Aller à Davos a un coût exorbitant

Un billet de 60 $ juste pour une salade et un soda ?

C’est ce qu’a rapporté David Gelles, journaliste du New York Times, à son arrivée dans la ville suisse qui accueille chaque année le Forum économique mondial (WEF), où se réunissent les élites financières et politiques.

Ce n’est pas la première fois que quelqu’un parle des prix exorbitants de la nourriture, de l’hébergement et d’à peu près tout à Davos pendant la durée du forum. Le rassemblement économique est légendaire en termes d’économie de participation.

Cette année, des rapports ont fait état d’une location de studio-appartement à 2 800 $ la nuit – soit environ 15 000 $ pour un séjour pendant toute la durée du rassemblement, en tenant compte des frais de service et du nettoyage. Dans le passé, on parlait de tout, d’un hot-dog à 43 $ à un cocktail à 16 000 $.

Et cela n’inclut pas le prix d’admission au forum lui-même, qui, selon Bill Browder, un participant régulier, a coûté 250 000 $.

Le Forum économique mondial n’a pas immédiatement répondu à une demande de MarketWatch pour un commentaire sur le prix d’admission.

Reto Branschi, directeur de l’office du tourisme local de Davos, a cependant déclaré à la publication suisse Schweiz am Wochenende que les coûts d’hébergement sont « parfois hors de ce monde », mais il a ajouté que la situation était hors de son contrôle.

« Nous ne pouvons que faire des recommandations et rappeler aux gens que les prix exorbitants mettent en danger l’existence du WEF », a-t-il déclaré.

Il convient de noter que la Suisse n’est pas exactement un endroit bon marché où vivre – ou à visiter même en dehors des périodes de forum. « Le coût d’un voyage en Suisse peut rapidement devenir un fardeau financier », rapporte le site de voyage The World Was Here First.

Pourtant, les prix grimpent clairement à des niveaux exorbitants pendant le forum. Certains essaient de trouver des moyens créatifs de contourner le problème. Michelle Rempel Garner, membre du Parlement canadien qui a assisté au forum, a déclaré un jour qu’elle «gardait les choses réelles à Davos» en achetant un «ham sammich» dans une station-service.

Si rien d’autre, il peut également être utile d’avoir un sens de l’humour sur les prix de Davos.

Gelles, le journaliste du New York Times qui a payé 60 $ pour sa salade et son soda, a noté qu’il était apparemment en train de gagner la réputation d’avoir « un goût cher en Diet Coke ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*