Poutine va signer un traité d’annexion de territoires en Ukraine, selon le Kremlin

Vladimir Poutine signera vendredi des traités annexant des territoires en Ukraine occupée, a déclaré le Kremlin, dans une escalade majeure de la guerre de sept mois en Russie.

Le président russe devrait signer dans la loi les annexions des régions ukrainiennes de Donetsk, Lougansk, Kherson et Zaporizhzhia, où la Russie a organisé de faux référendums la semaine dernière afin de revendiquer un mandat pour les revendications territoriales.

Poutine a déclaré qu’il était prêt à défendre ces territoires en utilisant tous les moyens disponibles, indiquant qu’il serait prêt à recourir à une frappe nucléaire afin d’éviter les efforts de l’Ukraine pour libérer son territoire souverain.

Poutine semble franchir un point de non-retour qui prolongera la guerre et anéantira même la moindre chance de négociations en obligeant la Russie à se battre à perpétuité pour le territoire ukrainien, qu’elle ne contrôle actuellement pas en partie.

La signature des « traités sur l’adhésion des territoires à la Fédération de Russie » aura lieu à 15 heures locales dans la salle Saint-Georges du Kremlin, a déclaré aux journalistes le porte-parole du gouvernement, Dmitri Peskov.

L’annonce a déclenché une nouvelle série de condamnations internationales. « Toute décision de procéder à l’annexion des régions ukrainiennes de Donetsk, Louhansk, Kherson et Zaporizhzhia n’aurait aucune valeur juridique et mérite d’être condamnée », a déclaré le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, aux journalistes.

Carte

Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, a déclaré que les votes de la Russie étaient une imposture et une « vaine tentative de masquer une tentative d’accaparement des terres en Ukraine ».

« Poutine fait monter les enchères », a déclaré Tatiana Stanovaya, analyste politique et fondatrice de R.Politik. « C’est une démonstration que la Russie n’est pas prête à négocier, pas prête à faire des concessions, et est prête à utiliser tous les moyens à sa disposition pour atteindre ses objectifs stratégiques. Y compris les armes nucléaires. Les dirigeants russes l’ont dit directement sans aucune hésitation.

Les territoires n’ont pas été nommés officiellement, mais les journalistes du pool du Kremlin ont déclaré que quatre traités seraient signés, correspondant aux quatre régions que la Russie a indiqué qu’elle prévoyait d’annexer.

Poutine devrait prononcer un discours devant les membres de la Douma d’État, la chambre basse du Parlement russe, lors de la cérémonie. Selon la loi, le Conseil de la Fédération de Russie doit approuver les traités avant qu’ils ne soient signés par Poutine, mais il n’était pas clair quand le conseil devait se réunir.

Les responsables de Moscou ont également commencé à préparer un lieu pour un grand concert près de la Place Rouge vendredi soir. « Ensemble pour toujours », lit-on sur une grande banderole suspendue au-dessus d’une scène qui porte également les noms des quatre régions ukrainiennes. Les chaînes de télévision d’État affichent également un compte à rebours jusqu’à l’événement de vendredi au Kremlin.

Des soldats russes debout sur la Place Rouge où une bannière sur une scène se lit comme suit : « Donetsk, Luhansk, Zaporizhzhia, Kherson – Russie ! » Photographie : Alexander Nemenov/AFP/Getty Images

La décision de Poutine était considérée comme une tentative d’arrêter une contre-attaque ukrainienne qui a forcé la Russie à se retirer d’une grande partie de la région de Kharkiv et menace maintenant de reprendre plus de territoire à Donetsk. Il espère que la menace d’une guerre totale et de représailles nucléaires réduira le soutien occidental à l’offensive ukrainienne.

L’Ukraine et ses partisans ont qualifié les menaces de Poutine de « chantage nucléaire ». Dans des remarques plus tôt cette semaine, le président ukrainien, Volodymyr Zelenskiy, s’est engagé à défendre et à libérer les Ukrainiens dans les territoires occupés.

