« Le Sénégal est le meilleur » : Dakar rêve de Coupe du monde bouleversé

JÀ moins de 4 500 milles (7 200 km) des stades rutilants du Qatar, un homme du nom de Serigne Fallou proclame avec confiance qu’il sait déjà quel sera le résultat dimanche lorsque l’Angleterre affrontera le Sénégal en huitièmes de finale de la Coupe du monde.

« Absolument, le Sénégal va gagner, 1-0 », déclare Fallou, un portier d’appartement à Dakar, la capitale animée du Sénégal sur l’océan Atlantique. « Je n’ai aucun doute. »

Des gens sont assis dans un restaurant sur la côte et regardent un match de Coupe du monde sur grand écran à Dakar. Photographie : Guy Peterson

Il y a de l’effervescence dans l’air dans ce petit pays d’Afrique de l’Ouest, où les Lions de la Teranga ont connu une belle séquence ces derniers temps. Des joueurs tels que Sadio Mané (récemment échangé de Liverpool au Bayern Munich), Kalidou Koulibaly de Chelsea et la star d’Everton Idrissa Gana Gueye dans les ligues européennes. Ils ont battu l’Égypte de Mo Salah pour remporter la Coupe d’Afrique des Nations cette année, déclenchant des fêtes de rue de plusieurs jours à Dakar qui ont retardé l’arrivée des gagnants – et leur trophée – de l’aéroport alors qu’ils traversaient sept heures de trafic induit par la foule. eux à la maison.

Deux équipes locales jouent sur un terrain de sable dans le quartier nord de Dakar à N'gor.
Deux équipes locales jouent sur un terrain de sable dans le quartier de N’gor, au nord de Dakar. Photographie : Guy Peterson

Et maintenant, les Sénégalais sont prêts à remporter ce qui serait leur première Coupe du monde.

Les marchands ambulants de la capitale surpeuplée, regorgeant de millions d’habitants, ont échangé – ou augmenté – leurs stocks d’ustensiles de cuisine, de chargeurs de téléphone ou de tchotchkes touristiques contre des drapeaux, des bracelets, des bandeaux et des chemises sénégalais. Les maillots de légalité variable coûtent entre 5 000 et 15 000 francs CFA (6,50 £ à 19,56 £), les jeunes enfants courant souvent dans la rue parés de la tête aux pieds dans des kits complets avant les matchs.

Ablaye Diaby installe un grand drapeau sous des dizaines de maillots de football sur un mur en face de sa petite boutique vendant plus de marchandises à Dakar.
Ablaye Diaby installe un grand drapeau sous des dizaines de maillots de football sur un mur en face de sa petite boutique vendant plus de marchandises à Dakar. Photographie : Guy Peterson

« Ils vont gagner. L’équipe sénégalaise est championne d’Afrique », déclare Ousseynou Thioune, vendant une variété de maillots et de bracelets sur un boulevard très fréquenté. Il augmente la prédiction de Fallou, à 2-0.

« Ce sont toujours les Lions, même sans Sadio », déclare Thioune, faisant référence à l’attaquant vedette Mané, qui s’est blessé lors d’un match contre le Bayern juste avant le début de la Coupe du monde.

Une femme achète un maillot de football sénégalais à Ousseynou Thioune (au milieu à gauche) à Dakar avant le match de Dakar contre l'Angleterre dimanche.
Une femme achète un maillot de football sénégalais à Ousseynou Thioune (au milieu à gauche) à Dakar avant le match de Dakar contre l’Angleterre dimanche. Photographie : Guy Peterson

Lorsqu’il a été annoncé que le finaliste du Ballon d’Or devrait s’absenter, le drame et la consternation parmi la population folle de football et de Mané se sont ensuivis. Dans la foulée, un homme a déclaré à France24 qu’« j’ai pleuré quand j’ai vu » la nouvelle.

« Avec mes amis, on en parlait. Il y en avait qui avaient acheté une télévision [to watch the World Cup] – et ils l’ont revendu », a-t-il déclaré.

