Critique de Kasabian – un rebond électro rauque remplit un spectacle absurdement épique

[ad_1]

OLorsque Kasabian a limogé son chanteur, Tom Meighan, la veille de sa condamnation pour avoir agressé son partenaire, son coéquipier Serge Pizzorno est sorti des rangs en tant que remplaçant prêt à l’emploi. Le guitariste barbu aux traits sombres a toujours été au cœur de l’image et de la joie de vivre du groupe, et son album solo et sa tournée de 2019 lui ont donné l’occasion de tester ses compétences en tant que leader.

Ici, l’homme qui a une fois marqué un but de volée parfaite à la télévision en direct tout en portant des chaussures de tricolore n’est pas déconcerté par la perspective d’affronter une vaste arène. Il bondit dans une parka surdimensionnée couverte de graffitis du genre que Liam Gallagher pourrait rejeter comme étant exagérée. Rocket Fuel – du dernier album du groupe, The Alchemist’s Euphoria – apporte le bruit, un mélange de marque de rythmes Prodigy-ish et de fanfaronnade Oasis pour exciter tout le monde pour le week-end. « Manchester, c’est vendredi ! » Pizzorno pleure. « Donnez-moi un mosh pit! »

Le manteau s’enlève après trois chansons, et le leader redevient lui-même : vêtu de noir, guitare attachée, chantant un peu plus nasillardement que son prédécesseur. Mais il a encore assez de charisme pour dire des choses comme « Tout le monde lève les mains vers le ciel ! » sans paraître idiot.

Bien que le rebond électro hooligan de Kasabian ne soit pas pour tout le monde, c’est un acte live redoutable. Le batteur Ian Matthews pimente l’électronique avec des percussions tonitruantes et le bassiste Chris Edwards apporte le funk, ce qui signifie que Club Foot, Underdog et Shoot the Runner sonnent d’une manière incorrigible. Le son de base du groupe est resté constant pendant deux décennies, mais ils ont ajouté des influences allant du psychédélisme au hip-hop. La nouvelle chanson Scriptvre mélange du soft rock et de la pop grand public, tandis que l’hymne de guitare Bless This Acid House sonne comme un Stereophonics duffed-up.

Le spectacle reconnaît les exigences des arénas. Pizzorno n’est pas trop fier pour le cliché « Le côté gauche fait du bruit! » routines, tandis que la tenue de leur nouveau guitariste, Rob Harvey – un manteau noir à capuche de type Grim Reaper – a un aspect théâtral. You’re in Love With a Psycho enchaîne avec One More Time de Daft Punk, et un plongeon dans la cascade des Stone Roses lors d’une version acoustique de Processed Beats ravit le public de Manchester. Le rythme ne baisse que légèrement lors d’une section acid rock. La promenade de Pizzorno dans les zones assises est diaboliquement chronométrée pour animer Treat, l’un de leurs numéros les plus quotidiens.

Empire devient un gigantesque chant de masse et le chanteur déclare : « L’ambiance de ce soir est la meilleure que j’aie jamais vue. » Il mentionne l’état du pays avant de suggérer que LSF (Lost Souls Forever) est une chance « d’oublier toute la merde et la douleur, et d’être ensemble ». Le refrain de la chanson – « Nous avons le dos au mur » – n’a jamais été aussi puissant. Au moment où ils atteignent un incendie absurdement épique, des scènes de foule de corps se tordant, d’hommes aux seins nus et de mosh pits qui se bousculent ressemblent à quelque chose de la Rome antique. Le propre empire de Kasabian semble plus fort que jamais.

Au Dome, Doncaster, le 31 octobre. Puis en tournée.

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*