Twitter demande l’assurance que Musk ne rompra plus l’accord de fusion

Elon Musk pourrait être le propriétaire de Twitter d’ici la semaine prochaine, mais les parties doivent d’abord résoudre quelques désaccords. Musk a déclaré à Twitter cette semaine qu’il était prêt à honorer leur accord initial dans le but d’éviter un procès qu’il risquait de perdre. Mais mercredi soir, les représentants de Musk et Twitter seraient toujours en désaccord sur les termes d’un accord qui pourrait mettre fin au litige.

« Les points d’achoppement comprennent ce qui serait exigé des deux parties pour que le litige concernant l’accord bloqué soit abandonné et si la conclusion de l’accord dépendrait de la réception par M. Musk du financement par emprunt nécessaire », a écrit le Wall Street Journal, citant des personnes familières avec le discussions.

Selon le New York Times, Twitter « a demandé des assurances sur la manière dont les deux parties pourraient garantir la fermeture et une réaffirmation des détails du contrat précédemment convenu. Il envisage également des options telles que la supervision par un tribunal du processus de clôture et la demande à Musk de payer des intérêts pour compenser les retards. »

Pourtant, l’analyste de Wedbush Securities, Dan Ives, a déclaré à Barron’s que « Musk devrait posséder Twitter d’ici la semaine prochaine », avec des « ralentissements minimes » empêchant la fermeture. Un rapport de The Information indique également que le revirement de Musk « pourrait signifier qu’il prendra en charge la société de médias sociaux dès la semaine prochaine ».

Une grande partie des travaux préparatoires à la conclusion de la transaction ont déjà été posés, malgré la tentative de plusieurs mois de Musk de se retirer de l’accord de 44 milliards de dollars. Musk et Twitter ont convenu d’un contrat de fusion en avril, et les actionnaires de Twitter ont approuvé l’accord d’achat de 54,20 $ par action le mois dernier.

Procès toujours en cours ; le juge envisage de sanctionner Musk

Musk et Twitter auraient convenu de reporter la déposition de Musk, qui était prévue pour aujourd’hui. Le procès doit toujours commencer dans moins de deux semaines, comme l’a noté la juge de la Cour de la chancellerie du Delaware, Kathaleen McCormick, dans une décision rendue hier.

« Les parties n’ont pas déposé de stipulation pour suspendre cette action, et aucune partie n’a demandé de suspension. Je continue donc de faire pression vers notre procès qui doit commencer le 17 octobre 2022 », a écrit McCormick.

La décision concernait une requête Twitter demandant des sanctions contre Musk « relative à la production prétendument déficiente des SMS et autres messages instantanés vers et depuis Elon Musk », a écrit McCormick. McCormick a conclu que plusieurs des « déficiences ne justifient pas de sanctions contre les défendeurs pour défaut de produire des messages texte réactifs ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*