Critique de « My Animal »: Amandla Stenberg dans un thriller de loup-garou Moody Queer

Incontestablement le meilleur film de loup-garou centré sur les femmes tourné au Canada depuis Biscuits au gingembre (2000) – certes pas le domaine le plus compétitif – histoire d’horreur queer sensuelle Mon animal marque un premier long métrage impressionnant et confiant pour plusieurs talents clés. Avant tout, la réalisatrice débutante Jacqueline Castel, déjà réalisatrice expérimentée de courts métrages et de vidéoclips qui a collaboré avec David Lynch et John Carpenter, imprègne ce scénario du premier long métrage de Jae Matthews d’une sensibilité rétro, onirique et rêveuse. (Matthews est également la moitié du groupe électronique Boy Harsher avec Augustus Muller, qui contribue à une bande-son très John Carpenter-esque de drones soutenus et de bourdonnement de basses.)

Dans l’ensemble, l’équipe crée un cadre riche en couleurs pour les jeunes mais à certains égards plus expérimentés. Bobbi Salvor Menuez (J’aime la bite) joue le rôle d’un adolescent loup amoureux vivant dans les bâtons qui regarde Amandla Stenberg (Corps Corps Corps) patineur artistique avec le genre de désir que l’on ne voit que chez les chiens qui regardent des canards en peluche qui grincent. Paramount Worldwide a acquis les droits internationaux (hors Canada) avant la première du film dans la section Midnight de Sundance.

Mon animal

L’essentiel

L’amour à la première bouchée.

Lieu: Festival du film de Sundance (minuit)
Jeter: Bobbi Salvor Menuez, Amandla Stenberg, Stephen McHattie, Heidi von Palleske, Cory Lipman, Joe Apollonio, Charles Halpenny, Harrison Halpenny, Dean McDermott, Scott Thompson
Directeur: Jacqueline Castel
Scénariste : Jae Matthews

1 heure 43 minutes

Quelques coupes de livres sur la lycanthropie et quelques images de loups aux yeux de poisson de style GoPro suffisent ici pour établir la base de l’histoire. Il en ressort que notre héroïne Heather (Menuez), à peine sortie du lycée lorsque l’histoire démarre correctement, est le premier-né du loup-garou Henry (Stephen McHattie), qui tient un restaurant local, et de sa femme humaine Patti ( Heidi von Palleske), alcoolique. En plus de Heather, le couple a également deux fils jumeaux adolescents identiques (Charles et Harrison Halpenny), qui, comme Heather, ont hérité des magnifiques cheveux roux de leur mère mais, à en juger par leur éclat dans les faibles niveaux de lumière, également le lycanthrope de leur père et de leur sœur. la génétique.

Comme le récent centré sur les cannibales Os et tout ou, en remontant un peu en arrière, le long métrage de vampire de Kathryn Bigelow en 1987 Presque sombre, Mon animal aligne sa condition de trope d’horreur avec le statut d’outsider. La suggestion sous-textuelle semble être que ceux qui sont nés de cette façon, comme ceux qui ont des problèmes de dépendance ou peut-être des inclinations LGBTQ+, se retrouvent souvent poussés à la marge par une société qui ne comprend pas leurs besoins ou leurs désirs. Cela dit, Heather sait au moins qui elle est dans tous les sens, et respecte l’habitude familiale de se menotter au lit à la pleine lune alors que, plus secrètement, elle se retrouve excitée par des lutteuses et des culturistes. (Menuez s’identifie comme trans et préfère les pronoms eux/eux.)

Lorsqu’elle voit Jonny (Stenberg), femme de pouvoir vêtue de rose, à la patinoire où elle travaille, Heather est immédiatement séduite. Jonny semble également attirée par Heather, peut-être même sans le savoir elle-même, mais est toujours enfermée dans des relations diversement toxiques avec des hommes. Ceux-ci incluent son père contrôlant (Scott Thompson), avec qui elle joue en duo de patinage dans des tenues assorties de paillettes et de spandex, et un petit ami joueur de baseball voyou, Rick (Cory Lipman).

Mais au fur et à mesure que les deux jeunes femmes commencent à passer plus de temps ensemble, l’attirance se renforce, conduisant à une scène de sexe filmée de manière inventive, tous les angles inclinés et les filtres en gel de couleur primaire qui sont à la fois très chauds mais suffisamment apprivoisés pour rester à l’intérieur des lignes R-rated avec les censeurs. Malheureusement, la pleine lune approche à grands pas et Jonny semble avoir peur de ce que cette nouvelle relation entraînera.

Les deux protagonistes ont une chimie palpable à brûler, et leur relation provisoire touchera un point sensible pour quiconque est tombé amoureux de quelqu’un d’inattendu. Mais l’acte final prend un peu de temps pour aligner ses canards. De plus, malgré le fait que l’écrivain Matthews explique dans les notes de presse que l’histoire a été en partie inspirée par sa propre expérience de deuil, la partie du scénario sur laquelle cette expérience autobiographique correspond ne se croise pas aussi clairement qu’elle le pourrait avec l’amour de base. récit. La fin est extrêmement ouverte, et bien que cela puisse donner au film un peu d’ambiguïté favorable à l’art et à l’essai, certains téléspectateurs peuvent se sentir comme des loups affamés affamés de vraie viande qui ne se voient finalement offrir que des croquettes sèches.

Crédits complets

Lieu : Festival du film de Sundance (minuit)
Avec : Bobbi Salvor Menuez, Amandla Stenberg, Stephen McHattie, Heidi von Palleske, Cory Lipman, Joe Apollonio, Charles Halpenny, Harrison Halpenny, Dean McDermott, Scott Thompson
Distribution : primordiale
Sociétés de production : Photon Films & Crave, Good Movies, Band with Pictures, XYZ Films, Jobpro Productions, Greenground Productions, Vigilante,
Réalisatrice : Jacqueline Castel
Scénariste : Jae Matthews
Producteurs : Andrew Bronfman, Michael Solomon
Producteurs exécutifs : Peter Van Steemburg, Pip Ngo, Todd Brown, Jacqueline Castel, Jae Matthews, Bobbi Salvör Menuez, Amandla Stenberg, Mark Slone, Sarde Hardie, Jonathan Bronfman, Jason Ross Jallett, Aonan Yang, Alireza Khatami, Mark Gingras, John Laing
Directeur de la photographie : Bryn McCashin
Production & costumière : Emma Doyle
Monteurs : Marc Boucrot, Jacqueline Castel
Ingénieur du son : Dean Hurley
Compositeur : Augustus Müller
Superviseur musical : Pier Harrison
Distribution : Melissa A. Smith

1 heure 43 minutes


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*