« Il a besoin d’un prêt »: Ma mère nous a laissé sa maison en Floride, les enfants. Notre frère agit comme si cela n’appartenait qu’à lui. Quel recours avons-nous ?

Cher Quentin,

Ma mère est décédée il y a trois ans et a laissé la maison à mon frère, ma sœur et moi. Le peu qui restait sur son compte bancaire a été réparti entre nous trois.

Notre frère vit toujours dans la maison familiale. Il paie les taxes, les assurances et les services publics pour y vivre. La maison devait être divisée en trois entre nous.

S’il veut continuer à vivre dans la maison, j’ai le sentiment qu’il doit obtenir un prêt sur une juste évaluation pour la maison, et acheter ma sœur et moi.

A quel moment j’en parle ? Il prétend que c’est sa maison, car il vit là-bas, et nous devons donner un préavis lorsque nous y allons pour visiter.

La maison est en Floride, et en ce moment le marché est en hausse. Il n’a pas l’intention de quitter la maison. De quel recours juridique disposons-nous ? Il était l’exécuteur testamentaire.

Merci d’avance pour votre temps.

Bon deuil, sortez

Cher Bon Chagrin,

Plus votre frère est autorisé à y vivre longtemps tout en insistant sur le fait que cette maison lui appartient désormais, plus il sera difficile d’avoir la conversation. Il s’occupe de la maison et paie son entretien, donc ça ne sert à rien de forcer les portes, avec ou sans fourche.

Les lois sur l’intrusion et la possession varient d’un État à l’autre. Vous et votre sœur êtes inscrits sur l’acte de vente, vous êtes donc copropriétaires légaux de cette maison et vous n’avez pas de contrat bailleur/locataire avec votre frère. Soyez prudent et avec les conseils d’un avocat.

Légalement, si vous êtes copropriétaires, vous devriez avoir le droit d’y habiter et/ou de vendre le bien. Il semble que vous ne vous intéressiez pas au premier, mais au second. Vous savez ce que vous voulez, alors je vous suggère de lui rendre visite dès que possible et de lui dire : « Nous devons parler de la maison ».

S’il refuse de coopérer dans un délai convenu, un avocat pourrait émettre une action en partage pour que le tribunal des successions force la vente de la propriété de votre mère. Les impôts fonciers, entre-temps, devraient être payés à même la succession de votre mère et/ou par les trois frères et sœurs.

En Floride, « lorsque deux bénéficiaires ou plus ont droit à la répartition des intérêts indivis dans une propriété, le représentant personnel ou tout bénéficiaire peut demander au tribunal avant la clôture de la succession de partager la propriété », indique la loi sur les successions de l’État.

Si vous lui permettez de payer les taxes et l’entretien, vous vous compliquez la tâche lorsque vient le temps de partager le produit de la succession. Cet arrangement crée également potentiellement plus de mauvaise volonté et de confusion parmi les frères et sœurs quant à savoir qui doit payer quoi.

Entreprendre une action en justice peut être coûteux et prendre du temps. Cela pourrait mettre définitivement fin à votre relation avec votre frère et rendre toute vente difficile, s’il est toujours là et tente de vous refuser l’accès. Vous devez tous vous demander en famille si cela en vaut la peine.

La menace d’une action en justice est un outil puissant et peut être utilisée en dernier recours. Vous voulez que cette maison soit vendue et que le bénéfice soit réparti également entre les trois frères et sœurs. C’est ce que votre mère voulait, c’est ce qui est écrit sur l’acte, et n’importe quel tribunal du pays vous soutiendrait là-dessus.

Yotu peut envoyer un e-mail à The Moneyist pour toute question financière et éthique liée au coronavirus à qfottrell@Oxtero.com, et suivre Quentin Fottrell sur Twitter.

Découvrez le Facebook privé de Moneyist groupe, où nous cherchons des réponses aux problèmes d’argent les plus épineux de la vie. Les lecteurs m’écrivent avec toutes sortes de dilemmes. Posez vos questions, dites-moi ce que vous voulez en savoir plus ou pesez sur les dernières colonnes de Moneyist.

Le Moneyist regrette de ne pas pouvoir répondre aux questions individuellement.

Plus de Quentin Fottrell:

Ma mère m’a exclu de son testament – avant de mourir, mon frère a encaissé sa police de rente, dont j’étais bénéficiaire. Dois-je poursuivre ma famille ?

« Je suis propre et sobre » : mon défunt père m’a légué 25 % de sa succession et mon riche frère 75 %. Mon frère est mort 10 mois plus tard. Dois-je demander sa part à son fils ?

« C’est toujours douloureux » : ma femme, depuis un an seulement, m’a quitté, a pris toutes ses affaires et ne répond pas à son téléphone. Comment protéger mes finances ?


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*