« Femmes, vie, liberté »: les manifestations iraniennes pour les droits civiques se sont propagées dans le monde entier

Des manifestations mondiales sont organisées en solidarité avec le soulèvement croissant en Iran exigeant une plus grande liberté et protestant contre la mort de Mahsa Amini suite à son arrestation par la police des mœurs iranienne.

Des manifestations sous le slogan « Femmes, vie, liberté » ont lieu dans de nombreuses grandes villes, dont Rome, Zurich, Paris, Londres, Séoul, Auckland, Melbourne, Sydney, Stockholm et New York.

Des efforts étaient également en cours à l’intérieur de l’Iran samedi pour lancer une grève nationale, principalement dans les villes kurdes du pays, ainsi que le non-paiement des impôts au gouvernement.

La colère du public a éclaté après qu’Amini, une femme kurde de 22 ans, est décédée en détention le 16 septembre, trois jours après son arrestation pour avoir prétendument enfreint les règles strictes imposées par l’Iran aux femmes concernant le port du hijab et des vêtements modestes.

Après probablement l’incident le plus violent des manifestations, les responsables de la sécurité ont affirmé que la sécurité avait été rétablie dans la ville de Zahedan, dans la province orientale du Sistan et du Balouchistan, où la police avait tiré sur des civils pendant les prières du vendredi.

Pas moins de 40 personnes seraient mortes après que des manifestations ont été déclenchées par des histoires selon lesquelles un policier aurait violé une femme.

Les hôpitaux locaux ont été inondés de blessés et un poste de police a été incendié lors d’émeutes qui se sont poursuivies pendant la nuit.

Le commandant de l’unité locale de renseignement du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) iranien a été tué, ont confirmé des sources officielles du gouvernement iranien.

Des manifestants à Sydney, en Australie, samedi. Photo : Rounak Amini/AAP

Des vidéos sur les réseaux sociaux montraient des camions de pompiers, des gares routières et des banques incendiés. Le gouvernement a affirmé que les émeutes, y compris les coups de feu tirés de la foule, avaient été orchestrées par des groupes terroristes, mais les manifestants ont déclaré que la police tirait sur la foule en prière.

Ce qui préoccupera le gouvernement, c’est si les manifestations disparates et apparemment sans chef, révélant un gouffre culturel à l’intérieur de l’Iran, commencent à fusionner en un mouvement national à travers les classes avec des objectifs spécifiques.

L’État iranien, cependant, dispose d’outils infinis pour la répression de la dissidence, d’un contrôle total des médias, y compris la télévision, et d’un historique de capacité à réprimer les protestations, même au prix de nombreuses vies humaines.

Les services de renseignement ont publié vendredi une longue déclaration accusant la manifestation d’agents étrangers et de terroristes. Ils ont souligné que 85 ambulances avaient été attaquées et que les députés extrémistes continuaient de dénoncer les manifestants.

Des groupes d’étudiants ont affirmé que dans plus de 110 universités, facultés et centres d’enseignement se sont mis en grève et ont organisé un sit-in d’étudiants pour protester contre la répression des manifestations de rue suite aux pertes en vies humaines.

Les médias sociaux ont montré des manifestations dans les campus à travers le pays. Plus de 100 professeurs d’université ont signé une déclaration exigeant la libération de leurs étudiants, ajoutant : « Chacun devrait apprécier l’existence d’étudiants prêts à se sacrifier et à payer le prix pour défendre la liberté, la justice et la dignité humaine ».

Auparavant, le Centre de coopération des partis politiques du Kurdistan iranien avait appelé à une grève nationale, appelant à soutenir les jeunes Iraniens exigeant la liberté et l’oppression des femmes à l’intérieur de l’Iran.

L’appel à la grève a été honoré dans de grandes parties du Kurdistan, avec des informations faisant état de tirs de la police dans certaines grandes villes telles que Dehgolan près de la frontière avec l’Irak.

Dans le sud, des manifestations ont eu lieu au port stratégique de Bandar Abbas.

De l’assignation à résidence, le politicien réformiste et ancien Premier ministre iranien Mir-Hossein Mousavi a envoyé un message exhortant les forces de sécurité à se ranger du côté du peuple. Il a dit : « Forces armées ! Les pouvoirs qui vous sont conférés sont pour la défense du peuple, pas sa répression ; pour la protection des opprimés, pas pour le service des puissants et puissants. L’espoir est que vous vous tiendrez du côté de la vérité et de la nation. Votre devoir est d’assurer la paix pour des millions de personnes et en particulier pour les opprimés, et non de consolider le pouvoir de fonctionnaires inconscients.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*