Revue de Take Back the Night – une attaque brutale laisse une femme se battre pour être crue

[ad_1]

jeans la parabole d’horreur de Gia Elliot, une présence fétide s’attaque aux femmes dans les ruelles sombres de Los Angeles, mais la vraie terreur vient de l’épreuve de ne pas être crue. Après une nuit de forte consommation d’alcool, une artiste connue sous le nom de « Jane Doe Does » sur les réseaux sociaux rentre chez elle en titubant, pour être brutalement attaquée par un mystérieux démon. Malgré ses blessures, des antécédents de délits mineurs, de toxicomanie et de maladie mentale retournent tragiquement la police, les médias et ses propres partisans contre elle. Jane entre dans un cycle de paranoïa alors que la créature mortelle la traque à chaque pas.

Comme beaucoup de films d’horreur récents qui sont tellement chargés d’allégories politiques qu’ils en disent peu sur le fond, ce commentaire bien intentionné sur la façon dont les victimes d’agression sont abandonnées par le système est une affaire confuse. Des personnages tels que le détective et le journaliste restent sans nom, une narration florissante qui prétend souligner à quel point l’expérience de Jane est commune dans le monde réel : en vérité, ces personnages sont si finement esquissés qu’ils ressemblent plus à des puces qu’à une critique incisive d’un des médias voraces et une force de police indifférente.

Contrairement au scénario mal nourri et aux visuels rudimentaires, Emma Fitzpatrick est touchante en tant que Jane en spirale; sa confrontation finale avec le démon est particulièrement impressionnante. En fait, contrairement aux tournures plus artificielles de l’intrigue, c’est la dynamique épineuse mais aimante entre la rebelle Jane et sa sœur étriquée qui s’avère être l’aspect le plus intéressant du film. Peut-être que, plutôt que de s’appuyer sur des conventions de genre et de légères métaphores, Take Back the Night aurait pu transmettre son message social plus efficacement en tant qu’étude de personnage simple.

Take Back the Night sort le 10 octobre sur Arrow.

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*