L’entreprise licencie 2 700 travailleurs alors qu’ils dormaient quelques jours avant Thanksgiving

Une entreprise de meubles basée au Mississippi a brusquement licencié près de 2 7000 travailleurs aux États-Unis quelques jours avant Thanksgiving, selon plusieurs rapports.

Juste avant minuit le 21 novembre, des milliers de travailleurs – dont beaucoup dormaient – ont reçu un SMS de United Furniture Industries (UFI) indiquant qu’ils avaient été effectivement licenciés et qu’ils n’étaient plus autorisés à reprendre le travail.

« Sur l’instruction du conseil d’administration … nous avons le regret de vous informer qu’en raison de circonstances commerciales imprévues, la société a été contrainte de prendre la décision difficile de mettre fin à l’emploi de tous ses employés, avec effet immédiat », le message, que le Le New York Post a passé en revue, a déclaré.

« Votre licenciement de l’entreprise devrait être permanent et tous les avantages seront immédiatement résiliés sans fourniture de Cobra », lit-on dans un e-mail de suivi de l’entreprise, faisant référence à une loi fédérale qui donne aux employés qui perdent leur emploi la possibilité de garder leur assurance maladie parrainée par l’employeur dans certaines circonstances.

L’entreprise a également demandé à ses chauffeurs de « restituer immédiatement le matériel, l’inventaire et les documents de livraison », qu’ils soient ou non [they] a complété [their] livraison ».

Les employés n’ont reçu aucune explication sur la raison pour laquelle ils ont été licenciés si brusquement. Mardi, UFI a envoyé une mise à jour concernant la récupération de leurs biens, que FreightWaves a examinée.

« Dès que le gestionnaire immobilier pourra fournir un processus sûr et ordonné aux anciens employés pour venir récupérer leurs affaires, ils le feront … Nous ne sommes pas certains du délai pour cela, mais nous communiquerons de manière proactive », indique l’e-mail.

En réponse, de nombreux employés ont exprimé leur choc et leur frustration face à leur licenciement brutal.

Un employé a déclaré à FreightWaves : « Ce n’est pas juste pour les ouvriers qui ont sérieusement travaillé si dur d’être pris au dépourvu comme ça. Ce n’est pas juste pour la mère qui vient d’avoir un bébé de se demander si elle a même une assurance maladie pour le couvrir. Ce n’est pas juste pour la patiente cancéreuse en pleine chimio de savoir comment payer ses traitements.

Un autre employé, TJ Martin, a déclaré à WLBT : « Cela a été un choc radical pour chacun de nous… Cela met un frein au moral de tout le monde, surtout quand on vous dit d’être prêt à frapper fort lundi. Chacun de nous est dévoué à l’entreprise. Nous nous considérons comme des membres de la famille.

Mercredi, l’ancienne employée Toria Neal a intenté une action en justice contre l’entreprise, alléguant qu’elle avait violé la loi fédérale sur l’adaptation et la reconversion des travailleurs en ne donnant pas un préavis d’au moins 60 jours de sa fermeture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*