Les protestations se propagent en Iran alors que le président Raisi promet de réprimer

Le président iranien s’est engagé à « traiter de manière décisive » les manifestations qui prennent de l’ampleur dans une grande partie du pays une semaine après la mort d’une femme en garde à vue qui avait été détenue par la police des mœurs.

Les manifestations se sont étendues à la plupart des 31 provinces iraniennes et à presque tous les centres urbains, opposant des manifestants antigouvernementaux aux forces du régime, y compris l’armée, et posant le test le plus sérieux à l’autorité de l’État extrémiste depuis plus de 13 ans.

Le président Ebrahim Raisi a accusé samedi les conspirateurs d’avoir incité à l’agitation et s’est engagé à réprimer « ceux qui s’opposent à la sécurité et à la tranquillité du pays ». Jusqu’à 35 personnes ont été tuées lors d’affrontements avec les forces de sécurité, selon des groupes de défense des droits en dehors de l’Iran. Des responsables iraniens ont déclaré que cinq membres du personnel de sécurité étaient également morts, tentant de calmer l’indignation entourant la mort de Mahsa Amini, 22 ans.

Exécutant des opinions fondamentalistes tout au long de sa carrière, Raisi a été considéré comme une figure improbable pour réprimer les rues agitées de l’Iran ou pour céder aux demandes de plus de libertés civiles. Son défi est susceptible d’augmenter la probabilité d’une nouvelle escalade dans les villes où les manifestants se battent de plus en plus contre les forces de sécurité dans des scènes rarement vues en Iran.

Les manifestations ont évoqué des images d’une manifestation antigouvernementale en 2009, connue sous le nom de révolution verte, qui a suivi des élections présidentielles controversées et a marqué la dernière fois que les citoyens ont affronté les forces de sécurité à grande échelle.

« La principale différence entre la protestation actuelle et le mouvement écologiste de 2009 est que maintenant les gens ripostent ; ils n’ont pas peur du régime brutal », a déclaré Sima Sabet, journaliste iranienne. « Les manifestants brûlent maintenant des ambulances parce que le gouvernement utilise des ambulances pour déplacer leurs forces de sécurité et non pour secourir des personnes. Les manifestants utilisent maintenant différentes tactiques ; ils se déplacent entre toutes les villes et rendent difficile pour les forces de sécurité de contrôler tous les endroits.

Firuzeh Mahmoudi, directrice exécutive de l’ONG de défense des droits de l’homme United for Iran, a déclaré que les troubles récents faisaient suite à des mois où les Iraniens se préparaient à organiser de plus petites manifestations sur un éventail de questions : « Le soulèvement de 2009 a, à certains égards, été plus expansif dans certaines villes ». a dit. « Nous avons eu des millions de personnes qui manifestaient dans certaines villes lors de la plus grande journée de cette manifestation. C’était la plus grande chose depuis le [1979] révolution. Ils ne l’ont pas vu venir et ont été très surpris.

Les manifestants se rassemblent derrière une barrière à Téhéran le 21 septembre. Photographie : Agence de presse Wana / Reuters

« Maintenant, nous voyons non seulement de grandes villes, mais aussi des villes plus petites que nous n’avions jamais vues auparavant. Nous voyons maintenant aussi des façons sans précédent dont les gens se présentent, dans les messages et l’audace. Les choses sont beaucoup plus unifiées.

Mahmoudi a déclaré que des chants entendus lors de rassemblements, tels que « Nous soutiendrons nos sœurs et nos femmes, la vie, la liberté », avaient été entendus dans tout le pays.

« C’est du jamais vu pour nous. On n’a jamais vu des femmes enlever leur hijab en masse comme ça. Incendier les centres de police, courir après leurs voitures, brûler les photos de Khamenei », a-t-elle déclaré.

Certaines manifestations semblent avoir au moins en partie été organisées, avec une jeunesse urbaine rétive et d’autres opposées aux règles sociétales strictes, y compris sur la façon dont les femmes se comportent et ce qu’elles portent, se regroupant autour de la mort d’Amini, qui a été abordé par la police des mœurs. à Téhéran pour avoir refusé de porter le hijab.

S’appuyant sur les leçons apprises au cours de la dernière décennie lors de soulèvements anti-gouvernementaux ailleurs au Moyen-Orient, les smartphones ont été utilisés comme outils d’organisation, avec des messages et des lieux de manifestations largement diffusés, malgré les coupures généralisées d’Internet dans le pays.

« Ils ont des tactiques sur la façon d’envoyer leurs vidéos en dehors de l’Iran malgré la coupure d’Internet », a déclaré Sabet. « Pour la première fois en Iran, des femmes brûlent leur hijab avec le soutien d’hommes. »

Un nombre substantiel d'Iraniens s'oppose depuis longtemps aux règles sociétales inflexibles et à la portée des forces de sécurité de l'État, qui ont imposé l'un des États théocratiques les plus redoutables de la région pendant plus de quatre décennies.

Ramin, 29 ans, un manifestant d'Ourmia, dans le nord-ouest de l'Iran, a déclaré : « Même la coupure d'Internet ou les menaces importantes du régime n'ont pas empêché les gens de manifester. De plus, un certain nombre de célébrités iraniennes à l'intérieur et à l'extérieur du pays ont annoncé leur soutien aux manifestants, notamment des acteurs/actrices, des athlètes, etc. Certaines célébrités féminines ont retiré leur hijab.

Tant que les manifestants continueront à manifester dans les rues et à épuiser les forces de sécurité, ils maintiendront et peut-être étendront l'élan. Dans au moins une petite ville, Oshnavieh, dans le nord-ouest de l'Iran, le régime a perdu le contrôle effectif et s'est retiré à la périphérie. Le fournisseur d'accès Internet Starlink a annoncé qu'il allait activer son satellite afin que l'Internet soit accessible à l'intérieur de l'Iran.

Un autre manifestant, Haval 29, a déclaré qu'une répression étatique commence à se faire sentir dans les rues : « Ça ne va pas bien, il y a de la violence, il y a une armée dans la ville aujourd'hui avec des tenues civiles. Ils tirent sur les gens, donc c'est difficile pour les manifestants. Vous ne pouvez pas sortir la nuit car c'est dangereux.

« L'Iran n'a pas assez de forces militaires pour arrêter tous ces manifestants. La police dit que si cette situation perdure plus de deux à trois jours, elle ne pourra plus y faire face.

Reportage supplémentaire de Nechirvan Mando

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*