Dana White ne sera pas punie par Endeavour, UFC pour l’incident de NYE Slapping

[ad_1]

Si vous pensiez que Dana White pourrait disparaître des yeux du public pendant un certain temps après avoir été filmé en train de gifler sa femme le soir du Nouvel An, ce ne sera pas le cas.

Le président de l’UFC a répondu aux questions lors de la journée des médias de l’UFC Fight Night 217 jeudi, se concentrant principalement sur l’incident qui a fait la une des journaux au cours des deux dernières semaines. Au cours de cette session, White a indiqué qu’il ne serait pas puni par l’UFC ou la société mère Endeavour pour l’altercation qui a vu sa femme et lui se gifler pendant leurs vacances à Cabo San Lucas, au Mexique. Selon White, une punition plus importante est de faire face au mépris et à la critique de ses actions cette nuit-là pour les années à venir.

« Quelles devraient être les répercussions ? À vous de me dire. Je prends 30 jours de congé ? En quoi cela me fait-il mal ? White a déclaré (vidéo via MMAFighting.com) « Je vous ai dit les gars quand nous traversions COVID, COVID pourrait durer 10 ans, je pourrais m’asseoir et – vous voyez ce que je veux dire ? C’est un peu comme COVID, en fait. Mon départ blesse l’entreprise, blesse mes employés, blesse les combattants. Cela ne me fait pas de mal. J’aurais pu partir en 2016. Je ne sais pas. Ai-je besoin de réfléchir ? Non, je n’ai pas besoin de réfléchir… J’ai été contre ça. J’ai possédé ceci. Je te dis que je me trompe.

« Mais écoutez, nous avons eu beaucoup de discussions en interne, avec Ari
[Emanuel], ESPN. Personne n’est content. Personne n’est content de ça. Moi non plus. Mais c’est arrivé, et je dois y faire face. Et quelle est ma punition ? Voici ma punition : je dois marcher aussi longtemps que je vivrai – est-ce 10,4 ans, ou est-ce encore 25 ans – et c’est ainsi que je suis étiqueté maintenant. Mon autre punition est que, je suis sûr que beaucoup de gens, que ce soit des médias, des combattants, des amis, des connaissances, qui avaient du respect pour moi, pourraient ne pas avoir de respect pour moi maintenant.

«Il y a beaucoup de choses auxquelles je vais devoir faire face pour le reste de ma vie qui sont bien plus une punition que quoi, je prends une absence de 30 jours, 60 jours? Ce n’est pas une punition pour moi. La punition est que je l’ai fait, et maintenant je dois y faire face.

Bien qu’il y ait eu des appels pour que White démissionne de son poste de président de l’UFC – notamment le California Legislative Women’s Caucus – il y en a eu de nombreux autres qui sont venus à sa défense. White était catégorique sur le fait que personne ne devrait prendre son parti dans cette affaire.

« C’était évidemment une expérience personnelle horrible, et il n’y a aucune excuse pour cela », a déclaré White. « C’est quelque chose avec lequel je vais devoir faire face et vivre pour le reste de ma vie. Et une chose que je veux clarifier avec cette chose dont je n’ai pas parlé sur Oxtero, parce que je ne m’y attendais pas et que je ne l’ai pas vue venir, ce sont les gens qui me défendent. Il n’y a jamais d’excuse. Je suis sûr que vous avez lu certains des mêmes trucs que j’ai vus. Il n’y a aucune défense pour cela, et les gens ne devraient pas me défendre à ce sujet, quoi qu’il arrive. Toutes les critiques que j’ai reçues cette semaine sont justifiées à 100% et je les recevrai à l’avenir.

Lorsqu’on lui a demandé comment il se remettrait de l’incident, White a été franc dans sa réponse.

« Non. Vous ne vous en remettez pas. Vous ne vous en remettez jamais », a déclaré White. « Pour le reste de ma vie, comme je l’ai dit, aussi longtemps que ce soit, les gens vont m’étiqueter comme ça. Je l’ai fait. C’est ça. Je l’ai fait. … Vous ne vous en remettez pas. Vous vous réveillez chaque jour et essayez d’être meilleur que vous ne l’étiez hier, et vous vous assurez que cela ne se reproduise plus jamais. Quelles que soient les mesures que vous auriez à prendre pour vous assurer que vous n’êtes jamais dans cette situation et que cela ne se reproduise plus jamais, c’est ce que je dois faire. Et c’est un fait. Il y a quelques choses dans la vie dont on ne se remet pas, et celle-ci en est une. C’est un fait. »


[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*