« Cette farce dans le territoire occupé ne peut même pas être qualifiée d’imitation de référendums », a déclaré Zelenskiy mardi dans une vidéo publiée sur Telegram. « Nous agirons pour protéger notre peuple : à la fois dans la région de Kherson, dans la région de Zaporizhzhia, dans le Donbass, dans les zones actuellement occupées de la région de Kharkiv et en Crimée.

Le bureau présidentiel ukrainien a déclaré que Zelenskiy avait parlé jeudi à son homologue polonais, Andrzej Duda, de la réaction internationale aux référendums illégaux de la Russie. « Nous avons discuté des étapes et des mesures spécifiques sur lesquelles nous travaillerons dans ce contexte, la coopération militaire et de défense », a écrit Zelenskiy sur Telegram.

Les deux dirigeants « ont convenu de la nécessité d’une puissante réaction mondiale consolidée aux actions illégales de la Fédération de Russie, qui détruisent les fondements du droit international », lit-on dans le communiqué du bureau de Zelenskiy. « Les étapes et mesures spécifiques sur lesquelles les parties travailleront dans ce contexte ont été discutées. »

Zelenskiy a également eu un appel avec le Premier ministre italien sortant, Mario Draghi, jeudi après-midi. Selon le bureau de Zelenskiy, le sujet principal de leur discussion était la nécessité d’une réaction ferme aux faux référendums.

« Ils ne valent rien et ne changent pas la réalité. L’intégrité territoriale de l’Ukraine sera restaurée. Et notre réaction à la reconnaissance par la Russie de leurs résultats sera très dure », a déclaré Zelenskiy, selon le communiqué de son bureau.

Zelenskiy a également déclaré qu’il convoquait vendredi une réunion « urgente » du conseil de sécurité nationale, dont les détails seront annoncés ultérieurement.

Le Kremlin n’a pas le plein contrôle sur de nombreux territoires qu’il cherche à annexer. Il est probable qu’il revendiquera les quatre régions ukrainiennes dans leur intégralité, y compris plusieurs villes de taille moyenne qui ne sont pas sous contrôle russe. Par exemple, dans la région de Zaporizhzhia, les responsables de l’occupation locale ont affirmé que le récent « référendum » concernait toute la région, y compris la ville de Zaporizhzhia, qui comptait 750 000 habitants avant la guerre.

Cela signifierait que le Kremlin oblige le pays à se battre à perpétuité pour défendre des territoires et faire des progrès même s’il est sur la défensive sur le champ de bataille.

Le Kremlin ne peut révéler les détails des territoires qu’il prétend annexer que lors de la cérémonie de signature. Un budget de l’État révélé jeudi a montré que la Russie avait affecté 3,3 milliards de roubles (56,3 millions de dollars ou 51,1 millions de livres sterling) à la reconstruction des régions. Les dommages causés à la seule ville de Marioupol ont été estimés par son maire à 14 milliards de dollars.

L’annexion éloignera encore plus la possibilité d’un règlement négocié pour mettre fin à la guerre. La Russie a modifié sa constitution en 2022 pour interdire la cession de territoire que le pays a officiellement annexé.

Elle était initialement considérée comme un moyen d’empêcher un futur dirigeant russe de céder la Crimée, qui a été annexée en 2014. Mais la loi interdirait également à la Russie de céder des territoires occupés depuis février ou ceux qui ne sont pas actuellement sous le contrôle du Kremlin.

Ekaterina Schulmann, une politologue russe, a écrit qu’après l’annexion, la « Fédération de Russie telle que nous la connaissions passera dans une nouvelle phase de son existence, étant devenue un État avec une frontière délégitimée, comprenant des fragments qui non seulement ne seront pas reconnus par un État ou une organisation internationale de jure, mais ne sera pas contrôlée de facto par son administration centrale ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*