La Chine introduit une censure de niveau « d’urgence » sur les manifestations zéro-Covid

Les autorités chinoises ont lancé le plus haut niveau de censure de «réponse d’urgence», selon des directives divulguées, y compris une répression des VPN et d’autres méthodes de contournement de la censure en ligne après que des manifestations sans précédent ont démontré une frustration publique généralisée à l’égard de la politique zéro-Covid.

La répression, y compris le suivi et l’interrogatoire des manifestants, s’accompagne d’un assouplissement des restrictions en cas de pandémie, dans une approche apparente de la carotte et du bâton face à une vague de griefs publics. Au cours d’une semaine extraordinaire en Chine, les protestations contre les restrictions zéro-Covid comprenaient des critiques du régime autoritaire de Xi Jinping – qui a été encore mise en évidence par la mort de l’ancien dirigeant chinois Jiang Zemin.

Directives divulguées émises aux plateformes chinoises en ligne, publiées pour la première fois par un compte Twitter consacrés au partage d’informations liées aux manifestations, ont révélé les inquiétudes spécifiques des autorités concernant l’intérêt croissant des citoyens à contourner le soi-disant « grand pare-feu » chinois. Les manifestations ont été strictement censurées, mais les manifestants et d’autres citoyens ont utilisé cette semaine des VPN pour accéder aux actualités non chinoises et aux applications de médias sociaux qui sont interdites en Chine.

Les directives, également publiées et traduites par le China Digital Times, un site d’information basé aux États-Unis axé sur la censure chinoise, provenaient de l’administration chinoise du cyberespace et annonçaient une « réponse d’urgence Internet de niveau I, le plus haut niveau de gestion de contenu ».

Il a ordonné aux gestionnaires d’adopter une « approche pratique » et de renforcer la gestion du contenu pour identifier, traiter et signaler rapidement les informations sur ce qu’il a appelé les « perturbations hors ligne » et les « événements récents très médiatisés dans diverses provinces ».

« L’incident du 24 novembre a déclenché l’expression de divers griefs », a-t-il déclaré, selon la traduction de CDT et en référence à l’incendie du bâtiment d’Urumqi qui a tué 10 personnes.

« Des slogans politiques pernicieux sont apparus à Shanghai ; les étudiants collégiaux et universitaires ont tenu des rassemblements politiques bien en vue; les calomnies par les médias étrangers ont augmenté ; et divers sites Web ont renforcé leur gestion de contenu.

Il a noté les dates à venir pendant lesquelles les gestionnaires devraient être particulièrement attentifs, notamment la semaine anniversaire de l’incendie, la Journée mondiale des droits de l’homme et la Journée internationale de lutte contre la corruption. Ils ont également ordonné aux plates-formes de commerce électronique de « nettoyer » la disponibilité des produits et des applications et des « contenus nuisibles » conçus pour contourner les restrictions Internet, comme les VPN et les routeurs contournant les pare-feu.

Les manifestants et les habitants qui souhaitent exprimer leurs griefs au sujet de la politique zéro-Covid ou d’autres aspects de la vie en Chine ont joué au chat et à la souris avec les censeurs cette semaine. La mort de Jiang Zemin, 96 ans, annoncée mercredi, a fourni à certains un moyen d’exprimer de manière créative leur mécontentement à l’égard de Xi.

Bouquets de fleurs placés par des personnes en deuil devant l’ancienne maison de Zemin dans la ville orientale de Yangzhou. Photographie : AFP/Getty Images

Jiang a laissé un héritage mitigé. Élevé au rang de chef du Parti communiste chinois lors des manifestations et du massacre de Tiananmen en 1989, Jiang a supervisé la répression qui a suivi, ainsi que la répression des pratiquants de Falun Gong. Il a également sorti la Chine de l’isolement international qui a suivi 1989, a fait croître l’économie du pays et l’a amenée à une plus grande participation internationale. Il était également beaucoup plus expressif extérieurement et participait avec les médias, en contraste frappant avec le Xi notoirement fermé.

Sous le régime de plus en plus autoritaire et globalement isolé de Xi, les jeunes ont commencé ces dernières années à regarder l’ère Jiang avec plus d’affection.

