La nomination aux Oscars de Jamie Lee Curtis est une victoire pour Gay Hollywood

Comme tous les cinéphiles qui traitent les Oscars comme le Super Bowl, j’ai réglé mon alarme tôt ce matin pour l’annonce annuelle des nominations aux Oscars. J’ai également défini mes attentes pour une autre année de déception. Bien qu’elle ait été nominée pour presque tous les prix précurseurs, je me suis préparé à Jamie Lee Curtis‘ nom à ne pas appeler. Puis, Allison Williams et Riz Ahmed a commencé l’annonce avec les nominés pour Actrice dans un second rôle, et à ma grande joie, Ahmed a annoncé Curtis comme nominé pour sa performance dans Tout partout tout à la fois. Avec sa première nomination aux Oscars, attendue depuis longtemps, Jamie Lee Curtis a finalement brisé la malédiction des Oscars de la diva gay.

VIDÉO COLLIDER DU JOUR

Hollywood a snobé les divas hollywoodiennes approuvées par les homosexuels dans le passé

Image via A24

Au cours des dernières années, il est devenu courant pour l’Académie de négliger des performances comme celle de Curtis malgré leur importance tout au long de la saison des récompenses. Au diable les campagnes For Your Consideration, les divas hollywoodiennes emblématiques approuvées par les homosexuels échouent régulièrement à obtenir un signe de tête. En 2019, Toni Collette ne pouvait pas posséder une nomination pour Héréditaire. En 2020, Jennifer Lopezc’est Hustlers l’agitation n’a pas payé. L’année dernière, Lady Gaga n’a pas réussi à bâillonner l’Académie dans Maison Gucci. Année après année, les gays sont laissés dans le deuil alors qu’une de leurs divas chéries est laissée inaperçue par Oscar.

La déception face à ces oublis ne consiste pas seulement à ne pas voir des divas soutenues de longue date atteindre la gloire des Oscars. Il s’agit également de ne pas voir de reconnaissance pour des performances qui affinent la campiness au niveau de prestige qui, en prime, sont conçues par des femmes ayant une importante stanbase gay. Le camp n’est, par nature, pas une esthétique du sérieux. En fait, de nombreuses performances de camp gagnent leur statut de camp en étant si sérieuses qu’elles reviennent jusqu’au ridicule. Et pourtant, chacune des performances énumérées ci-dessus parvient à marcher sur la corde raide entre la fantaisie exagérée et le réalisme empathique si parfaitement qu’elles sont à la fois plus grandes que nature et terre-à-terre.

Considérez les deux facettes de la performance de Collette dans le rôle d’Annie Graham dans Héréditaire. Sur l’un, Collette communique les profondeurs de la spirale du chagrin alors qu’Annie est sous le choc de la perte inattendue de sa fille. De l’autre, elle dépeint une femme possédée qui fait, lorsqu’elle est extraite de son contexte dans le film, des choses ridicules comme grimper aux plafonds et se couper la tête. Malgré l’exagération du comportement possédé d’Annie, la performance de Collette ne vire jamais trop loin dans l’exagération car elle fonde le personnage avec une véritable résonance émotionnelle.

Bien que jouant dans des films extrêmement dissemblables, Lopez et Gaga réalisent un exploit similaire dans Hustlers et Maison Gucci, respectivement. La performance de Lopez en tant que Ramona et celle de Gaga en tant que Patrizia incarnent la ruse et la confiance de leurs personnages respectifs, ainsi que leur dimensionnalité. De manière significative, chacun de ces personnages est également amorcé pour le registre esthétique du camp à travers leurs costumes et leur coiffure. Les tenues de scène de Ramona et le défilé de perruques de Patrizia poussent leurs personnages à la limite de la fantaisie, mais grâce à leur émotivité, Lopez et Gaga gardent leurs personnages authentiques.

La nomination aux Oscars de Jamie Lee Curtis est une victoire pour Camp

Jamie Lee Curtis en tant que vérificateur de l'IRS Deirdre Beaubeirdre dans Tout partout, tout à la fois
Image via A24

Chacune de ces performances étant négligée, il semblait tout à fait raisonnable que cette malédiction se poursuive. Entrez dans la performance de Curtis en tant que Deirdre Beaubierdre, une inspectrice de l’IRS dont la maîtrise limitée du pouvoir a remplacé sa capacité d’amour. Au registre esthétique, Curtis est prêt pour l’appréciation du camp. Le bob saccadé, le col roulé moutarde et le gilet canari de Deirdre créent un design de personnage instantanément emblématique qui correspond parfaitement à la personnalité de Deidre. Dans l’univers initial du film, Curtis donne vie à Deirdre de manière authentique grâce à une ligne ponctuée, des sourcils froncés et un ton condescendant. Son authenticité fonde les gestes les plus exagérés de son personnage, comme lorsqu’elle aspire de manière hilarante et inattendue une secousse et la jette agressivement dans une poubelle, en respectant magnifiquement la ligne entre le sérieux et le superficiel.

Ce qui rend la performance de Curtis si exceptionnelle, c’est qu’elle est capable d’équilibrer ces facettes de sa performance, peu importe le nombre de versions alternatives de son personnage qu’elle joue dans les univers parallèles du film. Par exemple, dans l’univers des doigts de hot-dog, Curtis parvient à apporter les touches humoristiques nécessaires au scénario, tout en créant une véritable empathie pour son personnage. Il faut une performance magistrale pour faire pleurer le public pendant qu’un personnage joue du piano avec ses orteils, et Curtis affine certainement le ridicule du moment en une véritable émotion. Remerciez les dieux des Oscars que l’Académie ait finalement reconnu une performance de camp aussi finement réglée.

Espérons que la malédiction des Oscars Gay Diva soit brisée pour de bon. C’est peut-être le début d’une nouvelle ère pour les gays qui obtiennent ce qu’ils veulent aux Oscars, comme cinq trophées antidatés de la meilleure actrice pour Neve Campbellou un prix honorifique pour Achievement in Hunty for M3GAN. Le plus important, cependant, est que la nomination bien méritée de Curtis signale que l’Académie reconnaît le travail de femmes qui équilibrent parfaitement la fantaisie et la réalité à l’écran d’une manière qui apporte de la fantaisie à notre réalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*