La FCC approuve la règle de désorbitation des satellites malgré un éventuel conflit avec les directives de la NASA

La Federal Communications Commission a approuvé aujourd’hui à l’unanimité une règle visant à minimiser les débris spatiaux en exigeant que les satellites en orbite terrestre basse (LEO) soient éliminés au plus tard cinq ans après leur mise hors service. « Les nouvelles règles raccourcissent la directive vieille de 25 ans pour la désorbitation des satellites après la mission, franchissant une étape importante dans une nouvelle ère pour la sécurité spatiale et la politique sur les débris orbitaux », a déclaré la FCC dans un communiqué de presse.

Comme indiqué précédemment, la nouvelle règle de cinq ans sera juridiquement contraignante, contrairement à la norme actuelle de 25 ans qui est basée sur une recommandation de la NASA proposée dans les années 1990. La FCC a déclaré qu’elle s’appliquerait aux « stations spatiales terminant leurs missions ou passant par la région de l’orbite terrestre basse en dessous de 2 000 kilomètres ».

Les satellites déjà en orbite seront exemptés de la nouvelle exigence. Il existe également une période de droits acquis de deux ans pour les satellites déjà autorisés par la FCC mais pas encore lancés.

Les satellites LEO peuvent être retirés de l’orbite plus rapidement que ceux situés à des altitudes plus élevées. Starlink, qui a lancé plus de 3 000 satellites LEO, utilise un processus de désorbitation qui peut être achevé en quelques mois.

Mais il y a une controverse sur l’autorité de la FCC pour mettre en œuvre la règle et un possible conflit avec les directives de la NASA. Mardi, les dirigeants du comité de la Chambre sur la science, l’espace et la technologie et du sous-comité sur l’espace et l’aéronautique ont déclaré qu’ils étaient « préoccupés par la proposition de la FCC d’agir unilatéralement ».

« Comme la direction bipartite du comité scientifique et de notre sous-comité de l’espace et de l’aéronautique l’ont écrit à votre prédécesseur en avril 2020, la Commission n’a pas d’autorité claire du Congrès, un fait qui reste vrai aujourd’hui », ont écrit les législateurs dans une lettre à la présidente de la FCC. Jessica Rosenworcel.

Le projet de règlement de la FCC publié il y a quelques semaines indiquait que la commission avait déjà « adopté des règles complètes sur les débris orbitaux en 2004, conformément à son pouvoir de déterminer si l’intérêt public serait servi par l’autorisation des systèmes de communication par satellite ». La FCC a rédigé la nouvelle règle de cinq ans après « avoir sollicité des commentaires sur une mise à jour complète de ses règles sur les débris orbitaux afin de mieux refléter l’augmentation significative des satellites et des types d’opérations en orbite », a déclaré l’agence.

La NASA réévalue les normes sur les débris orbitaux

« Au niveau international, la NASA a dirigé la coordination des directives d’atténuation des débris spatiaux avec d’autres agences spatiales pendant plusieurs décennies », ont écrit les législateurs à Rosenworcel. La NASA devrait également réévaluer les normes du gouvernement américain en matière de débris orbitaux, indique la lettre :

Au sein du gouvernement fédéral, les agences suivent les normes et pratiques américaines d’atténuation des débris orbitaux, qui sont élaborées grâce à la coordination au sein du gouvernement fédéral et sur la base de recherches scientifiques et techniques menées par la National Aeronautics and Space Administration (NASA). De plus, la NASA a été chargée de réévaluer ces normes et l’action de la FCC à ce moment pourrait conduire à des directives américaines contradictoires.

Les législateurs ont fait valoir que « l’action réglementaire de la FCC à l’heure actuelle, sans autorité claire du Congrès, créera à tout le moins de la confusion et sapera le travail de la Commission, et au pire sapera la compétitivité économique et le leadership des États-Unis dans l’espace ». La lettre a été envoyée par la présidente du comité scientifique Eddie Bernice Johnson (D-Texas), le membre de classement du comité Frank Lucas (R-Okla.), le président du sous-comité sur l’espace et l’aéronautique Don Beyer (D-Va.) et le membre de classement du sous-comité. Brian Babin (R-Texas).

Un porte-parole de la NASA a refusé de commenter le vote de la FCC d’aujourd’hui, mais a noté que l’agence avait soumis des commentaires au dossier des débris orbitaux de la FCC en avril 2019 et octobre 2020.

La FCC a pris en considération les commentaires de la NASA, notant que l’agence spatiale « s’est dite préoccupée par le fait qu’une limite de cinq ans aurait un impact sur les missions CubeSat de la direction des missions scientifiques de la NASA (SMD), qui reposent sur la décroissance naturelle de l’orbite pour gérer la durée de vie orbitale post-mission et imposer des limites plus importantes sur les opportunités de lancement acceptables. » L’exigence de cinq ans « peut être indûment lourde » à certaines altitudes, a déclaré la FCC. Pour tenir compte de ces préoccupations, le plan FCC permet d’obtenir au cas par cas des dérogations à la règle des cinq ans, notamment pour les missions de recherche scientifique.

Bien que la NASA ne se soit pas explicitement opposée à une règle de cinq ans, elle a déclaré dans les commentaires de 2019 que « l’analyse de la NASA montre que tant que les engins spatiaux de courte durée adhèrent à la règle des 25 ans, leur contribution négative à l’environnement orbital n’est pas significative. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*