Chaos et colère au festival des fans de la Fifa lors de la « journée extraordinaire » du Qatar

JQuelques minutes avant le début de la première Coupe du monde organisée au Moyen-Orient, la perspective de voir l’Équatorien Enner Valencia mettre le Qatar à l’épée semble lointaine. « Désolé, monsieur, nous sommes complets », déclare le maître d’hôtel du Desert Rose, l’un des rares restaurants diffusant le gibier dans le souk Waqif de Doha. Leurs écrans extérieurs peuvent cependant être vus depuis le trottoir. « Désolé, monsieur, vous ne pouvez pas rester là », dit un agent de sécurité poli mais ferme. « Passez votre chemin, monsieur. »

En parcourant les ruelles et les places animées, il y a peu de preuves pour étayer l’affirmation de l’entraîneur-chef du Qatar, Félix Sánchez, selon laquelle ce sera « une journée extraordinaire comme aucune autre ». Du moins pas au Souq Waqif, un rare exemple d’architecture qatarienne à Doha où les étals de marché et les salons à chicha abondent et les chaînes de télévision du monde entier ont installé des studios pour ce décor authentique (le Souq Waqif a été rénové en 2006).

Le grand Bulgare Hristo Stoichkov apporte une touche d’authenticité à la Coupe du monde en réalisant une interview auprès d’un énorme pouce d’or. À proximité, trois supporters mexicains en tenue arabe, dont un portant un masque de catch, font leur apparition à la télévision locale. Sinon, il y a plus de journalistes à la recherche de fans de la Coupe du monde que de fans – locaux ou autres – qui cherchent à regarder le match d’ouverture de ce que le président de la Fifa, Gianni Infantino, contesterait comme une Coupe du monde révolutionnaire. Des vieillards poussent des brouettes dans les rues et les terrasses des cafés sont principalement remplies de locaux fumant des pipes à chicha.

C’était une image différente et plus inquiétante au Fifa Fan Festival au parc Al Bidda plus haut sur la Corniche. Le lieu a une capacité officielle de 40 000 mais pour le deuxième jour depuis son ouverture, il y avait des scènes chaotiques sur le site. Les organisateurs ont permis à trop de fans d’entrer sur le site avant le coup d’envoi. Un rapport a estimé que le double de la capacité avait tenté d’entrer. Ils ont été gardés dans une zone d’attente entre le parc principal du festival et l’entrée du périmètre avant d’être reconduits.

« C’était dangereux », a déclaré un fan transportant un enfant de près de quatre ans, qui était sorti de la zone d’attente. « Ils ont laissé entrer trop de monde. Nous ne sommes jamais arrivés dans la zone principale et j’étais content de partir. » La police a mis environ 45 minutes pour éliminer les fans en excès au milieu de scènes de colère. Un autre casse-tête pour la Fifa, qui a tant bien que mal réussi à ajouter aux polémiques entourant le tournoi ces derniers jours.

Guide rapide

Qatar : au-delà du football

Spectacle

C’est une Coupe du monde pas comme les autres. Au cours des 12 dernières années, le Guardian a rendu compte des problèmes entourant Qatar 2022, de la corruption et des violations des droits de l’homme au traitement des travailleurs migrants et des lois discriminatoires. Le meilleur de notre journalisme est rassemblé sur notre page d’accueil dédiée Qatar: Beyond the Football pour ceux qui veulent approfondir les questions au-delà du terrain.

Les reportages des gardiens vont bien au-delà de ce qui se passe sur le terrain. Soutenez notre journalisme d’investigation aujourd’hui.

Merci pour votre avis.

Les fans sont encouragés à descendre sur Al Bidda Park – où les sponsors de la Fifa tels que Budweiser peuvent vendre leurs marchandises, alcoolisées ou zéro (goût) – car les options pour s’immerger dans l’expérience de la Coupe du monde ailleurs à Doha sont pour le moins compliquées. De nombreux visiteurs sont arrivés dans leurs hôtels chers pour constater que le prix n’inclut pas l’accès aux matchs à la télévision. De nombreux hôtels ont hésité à payer au diffuseur hôte BeIN Sports des frais d’abonnement de 100 000 riyals qatariens (23 105 £ au taux de change d’aujourd’hui) pour diffuser la Coupe du monde dans leurs restaurants, bars et chambres. Il en va de même pour les propriétaires de villas et d’appartements privés qui sont loués à des fans du monde entier. C’est parti pour le Fifa Fan Festival, à condition d’avoir un laissez-passer officiel Hayya.

Le bien nommé « La Boca » est un autre restaurant montrant l’ouverture de la Coupe du Monde à Souq Waqif. Mais ailleurs, et malgré quelques acclamations lorsque le premier but de l’Équateur a été refusé, c’est dimanche comme d’habitude. Pendant une heure de marche jusqu’au souk via la rue animée Al Jazeera, on aperçoit occasionnellement des Qataris embrassant un moment d’une grande importance sportive pour le monde arabe. Les familles se rassemblent également devant un grand écran au Millennium Plaza – des enfants, des femmes et des hommes tous vêtus de l’équipement du Qatar – et applaudissent chaque fois que l’entraîneur de l’équipe nationale apparaît à l’écran en route vers le stade Al Bayt à près de 50 km au nord de Doha.

À l’extérieur d’une animalerie près de Souq Waqif Hassan et cinq de ses amis sont assis à regarder un tampon d’écran d’ordinateur portable à plusieurs reprises pendant la cérémonie d’ouverture. Leur désespoir face au signal Wifi n’enlève rien à leur chaleureuse hospitalité. Une chaise en plastique et un café sont sortis du magasin pour le journaliste anglais de passage. « C’est le plus grand jour du monde et ça se passe ici. Vous devez comprendre à quel point c’est important », déclare Hassan. « Quoi qu’il arrive dans le jeu, nous avons déjà gagné. » Le Qatar pourrait dire que c’était le but. L’ordinateur portable recommence à se mettre en mémoire tampon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*