Daniel Arsham présente ’31st Century Still Lifes’ à Perrotin

Si les villes sont des phares d’inspiration, Tokyo s’est révélée être une sorte de muse pour Daniel Arsham au cours des dernières années. Récemment, l’artiste américain acclamé a travaillé avec un certain nombre de galeries de premier plan et de studios légendaires de la capitale japonaise pour approfondir sa pratique artistique – qu’il s’agisse d’une série de sculptures et de son propre épisode avec Pokémon à une exposition entière explorant la matière à NANZUKA.

À la fin du mois dernier, l’artiste a discrètement ouvert une nouvelle exposition solo à l’avant-poste de Perrotin à Tokyo, à Minato City. Natures mortes du 31ème siècle est la deuxième exposition personnelle d’Arsham à Perrotin Tokyo et, comme l’explique le format mentionné dans le titre, l’œuvre présentée présente les nombreuses sources d’inspiration de l’artiste – de Jordan Brand et Porsche, des casquettes et livres d’art des Yankees, à bien sûr, des artefacts gréco-romains .

Cartographiés à travers l’espace, un certain nombre de peintures de natures mortes réalisées selon une technique d’empâtement, ainsi que deux nouvelles sculptures réalisées à partir de divers métaux fusionnés. De plus, Arsham a créé une série de trois affiches de films dans son esthétique caractéristique, en utilisant des matériaux géologiques, tels que l’hydrostone avec des cristaux de calcite bleue et de quartz. Les trois films HE, Retour vers le futuret 2001 : L’odyssée de l’espaceautrefois brillé aux cinéphiles comme une vision du futur, mais est depuis tombé en désuétude comme une autre relique du passé lointain.

Natures mortes du 31ème siècle est à l’affiche à Tokyo jusqu’au 15 octobre.

Pour en savoir plus sur l’art, un nouveau documentaire raconte l’histoire d’Adam Himebauch.

Perrotin
IMMEUBLE PIRAMIDE,
1F, 6-6-9 ROPPONGI,
MINATO-KU, Tokyo
106-0032


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*