Britishvolt abandonne son projet de deuxième usine au Canada

La startup de batteries Britishvolt a officiellement abandonné un plan de longue haleine visant à construire une deuxième usine au Canada, alors qu’elle se concentre sur l’obtention de nouveaux financements pour son projet britannique en difficulté.

Le projet principal de Britishvolt est une tentative de construction d’une usine près de Blyth dans le nord-est de l’Angleterre capable de produire des batteries d’une capacité de 30 gigawattheures (30 GWh) chaque année.

Cet effort s’est heurté à de graves difficultés financières, Britishvolt recherchant maintenant des millions de livres de nouveaux investissements pour continuer à fonctionner après avoir évité de justesse l’administration au début du mois. Les luttes ont été considérées comme un coup dur pour les perspectives de l’industrie automobile britannique.

Cependant, Britishvolt a exprimé ces dernières semaines sa confiance en sa capacité à trouver une nouvelle source de financement. Il a également promis de rendre la plupart de son personnel au plein salaire en décembre, bien que les hauts dirigeants renonceront toujours à leur salaire, ont déclaré des personnes au courant de la situation.

Malgré la portée ambitieuse de ses plans au Royaume-Uni, l’entreprise avait également des ambitions plus larges, y compris un effort naissant pour construire une centrale encore plus grande de 60 GWh au Québec. En signe de son intention, l’entreprise a embauché Philippe Couillard, l’ancien premier ministre de la province canadienne, pour diriger cet effort. Il a cessé de travailler pour Britishvolt en octobre, selon un profil sur les réseaux sociaux.

L’opération canadienne a toujours été minuscule, avec seulement trois employés inscrits dans un bureau à Montréal, mais elle a été considérée par certaines personnes au sein de Britishvolt comme un exemple d’approche extravagante de la gestion d’une startup. Couillard a tenu deux réunions avec des responsables canadiens dans le but d’obtenir un financement gouvernemental pour la construction d’une usine de fabrication de batteries au Canada, selon un registre public.

Un porte-parole de Britishvolt a déclaré qu’il espérait toujours retourner en Amérique du Nord à un moment donné. Mettre fin à l’opération a été une « décision difficile à prendre compte tenu de l’intérêt croissant des clients potentiels de cellules de batterie au Canada, de l’engagement positif du gouvernement du Québec et du rôle important que joue le pays dans les secteurs automobile et aéronautique nord-américains », a-t-il déclaré.

La société mère britannique a été sauvée ce mois-ci grâce à une injection de liquidités de dernière minute par Glencore, une société de négoce de matières premières du FTSE 100 qui est également actionnaire de Britishvolt.

Le dernier investissement de Glencore était estimé à moins de 5 millions de livres sterling, une somme qui ne devait durer que cinq ou six semaines. Cependant, on pense maintenant que Britishvolt pourrait continuer à fonctionner jusqu’à la nouvelle année après avoir réduit les coûts, y compris les réductions de salaire.

Pourtant, les créanciers veulent toujours protéger leurs intérêts. L’un des prêteurs de Britishvolt, la société d’investissement luxembourgeoise Katch Fund Solutions, a nommé ce mois-ci un séquestre pour sa filiale immobilière. Britishvolt a déclaré que cette décision ne concernait qu’une dette minoritaire garantie contre le site de Blyth et qu’il y avait « des discussions positives avec l’intention de refinancer un paiement au créancier garanti dans les semaines à venir ».

Plusieurs visiteurs se sont rendus sur le site de Britishvolt ces dernières semaines pour envisager un achat, bien que l’on ne pense pas que les pourparlers, qui sont menés par un groupe soudé de cadres supérieurs, aient atteint un stade avancé avec l’un des soumissionnaires potentiels.

Britishvolt doit également s’adapter à la perte de plusieurs employés ces dernières semaines alors que l’ampleur de ses problèmes financiers est devenue évidente, selon deux sources.

Couillard a été approché pour commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*