ATP Challenger Ismaning: Max Rehberg laisse Hans comme porte-bonheur

[ad_1]

Max Rehberg joue aujourd’hui pour la finale du tournoi Challenger de Munich – mais qu’en est-il de sa bonne forme et de son deuxième prénom en général ?

Max Rehberg joue pour la finale à Ismaning aujourd’hui

Permettez-moi, Rehberg. Max Hans Rehberg. Non, pas un agent secret au service de Sa Majesté, mais le deuxième adolescent le mieux classé du tennis masculin allemand après Marko Topo. Le Munichois de 19 ans n’a pas non plus de permis de tuer, mais a montré ses armes impressionnantes sur le court de tennis ces semaines-ci.

Rehberg est en fuite. Sur sa surface préférée, le tapis, numéro 596 au classement mondial ATP, a remporté son premier titre en tennis professionnel masculin lors de l’événement ITF World Tennis Tour à Forbach, en France, il y a deux semaines. Une étape. Le Bavarois a traversé le tournoi de 15 000 dollars américains en Lorraine sans perdre un set et avec une victoire 6: 4, 6: 2 sur l’Argentin Federico Agustin Gomez en finale.

Devant un public à domicile à Ismaning

Rehberg est actuellement au Wolffkran Open à Ismaning, non loin de sa base d’entraînement à la TennisBase à Oberhaching. Le héros local poursuit maintenant sa séquence de victoires dans le seul tournoi ATP Challenger au monde à se dérouler sur tapis. Après des succès sur la tête de série numéro deux tchèque Tomas Machac, le vétéran néerlandais Robin Haase et le qualifié allemand Elmar Ejupovic, Rehberg est en demi-finale pour la première fois à ce niveau du tennis professionnel.

« Je n’ai pas eu le sentiment de ne pas perdre un match en une semaine depuis deux ans », se souvient Rehberg de son triomphe à Forbach. « C’était relaxant de rentrer chez moi avec le trophée. Bien sûr, cela vous donne aussi confiance en vous.

Danseur de tapis Rehberg

Le métro rapide est venu et est toujours utile pour la jeune star. « Je peux simplement réagir rapidement. J’aime beaucoup mon jeu sur le plat et les petits échanges. J’ai aussi été habitué à la surface depuis l’enfance. Tout s’enchaîne », analyse Rehberg les très bons résultats sur tapis, devenus désormais rares dans le tennis professionnel. Il n’y a qu’une seule différence entre Forbach et Ismaning en terme de surface. « En France le tapis était bleu, ici c’est rouge », plaisante un Rehberg enjoué, qui aime écouter du rap allemand et américano-américain avant ses matchs pour bien se concentrer sur le match.

En général, la concentration est la clé des succès récents. « Le travail acharné des dernières années porte ses fruits », déclare Rehberg. « Je suis fier de moi et de mon équipe. Depuis quelques mois, les choses vont de mieux en mieux. La conviction de pouvoir battre des joueurs forts est là maintenant. Je suis plus calme sur le terrain et je n’ai pas de pensées négatives. C’est extrêmement important contre des joueurs aussi forts.

Max Hans ou Max ?

Mais qu’en est-il de ces deux prénoms ? « Max Hans » est toujours mentionné sur chacune des grilles officielles des tournois de l’ATP. Après tout, l’agent secret britannique n’avait qu’un prénom. « Le deuxième prénom, Hans, n’est en fait que sur le passeport et n’est utilisé par personne », explique Rehberg et explique. « Cependant, ma mère avait l’habitude d’inscrire mon nom complet, Max Hans Rehberg, à Tennis Europe et cela me hante maintenant. Mais je peux m’en occuper. »

Rehberg n’a aucune ambition de changer l’ATP. Mais au contraire. Les prénoms doivent servir de porte-bonheur. « Je vais en rester là maintenant. Après tout, les choses se sont très bien passées jusqu’à présent.

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*