La deuxième vague de licenciements d’Amazon touche des milliers d’employés dans trois États

Plus de 3 000 employés d’Amazon.com Inc. à New York, en Californie et dans l’État d’origine de l’entreprise, Washington, ont récemment été informés qu’ils perdaient leur emploi dans le cadre d’une deuxième grande vague de licenciements massifs dans l’entreprise.

Conformément à la loi, Amazon AMZN,
-1,23%
a déposé des avis de suppression d’emplois auprès des trois États cette semaine et la semaine dernière. Les documents montrent que 2 320 employés ont perdu leur emploi à Seattle et Bellevue, Washington, avec une date d’entrée en vigueur du 19 mars. C’est la même date d’entrée en vigueur pour les 504 employés qui ont perdu leur emploi à divers endroits dans quatre villes de Californie, la plupart d’entre eux dans la ville de Sunnyvale dans la Silicon Valley. Et 299 employés ont été licenciés de différents endroits à New York, à compter du 18 avril.

Le directeur général d’Amazon, Andy Jassy, ​​a déclaré début janvier que l’entreprise licenciait 18 000 employés dans le monde, s’ajoutant au nombre initial de 10 000 licenciements annoncés en novembre. Dans un article de blog annonçant les coupes, Jassy a cité une « économie incertaine et que nous avons embauchée rapidement au cours des dernières années ».

Suivi des licenciements technologiques : Amazon, Google et Microsoft parmi les entreprises qui suppriment des travailleurs

Alors que les documents déposés par la société à Washington et à New York ne divulguent pas les postes supprimés, ceux de Californie montrent que les coupes ont affecté les ingénieurs en logiciel, les gestionnaires de programme, les chercheurs, les scientifiques appliqués, les recruteurs et plus encore.

Le géant de l’Internet n’est que l’une des plus grandes entreprises technologiques qui supprime des dizaines de milliers d’emplois. Plus récemment, la société mère de Google Alphabet Inc. GOOG,
-1.98%

GOOGL,
-2,09%
et Microsoft Corp. MSFT,
-0,22%
annoncé respectivement 12 000 et 10 000 licenciements. Environ 60 000 suppressions d’emplois dans le secteur de la technologie ont été annoncées cette année jusqu’à présent, selon un décompte. Parmi les autres grandes entreprises technologiques qui suppriment des milliers d’emplois, citons la société mère de Facebook, Meta Platforms Inc. META,
-0,09%,
Salesforce Inc. CRM,
-0,65%,
Intel Corp. INTC,
-1,16%
et Cisco Systems Inc. CSCO,
+0,65%

Voir: « C’est un marché d’employeurs »: les licenciements dans le secteur de la technologie ont peut-être transformé la grande démission en grand réengagement

L’action d’Amazon a rebondi jusqu’à présent cette année au milieu des licenciements, gagnant 15,6% en janvier alors que l’indice S&P 500 SPX,
-0,07%
augmenté de 4,7 %. Les actions ont chuté de 49,6 % en 2022, effaçant 834 milliards de dollars de capitalisation boursière, la deuxième plus forte baisse de capitalisation boursière en 2022 sur le S&P 500.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*