Pourquoi les joueurs de la Coupe du monde portent-ils d’étranges masques faciaux sur le terrain ?

Ils ont évoqué des comparaisons avec Hannibal Lecter et le Fantôme de l’Opéra, mais les étranges masques faciaux qui apparaissent sur les terrains de la Coupe du monde au Qatar ne sont pas des déclarations de mode mais des dispositifs de protection de haute technologie.

Les masques sont fabriqués à partir de matériaux comme le polycarbonate et protègent les athlètes qui ont subi des blessures au visage, leur permettant de jouer sans risquer davantage. Certains sont imprimés en 3D pour s’adapter exactement à un scan des contours du visage de chaque athlète.

Le golden boy du football croate Joško Gvardiol, 20 ans, portait un masque noir distinctif lors de la confrontation du groupe F de la semaine dernière contre le Maroc et de nouveau dimanche contre le Canada.

L’arrière central du RB Leipzig a quitté le terrain après une collision avec son coéquipier Willi Orban lors d’un match plus tôt ce mois-ci, des scans montrant plus tard qu’il s’était cassé le nez et avait subi des blessures mineures au visage et aux yeux. Gvardiol a décidé de porter le masque pour se protéger d’autres dommages.

Joško Gvardiol de Croatie lors de la victoire contre le Canada dimanche. Photographie : Pixsell/MB Media/Getty Images

Une collision similaire sur le terrain a laissé le Sud-Coréen Son Heung-min, 30 ans, avec une orbite fracturée lors d’une victoire en Ligue des champions le 1er novembre. La star de Tottenham Hotspur est entrée en collision avec l’épaule du défenseur marseillais Chancel Mbemba, provoquant son départ immédiat du terrain.

Son arbore désormais un masque noir en fibre de carbone, qu’il décrit comme « plus confortable que je ne le pensais. Il est fait de bon matériel. Il est léger, dur lorsqu’il est porté sur le visage et c’est un bon matériau qui peut protéger contre les chocs. J’ai été surpris qu’il soit considérablement plus léger que je ne le pensais.

Son Heung-min dans un masque couvrant son front et ses pommettes.
« Plus léger que je ne le pensais »: Son Heung-min de Corée du Sud. Photographie : Dave Shopland/REX/Shutterstock

Le gardien iranien Alireza Beiranvand, 30 ans, s’est également masqué après avoir subi une blessure au visage contre l’Angleterre.

Beiranvand s’est affronté de façon spectaculaire avec son coéquipier Majid Hosseini lors de leur défaite 6-2.

Le Tunisien Ellyes Skhiri, 27 ans, portait un masque face au Danemark et à l’Australie dans les affrontements du groupe D. Le milieu de terrain du FC Köln soigne une pommette cassée après s’être blessé fin octobre.

Skhiri est dans un masque en fibre de carbone
Ellyes Skhiri lors de la défaite de la Tunisie face à l’Australie samedi. Photographie : Catherine Ivill/Getty Images

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*