant fin juin ont bondi de 90% à 48 milliards de dollars. .

Il s’agit de l’un des plus gros bénéfices trimestriels de l’histoire de l’entreprise et représente un coup de pouce pour PIF, un bailleur de fonds de l’entreprise. Le PIF, présidé par le prince héritier, Mohammed bin Salman, a investi plus de 7,5 milliards de dollars dans des actions américaines au deuxième trimestre de l’année, y compris Amazon et PayPal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*