Des influenceurs ont été payés par Google pour promouvoir un téléphone Pixel qu’ils n’ont jamais utilisé

Google et iHeartMedia, le plus grand opérateur de stations de radio des États-Unis, font l’objet d’une fausse poursuite publicitaire pour des publicités qu’ils ont diffusées sur le Pixel 4 (que nous avons trouvées trop chères et pleines d’expériences à moitié travaillées). La FTC et quatre États affirment que les entreprises ont diffusé « près de 29 000 recommandations trompeuses de personnalités de la radio » en 2019 et 2020, le directeur du Bureau de la protection des consommateurs, Samuel Levine, déclarant que « Google et iHeartMedia ont payé des influenceurs pour promouvoir des produits qu’ils n’ont jamais utilisés, faisant preuve d’un manque de respect flagrant. pour les règles de vérité dans la publicité. Les deux sociétés ont réglé le procès et devront payer 9,4 millions de dollars de pénalités.

Dans les publicités de Google, des personnalités à l’antenne ont raconté à quel point elles aimaient le Pixel 4, mais, pour citer le communiqué de presse de la FTC, « les personnalités à l’antenne n’ont pas reçu de Pixel 4 avant d’enregistrer et de diffuser la majorité des publicités et ne possédait donc pas ou n’utilisait pas régulièrement les téléphones. » Par conséquent, les affirmations à la première personne faites dans les publicités, telles que « C’est mon appareil photo de téléphone préféré, en particulier dans des conditions de faible luminosité, grâce au mode Night Sight », « J’ai pris des photos de tout en studio » et  » C’est aussi formidable pour m’aider à faire des choses, grâce au nouvel assistant Google à commande vocale qui peut gérer plusieurs tâches à la fois », cela ne peut pas être vrai.

Il semble que tout se serait bien passé si ces publicités n’étaient pas à la première personne. La procureure générale du Massachusetts, Maura Healey, explique : « Il est de bon sens que les gens accordent plus d’importance aux expériences de première main. Les consommateurs s’attendent à ce que les publicités à la radio soient véridiques et transparentes sur les produits, et non trompeuses avec de fausses mentions. Le règlement d’aujourd’hui tient Google et iHeart responsables de cette campagne publicitaire trompeuse et garantit le respect des lois nationales et fédérales à l’avenir.

Un porte-parole de Google a déclaré à TechCrunch : « Nous sommes ravis d’avoir résolu ce problème. Nous prenons au sérieux le respect des lois sur la publicité et avons mis en place des processus conçus pour nous assurer que nous respectons les réglementations et les normes de l’industrie en vigueur.

Dans le cadre du règlement, Google et iHeartMedia ne sont pas autorisés à « déclarer faussement qu’un endosseur a possédé ou utilisé, ou à propos de son expérience avec, certains produits ». L’accord est soumis à une période de consultation publique de 30 jours, après quoi la commission votera sur l’opportunité de rendre définitives les ordonnances de consentement proposées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*