L’interdiction de Facebook et Instagram de Trump sera levée, annonce Meta

Dans une décision très attendue, Meta a déclaré qu’il autoriserait Donald Trump à revenir sur Facebook et Instagram après une interdiction de deux ans des plateformes pour son comportement en ligne lors de l’insurrection du 6 janvier.

Meta permettra à Trump de revenir « dans les semaines à venir », mais « avec de nouveaux garde-corps en place pour dissuader les récidives », a écrit le président des affaires mondiales de Meta, Nick Clegg, dans un article de blog expliquant la décision.

« Comme tout autre utilisateur de Facebook ou d’Instagram, M. Trump est soumis à nos normes communautaires », a écrit Clegg.

« Dans le cas où M. Trump publierait d’autres contenus violants, le contenu sera supprimé et il sera suspendu pour une durée comprise entre un mois et deux ans, selon la gravité de la violation. »

Trump a été retiré des plateformes Meta à la suite des émeutes du Capitole du 6 janvier 2021, au cours desquelles il a publié des allégations non fondées selon lesquelles l’élection avait été volée, a loué des manifestants de plus en plus violents et a condamné l’ancien vice-président Mike Pence alors même que la foule menaçait sa vie.

Clegg a déclaré que la suspension était « une décision extraordinaire prise dans des circonstances extraordinaires » et que Meta a pesé « s’il reste des circonstances extraordinaires telles que la prolongation de la suspension au-delà de la période initiale de deux ans est justifiée ».

En fin de compte, la société a décidé que ses plateformes devraient être disponibles pour un « débat ouvert, public et démocratique » et que les utilisateurs « devraient pouvoir entendre à nouveau un ancien président des États-Unis et un candidat déclaré à ce poste », il a écrit.

« Le public devrait pouvoir entendre ce que disent leurs politiciens – le bon, le mauvais et le laid – afin qu’ils puissent faire des choix éclairés dans les urnes », a-t-il déclaré.

En règle générale, nous ne voulons pas entraver le débat ouvert sur nos plates-formes, en particulier dans le contexte d’élections démocratiques. Les gens devraient pouvoir entendre ce que disent les politiciens – bons, mauvais et laids – pour faire des choix éclairés dans les urnes. 1/4

– Nick Clegg (@nickclegg) 25 janvier 2023

Bien qu’il ne soit pas clair si l’ancien président recommencera à publier sur la plateforme, sa campagne a indiqué qu’il souhaitait revenir dans une lettre envoyée à Meta en janvier.

« Nous pensons que l’interdiction du compte du président Trump sur Facebook a considérablement déformé et inhibé le discours public », indique la lettre.

Cette décision est susceptible d’influencer la manière dont les autres sociétés de médias sociaux géreront l’équilibre épineux entre la liberté d’expression et la modération du contenu en ce qui concerne les dirigeants mondiaux et d’autres personnes dignes d’intérêt, un débat rendu d’autant plus urgent par la course de Trump à la présidence américaine une fois de plus.

Les défenseurs de la sécurité en ligne ont averti que le retour de Trump entraînerait une augmentation de la désinformation et de la violence dans la vie réelle. Depuis qu’il a été retiré des plateformes appartenant à Meta, l’ancien président a continué à promouvoir ailleurs des théories du complot sans fondement, principalement sur son propre réseau, Truth Social.

« Avec les meurtres de masse au Colorado ou à Buffalo, vous pouvez voir qu’il existe déjà un chaudron d’extrémisme qui ne s’intensifie que si Trump intervient », a déclaré Angelo Carusone, président et chef de la direction de Media Matters for America. « Lorsque Trump reçoit une plate-forme, cela fait monter la température dans un paysage qui mijote déjà – un paysage qui nous mettra sur la voie d’une violence accrue. »

Après les émeutes du 6 janvier, l’ancien président a également été banni de Twitter, Snapchat et YouTube. Certaines de ces plateformes ont déjà permis à Trump de revenir. L’interdiction de Twitter, bien qu’initialement permanente, a ensuite été annulée par son nouveau directeur général, Elon Musk. YouTube n’a pas partagé de calendrier sur une décision d’autoriser le retour de Trump. Trump reste banni de Snapchat.