Plus d’un demi-million de commentateurs ont inondé le message de la chaîne de télévision publique CCTV sur la plate-forme de type Twitter Weibo dans l’heure qui a suivi l’annonce de sa mort, beaucoup le qualifiant de « grand-père Jiang ».

« Crapaud, nous vous avons blâmé à tort auparavant ; vous êtes le plafond, pas le sol », a déclaré un commentaire censuré depuis en utilisant un surnom populaire et légèrement affectueux pour Jiang. À la retraite, Jiang est devenu le sujet de mèmes légers parmi les fans chinois de la génération Y et de la génération Z, qui se sont appelés « adorateurs de crapauds » sous l’emprise de son visage de grenouille et de ses manières excentriques.

Certains internautes ont vu leurs comptes sur les réseaux sociaux suspendus après avoir partagé une chanson intitulée « malheureusement ce n’est pas toi ». Le mot « malheureusement » en chinois est « ke xi », tandis que « vous » se traduit par « ni » – une référence à Winnie-the-Pooh qui est elle-même une référence interdite à Xi Jinping. Un autre article populaire a vu un livre sur Jiang, intitulé « Il a changé la Chine » modifié pour dire « Il l’a changé », avec « il » une référence commune pour Xi car le nommer dans la critique peut entraîner une punition rapide.

Jeudi, des centaines de personnes se sont rassemblées dans la ville natale de Jiang, dans la ville orientale de Yangzhou, pour rendre hommage à l’ancien dirigeant chinois jeudi soir, laissant un épais tas de bouquets autour du périmètre de son ancienne résidence.

Une vendeuse de fleurs au bord de la route a déclaré qu’elle avait « perdu le compte » du nombre de chrysanthèmes – des fleurs funéraires chinoises – qu’elle avait vendues jeudi.

Des journalistes de l’Agence France-Presse ont vu des gens faire la queue pour les déposer contre le mur de pierre grise de la maison traditionnelle, certains s’inclinant et récitant de brèves prières.

« C’était un grand leader, patriote et positif », a déclaré à l’AFP Li Yaling, une femme d’une soixantaine d’années, à Yangzhou. « Nous l’admirions beaucoup et ressentons de la perte et de la nostalgie maintenant qu’il est parti. »

Le personnel de sécurité sur le site a poliment mais fermement déplacé rapidement des groupes de personnes en deuil dans l’étroite ruelle devant le bâtiment historique dans une tentative apparente d’éviter les rassemblements de personnes. Il existe une tradition en Chine d’utiliser les rassemblements publics de deuil pour les anciens dirigeants afin d’exprimer leur mécontentement à l’égard du régime actuel.

Un groupe de femmes porte des chrysanthèmes pour rendre hommage à l'ancien dirigeant chinois.
Un groupe de femmes porte des chrysanthèmes pour rendre hommage à l’ancien dirigeant chinois. Photographie : Isaac Lawrence/AFP/Getty Images

Ces derniers jours, il y a eu un changement distinct dans les messages des responsables et des médias d’État, reclassant la pandémie. Les responsables semblent avoir arrêté ou du moins réduit le fait de faire référence à la politique « dynamique zéro Covid » par son nom. Les blocages ont été levés dans les grandes villes, même là où un nombre relativement élevé de cas est encore signalé. La plus faible sévérité d’Omicron par rapport aux souches virales précédentes est publiquement discutée et soulignée pour la première fois.

Vendredi, les commentaires du média officiel de l’État, Xinhua, ont appelé à une plus grande responsabilité individuelle concernant le port du masque, le lavage des mains, la ventilation et la réduction des rassemblements. Ils ont également souligné la nécessité de protéger les groupes vulnérables et pour les autorités locales d’être plus rapides à rouvrir les verrouillages ciblés.

« Étant donné que les risques peuvent être gérés, ce qui doit être géré doit être bien géré, et il doit également y avoir un assouplissement le cas échéant », a-t-il déclaré selon une traduction de l’analyste chinois Bill Bishop.

Recherche supplémentaire par Chi Hui Lin


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*