Sacheen Littlefeather : réalité ou fiction ? Le musée de l’Académie doit une exposition

[ad_1]

Au moment où ceci est écrit, le public intéressé attend toujours quelque chose, n’importe quoi, de la part de l’Académie des arts et des sciences du cinéma ou de son musée du cinéma en guise de réponse à leur dernière crise.

Cette crise a été provoquée au cours du week-end par une chronique détaillée dans le Chronique de San Francisco affirmant que feu Sacheen Littlefeather, récemment célébrée et excusée par l’Académie pour son activisme amérindien sur scène et le contrecoup qui en résultait, n’était pas du tout une Amérindienne.

Au contraire, a déclaré la colonne, citant des documents et des entretiens avec les deux sœurs survivantes de Littlefeather, elle était d’origine européenne et mexicaine-américaine, avec peu ou pas de sang indien. Ce qu’elle avait, selon l’article, était une histoire d’instabilité et de diffusion d’histoires fausses sur ses antécédents et l’alcoolisme et le comportement abusif de son père hispanique né en Californie.

Interrogé sur les informations lundi, un porte-parole de l’Académie n’a pas répondu, tandis qu’un porte-parole du musée a déclaré qu’il « refuse respectueusement de commenter l’éditorial de samedi ».

Compte tenu de l’investissement de l’Académie dans Littlefeather – qui plus tôt cette année a reçu une lettre d’excuses officielle du président de l’Académie de l’époque, David Rubin, suivie d’une nuit de réconciliation qui a rappelé son rejet sur scène de 1973 de l’Oscar de Marlon Brando, emballé avec un  » histoire visuelle » interview réalisée par la directrice du musée, Jacqueline Stewart – il faudra plus que cela. Beaucoup plus.

En vérité, la crédibilité du musée dépend désormais de la réussite de Littlefeather. Si elle a été injustement étiquetée pour avoir fabriqué des antécédents familiaux et échangé sur une fausse identité culturelle, les chercheurs et les avocats de ce dépositaire de l’histoire du cinéma devraient être bien équipés pour la disculper. Mais si, à Dieu ne plaise, le musée au cours de son année inaugurale a succombé à une malheureuse illusion, peut-être parce qu’il correspondait si parfaitement aux notions contemporaines sur le racisme et l’identité culturelle, il n’y a personne de mieux placé pour nettoyer le gâchis.

C’est une obligation, à la fois pour ceux qui financent le musée et pour ceux qui feraient confiance à sa vision de l’histoire du cinéma.

Quel que soit le verdict final, tout examen approfondi des antécédents de Littlefeather et de ses allégations de harcèlement dans l’industrie du divertissement au fil des ans sera une expérience troublante. Il suffit de visionner l’interview de Stewart, publiée sur YouTube et réalisée quelques semaines seulement avant la mort de Littlefeather le 2 octobre, pour se rendre compte de la profondeur du problème.

D’après son propre témoignage, dont une grande partie aurait été donnée ici pour la première fois, Sacheen Littlefeather était une âme profondément troublée qui luttait puissamment contre les problèmes d’identité et d’acceptation.

Elle était, selon son propre récit, une schizophrène diagnostiquée qui a passé un an dans un hôpital psychiatrique après une tentative de suicide vers l’âge de 19 ans. Elle a décrit l’institution comme « vraiment un enfer, ‘Cuckoo’s Nest' ». Pendant près de deux mois , elle était catatonique, dit-elle. Des voix l’avaient poussée au suicide. Une paire de médecins, dont elle ne divulgue pas les noms, a utilisé un régime terrifiant de « psychodrame » – ils ont joué ses parents, tandis que des personnages à capuche noire écoutaient dans une pièce faiblement éclairée – pour l’aider à reconstruire des souvenirs d’abus et d’abandon d’enfance.

Elle était alors sous Thorazine, et d’autres médicaments plus tard, a dit Littlefeather à Stewart. Il y a eu un épisode ultérieur, mais elle s’est surtout stabilisée avec beaucoup d’aide d’une communauté amérindienne de la région de la baie de San Francisco qui s’est cristallisée autour d’une occupation de 19 mois de l’île d’Alcatraz qui a commencé en 1969. Elle a été attirée par le sentiment de « unité tribale », dit Petite Plume.

En apprenant et en partageant la vie indienne, « J’ai redécouvert qui je suis, qui je suis vraiment », a déclaré Littlefeather à Stewart. En particulier, elle s’est investie dans l’héritage de son père. « Je détestais mon père indien. C’était un fait. Je suis à moitié indienne », a-t-elle dit à Stewart.

Alors que certains «faits» sont maintenant contestés par les sœurs de Littlefeather, il ne fait aucun doute qu’elle a rapidement pris contact par lettre avec Marlon Brando, qui soutenait les militants amérindiens à l’époque, et a cultivé une relation qui l’a amenée à parler à sa place à la cérémonie des Oscars de 1973.

L’interview de Stewart ne contient pas beaucoup de détails sur le supposé boycott de Littlefeather par l’industrie cinématographique. Même en ce qui concerne une affirmation très répétée selon laquelle John Wayne a dû être empêché par six agents de sécurité de la faire sortir de la scène, cela est quelque peu étouffé ici. Elle n’a pas vu l’imbroglio, mais « a entendu un remue-ménage dans les coulisses ». Les rencontres ultérieures avec Walter Matthau et Lana Turner ont été délicieuses; mais elle dit que quelqu’un a tiré deux coups de feu dans sa direction alors qu’elle arrivait chez Brando après le célèbre spectacle. « Les anges et mes ancêtres s’occupaient vraiment de moi », dit Littlefeather.

Il y a des affirmations surprenantes sur la vidéo. Littlefeather, par exemple, dit que la nourriture a été empoisonnée lors du premier dîner de Thanksgiving, provoquant la mort d’Indiens, ce pour quoi les pèlerins ont rendu grâce. À Wounded Knee, le FBI aurait été empêché de transporter des militants indiens vers un oubli semblable à celui de Guantanamo par l’attention des médias mondiaux sur Littlefeather.

Dans l’interview, elle est incontestée. Les déclarations les plus étonnantes attirent un «wow» occasionnel de Stewart, ou une note que les choses ne sont pas enseignées de cette façon à l’école.

Mais quelque chose de plus est en ordre à ce stade – peut-être une exposition de musée bien documentée, retraçant les racines, les réalités et les dernières leçons à apprendre ici.

Sacheen Littlefeather : réalité ou fiction?


[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*