Meta, cependant, a traîné sa décision finale. En 2021, le PDG Mark Zuckerberg a expliqué dans un message que Trump avait été exclu des plates-formes pour avoir encouragé la violence et qu’il resterait suspendu jusqu’à ce qu’une transition pacifique du pouvoir puisse avoir lieu.

Donald Trump a été suspendu de Facebook et d’Instagram pendant deux ans après l’insurrection du 6 janvier. Photographie : Olivier Douliery/AFP/Getty Images

Bien que Zuckerberg n’ait initialement pas proposé de calendrier pour l’interdiction, la société a annoncé sa décision de le retirer définitivement de son conseil de surveillance : un groupe d’universitaires nommés et d’anciens politiciens censés opérer indépendamment de la direction de Facebook. Ce groupe a décidé en mai 2021 que les sanctions ne devraient pas être «indéterminées», mais a renvoyé la décision finale sur les comptes de Trump à Meta, suggérant qu’il décide dans six mois – deux ans après les émeutes.

La date limite était initialement prévue pour le 7 janvier et des rapports internes à Meta suggéraient que la société débattait intensément de la décision. Clegg a écrit dans un article de blog de 2021 que les comptes de Trump devraient être strictement surveillés en cas de retour.

En annonçant la décision mercredi, Clegg a déclaré que les « garde-fous » de Meta incluraient de prendre des mesures contre le contenu qui ne viole pas directement les normes de leur communauté mais « contribue au type de risque qui s’est matérialisé le 6 janvier, comme le contenu qui délégitimise une élection à venir ou est lié à QAnon ».

Meta « peut limiter la distribution de ces publications et, pour des cas répétés, peut temporairement restreindre l’accès à nos outils publicitaires », a déclaré Clegg, ou « supprimer le bouton de partage » des publications.

Il reste à voir si Trump recommencera réellement à publier sur les plateformes où ses comptes ont été rétablis. Alors qu’il avait initialement suggéré qu’il «resterait sur Truth [Social]», sa propre plate-forme de médias sociaux, des rapports récents ont déclaré qu’il était impatient de revenir sur Facebook, appelant officiellement Meta à rétablir ses comptes. Mais des semaines après son retour sur Twitter, Trump n’avait pas encore tweeté. Certains ont suggéré que le silence était dû à un accord d’exclusivité qu’il avait avec Truth Social.

Un rapport de Rolling Stone a déclaré que Trump prévoyait de recommencer à tweeter lorsque l’accord, qui l’oblige à publier toutes les nouvelles sur l’application six heures avant toute autre plate-forme, expirera en juin. Trump a une portée beaucoup plus large sur les plateformes sociales grand public par rapport à Truth Social, où il ne compte que 5 millions de followers.

De nombreux défenseurs de la sécurité en ligne ont averti que le retour de Trump serait toxique, et les législateurs démocrates de Capitol Hill ont exhorté Meta dans une lettre de décembre à maintenir l’interdiction.

« Pour que Meta maintienne de manière crédible une politique d’intégrité électorale légitime, il est essentiel que votre entreprise maintienne l’interdiction de sa plate-forme contre l’ancien président Trump », indique la lettre. « Sur la base de la propre déclaration de Meta sur les normes permettant à Trump de revenir sur la plate-forme, son compte devrait continuer à être restreint. »

Le compte de Trump est resté en ligne même après son interdiction, mais il n’avait pas été en mesure de publier de nouveaux messages. Mercredi après-midi, il n’avait pas encore posté, mais les groupes de défense des droits civiques affirment que quelles que soient les actions futures de l’ancien président, la décision Meta marque un dangereux précédent.

« Qu’il utilise ou non les plateformes, une réintégration par Meta envoie le message qu’il n’y a pas de conséquences réelles même pour l’incitation à l’insurrection et à un coup d’État sur leurs chaînes », a déclaré un groupe d’universitaires, de défenseurs et d’activistes se faisant appeler le Real Facebook Oversight Board. dans un rapport. « Quelqu’un qui a violé ses conditions de service à plusieurs reprises, diffusé de la désinformation sur ses plateformes et fomenté la violence serait le bienvenu. »


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*