Les gens installent de petits buts pour jouer au football sur un terrain en béton dans un quartier résidentiel de Dakar.
Les gens installent de petits buts pour jouer au football sur un terrain en béton dans un quartier résidentiel de Dakar. Photographie : Guy Peterson

Pourtant, les Lions ont plus que persévéré. Leur match d’ouverture contre les Pays-Bas, qui s’est soldé par une défaite 2-0, a été rapidement repoussé avec des victoires 3-1 et 2-1 contre le Qatar et l’Équateur, respectivement.

Un jeune garçon regarde le terrain d'un stade de football dans un quartier résidentiel de Dakar.
Un jeune garçon regarde le terrain d’un stade de football dans un quartier résidentiel de Dakar. Photographie : Guy Peterson

« Cette année, cette Coupe du monde, j’espère que les Africains iront en finale. Une équipe africaine doit se qualifier. Et le Sénégal est le meilleur », dit Thioune. Avec le Sénégal, le Maroc est également sorti de la phase de groupes, le Cameroun et le Ghana ayant toujours une chance de se qualifier pour leurs derniers matches de groupe vendredi.

« Le football aide les gens à oublier le chômage, il aide les gens à oublier leurs problèmes », poursuit Thioune. « Quand il y a du football, tout le monde parle de football. Vous êtes obligé d’oublier vos problèmes – même les politiciens, même le président.

Un fan de football sénégalais célèbre lors d'un match de coupe du monde dans un bar sportif local à Dakar.
Un fan de football sénégalais célèbre lors d’un match de Coupe du monde dans un bar sportif local à Dakar. Photographie : Guy Peterson

Au Sénégal, le sport national est agneau, une forme de lutte traditionnelle semblable au sumo. Mais comme tant d’autres endroits à travers le monde, le football est toujours le grand égalisateur mondial, joué partout, des terrains de sable grêlés du pays à ses grands stades. Lorsque Mané jouait pour Liverpool, il était facile de trouver des téléviseurs et des smartphones réglés sur les Reds partout, de Dakar aux plus petits villages de l’arrière-pays rural du Sénégal.

« Nous avons [star] des joueurs comme les Anglais. Ils jouent dans des championnats anglais », explique Ke Ba, un restaurateur qui sert des plats de poisson, de riz et de légumes – le plat national, thieboudienne – de son petit restaurant d’une pièce. Bien qu’il porte un maillot de Manchester, il n’a aucun amour pour l’équipe nationale anglaise.

« Nous croyons que nous allons gagner », dit-il. « C’est la Coupe du monde, il faut battre les grosses équipes.

Pourtant, certains couvrent leurs paris.

Djibril sert à un client un sandwich pour le petit-déjeuner dans son magasin du coin orné de drapeaux sénégalais et d'écharpes sur les étagères.
Djibril sert à un client un sandwich pour le petit-déjeuner dans son magasin du coin orné de drapeaux sénégalais et d’écharpes sur les étagères. Photographie : Guy Peterson

« Non », répond Djibril Diallo, insistant sur le fait qu’il n’est pas nerveux en soi. Mais « l’Angleterre, ce n’est pas une petite équipe », ajoute le propriétaire du dépanneur, dont la boutique est habillée d’une écharpe sénégalaise accrochée à un mur de denrées alimentaires.

« Le Sénégal aussi, ce n’est pas une petite équipe », précise-t-il. « Ce match est un peu compliqué. Deux égaux jouent. Deux équipes, égales. Dans tous les cas, nous prierons Dieu.

Des garçons jouent au football sur la plage de N'Gor à Dakar.  Pour beaucoup de ceux qui ne vont pas à l'école, ils passent leurs journées avec des amis à jouer au jeu dans la rue ou sur les nombreuses plages autour de Dakar.
Des garçons jouent au football sur la plage de N’Gor à Dakar. Pour beaucoup de ceux qui ne vont pas à l’école, ils passent leurs journées avec des amis à jouer au jeu dans la rue ou sur les nombreuses plages autour de Dakar. Photographie : Guy Peterson

Sur une plage voisine, jeunes enfants et adultes jouent à des jeux de ramassage le long du rivage. Même dans le pire des cas, ils seront de nouveau là lundi, comme d’habitude, la relève Manés, Koulibalys et Gueyes parmi eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*