« Il avait du cran »: l’intervieweuse du prince Andrew, Emily Maitlis, compare favorablement Disgracied Royal avec la plupart des politiciens, car « il était prêt à parler de choses »

[ad_1]

Emily Maitlis, dont l’interview notoire avec le prince Andrew a forcé le royal en disgrâce à annoncer son départ de la vie publique, a révélé qu’elle pensait que le prince « s’était plutôt bien comporté ».

L’ancien présentateur de la BBC, qui a interviewé le prince pour son flagship Newsnight programme, dit Les temps que le comportement du duc se comparait favorablement à la plupart des politiciens.

Elle a dit : « J’ai trouvé qu’il s’était plutôt bien comporté. Il nous avait donné cette heure dans le palais et était prêt à parler de choses. La plupart des politiciens ne parleront même plus de leurs propres politiques. Alors au moins, il avait du cran.

Et elle a partagé son sentiment que le prince avait également apprécié l’entretien, inconscient du chagrin que cela lui apporterait. Elle a déclaré: «Il a ensuite passé beaucoup de temps à discuter avec nous et à nous permettre de prendre des photos dans les couloirs. Il m’a même offert cette visite guidée en disant : « Sa Majesté est juste en haut de ces escaliers. La prochaine fois que tu reviendras, je devrai t’en montrer plus. Et savez-vous ce qu’il y a derrière cette porte ?

Il était clair que ni le prince, ni son peuple ni le firmament du palais au sens large n’avaient prédit le contrecoup de l’interview, qui l’a vu ne pas montrer de regret pour son amitié avec Jeffrey Epstein, ne pas montrer de sympathie pour les victimes d’Epstein, et l’a également vu bizarrement. expliquer comment il n’a pas pu être vu en train de danser, l’air « en sueur » dans une boîte de nuit comme l’a détaillé sa victime présumée Virginia Guiffre, car il avait une condition qui l’empêchait de transpirer.

Maitlis a dit Les temps, « Le palais nous a dit que c’était ‘ferme mais juste’. Je ne pense pas qu’ils aient réalisé comment le public ou la presse réagiraient. Ils ne s’attendaient certainement pas à ce tollé.

Il y a maintenant deux séries télévisées en cours de production sur l’interview, l’une basée sur le livre boulesécrit par Sam McAllister, alors producteur de Maitlis, et un par Blueprint Productions, qui avait auparavant présenté les scandales du politicien britannique Jeremy Thorpe et de la duchesse d’Argyll avec, respectivement, Un scandale très anglais et Un scandale très britannique. Maitlis travaille avec cette dernière société.


[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*