Je peux pardonner à The Crown d’avoir égayé les faits – mais pas d’être si maladroit | Stephen Bates

Oilliam Shakespeare avait à peu près raison : n’écrivez pas sur les rois et les reines tant qu’ils ne sont pas morts depuis longtemps, sinon le contrecoup aurait pu être inconfortablement aigu – une hache plutôt qu’une plume, à l’époque pré-Twitter. Henri V pouvait-il parler français ? Bien sûr qu’il le pouvait. Richard III était-il un méchant tout droit sorti du mélodrame ? Non. Mais morts sains et saufs, ils pouvaient être célébrés ou mis au pilori à volonté.

Peter Morgan (pas de Shakespeare lui, hélas) n’a pas une telle excuse. Mais comment The Crown a-t-il pu passer à côté des événements du début des années 1990 sans les dramatiser ? La rupture spectaculaire des mariages royaux, l’incendie du château de Windsor, l’annus horribilis. C’est juste un peu dommage qu’ils aient tous été sans cesse choisis pour de vrai. Comment le drame peut-il rivaliser, sauf en inventant des choses ?

Tout d’abord, les bons côtés : les ornements sont somptueux, avec des yachts et des joueurs de cornemuse écossais, et certains des moments de tableau posés – la reine s’appuyant sur le rail du yacht royal Britannia par exemple – sont clairement dérivés de photographies originales que de nombreux téléspectateurs reconnaîtront, bien que dans ce cas, la photo a été prise 20 ans plus tôt.

Comment un casting stellaire pourrait-il mal tourner? Ils ne ressemblent pas beaucoup aux originaux, mais la plupart d’entre eux font un bon coup de poignard dans leur voix – bien qu’étrangement la meilleure caractérisation, Jonathan Pryce en tant que duc d’Édimbourg, fasse le moins d’efforts pour ressembler à lui. La représentation d’Elizabeth Debicki de Diana comme volontaire et paranoïaque semble également juste, et sa coopération clandestine avec le journaliste Andrew Morton sur son livre révélateur à son sujet en 1992 est également principalement vraie.

Elizabeth Debicki dans le rôle de la princesse Diana, avec le prince Charles de Dominic West: « Son portrait de volontaire et de paranoïaque semble à peu près juste. » Photographie : Keith Bernstein/AP

Mais c’est le dialogue et les situations qui claquent. Nous, correspondants, nous référons souvent au feuilleton royal, mais les conversations qu’il contient sont tout droit sorties d’un pauvre (bien que les décors soient trop solides pour se balancer). Les personnages tournent en rond en se disant ce qu’ils doivent déjà savoir. Ainsi, le prince Charles, dans la scène où il fait allusion au Premier ministre, John Major, pour persuader la reine d’abdiquer, dit : « On aurait pu s’attendre à venir de Brixton, un quartier ouvrier multiculturel de Londres, vous auriez pu cacher votre passé dans afin de s’intégrer aux conservateurs ou d’avoir un point de vue plus socialiste.

C’est un miracle que Major ne réponde pas : « Cor blimey, guv – you got me bang to rights! » Bien sûr, cette petite exposition est destinée au public américain, qui ne connaît peut-être pas Brixton de Balmoral, mais nous avons l’affirmation de Major qu’aucune scène de ce genre ne s’est jamais produite, et je pense que nous pouvons supposer qu’il a raison. Il n’a pas caché son passé mais l’a célébré – et personne ne l’a jamais confondu avec un socialiste.

Le pauvre homme doit également assister à un monologue absurde de la reine sur le fait que le gouvernement paie pour la rénovation du yacht royal (ce que le gouvernement major a certainement envisagé pendant un certain temps, selon ses mémoires). Imelda Staunton, plus Vera Drake qu’Elizabeth II, lui dit que le navire est « une expression flottante et maritime de moi » et exige que le gouvernement fasse ce qu’elle demande « sans poser de questions ». Il y a très longtemps qu’aucun monarque n’avait osé parler de manière aussi péremptoire à un premier ministre, probablement pas depuis ses prédécesseurs Stuart au XVIIe siècle.

Cela ne sonne pas non plus vrai d’après tout ce que nous savons de la reine. Il est tout aussi improbable que le prince Charles demande à Major ce qui s’est passé lors de son audience privée. Le pauvre Jonny Lee Miller, jouant le Major, doit généralement s’asseoir ou se tenir debout, ressemblant à un mulet énigmatique jusqu’à ce qu’il soit autorisé à faire un discours à sa femme, Norma, déplorant l’état du pays et comment tout va se passer. si les mariages de la famille royale se brisent. Eh bien, il s’est trompé, n’est-ce pas ?

Jonny Lee Miller comme John Major
Jonny Lee Miller dans le rôle de John Major « doit généralement s’asseoir ou se tenir debout, ressemblant à un mulet énigmatique ». Photo : Netflix/PA

Pryce, en tant que duc, semble être suivi partout par un mystérieux oiseau de proie planant de manière inquiétante dans le ciel presque comme s’il s’était échappé d’un film d’horreur. Ses répliques à Diana viennent d’un genre complètement différent : « Je peux être un vieux dur à cuire mais j’ai toujours eu un faible pour toi, peut-être parce que tu es jeune, peut-être parce que tu es une belle femme. » Nous savons que le duc a écrit des lettres de sympathie et de soutien à Diana lors de la rupture du mariage, mais je doute qu’il ait tiré son texte directement de Mills et Boone.

Peut-être que les courtisans ont vraiment essayé de cacher une copie du Sunday Times éclaboussant un sondage d’opinion suggérant que beaucoup pensaient que la reine devrait abdiquer (incroyable que la presse du dimanche ait apparemment réussi à atteindre le yacht royal naviguant au large des Hébrides à la première heure du sabbat il y a 30 ans). ), mais il est vraiment beaucoup plus probable que son Maj aurait d’abord cherché le Sunday Telegraph.

Lors d’une réception pour les médias au château de Windsor avant le jubilé d’or, en 2002, elle a convoqué son rédacteur en chef de l’époque, Dominic Lawson, qui s’attendait apparemment à être félicité pour la récente refonte du journal, pour lui demander où il avait déplacé les mots croisés parce que elle ne le trouvait plus. Cela ressemble beaucoup plus à la reine qu’à l’image d’elle pleurant silencieusement dans une détresse abjecte devant un article du journal du dimanche.

Lors de la même réception, Polly Toynbee a demandé au duc s’il avait déjà lu le Guardian. « Sans peur! » il a répondu. Alors, les membres de la famille royale survivants se recroquevilleront-ils derrière leurs canapés, osant à peine regarder la dernière série sur Netflix ce soir ? Je suppose que leur réponse sera probablement la même que celle du duc, à moins qu’ils ne veuillent bien rire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*