Les espaces verts résidentiels sont associés à un poids à la naissance plus élevé : la recherche a évalué les associations entre l’exposition maternelle aux environnements naturels et les résultats à la naissance dans 11 cohortes de naissance de neuf pays européens

Il existe des preuves scientifiques que l’exposition maternelle aux environnements naturels favorise une croissance fœtale saine. Cependant, les résultats des études à ce jour étaient hétérogènes d’une région à l’autre et il existe très peu de recherches sur les effets des espaces bleus tels que les rivières, la mer ou les lacs. Une nouvelle étude impliquant une équipe de l’Institut de santé mondiale de Barcelone (ISGlobal), une institution soutenue par la Fondation « la Caixa », a évalué les associations entre l’exposition maternelle aux espaces verts et bleus pendant la grossesse et les résultats à la naissance dans 11 cohortes de naissance de neuf Pays européens, dont l’Espagne.

Les résultats de l’étude, publiés dans la revue Environnement International, indiquent que la proximité d’un espace vert résidentiel est associée à un poids à la naissance plus élevé et à une probabilité plus faible d’avoir un bébé petit pour l’âge gestationnel, ou SGA, comme on appelle les nouveau-nés dont le poids à la naissance est inférieur ou égal au 10e centile inférieur. En revanche, une plus grande distance aux espaces verts résidentiels est associée à un poids à la naissance plus faible et à un risque plus élevé de PAG. Les résultats n’ont montré presque aucune association entre l’accessibilité aux espaces verts et l’exposition et l’accessibilité aux espaces bleus.

« Une croissance fœtale saine peut réduire considérablement le risque d’effets indésirables sur la santé, à la fois tôt et plus tard dans la vie », explique Maria Torres, première auteure de l’étude. « Par exemple, les bébés ayant un faible poids à la naissance ou étant SGA pourraient avoir un risque accru de retard de croissance, de QI inférieur et de décès prématuré dans l’enfance, ainsi que d’obésité, de maladies cardiovasculaires et de diabète à l’âge adulte. »

Cette étude, qui fait partie du projet LifeCycle, était basée sur un échantillon de 69 683 nouveau-nés, avec un poids moyen à la naissance de 3,42 kg, dont 6,6 % étaient classés SGA. Pour chaque participant, sept indicateurs d’exposition résidentielle aux milieux naturels ont été calculés : espace vert environnant à moins de 100, 300 et 500 mètres du ménage –calculé à l’aide de l’indice de végétation par différence normalisée (NDVI)-, distance à l’espace vert le plus proche, accessibilité à l’espace vert, distance à l’espace bleu le plus proche et accessibilité à l’espace bleu.

L’équipe de recherche a également évalué la modification potentielle de l’effet selon le statut socio-économique (SSE) et la région d’Europe. Les résultats indiquent des associations plus fortes entre les espaces verts résidentiels et un poids à la naissance plus élevé pour les participants ayant un niveau d’éducation inférieur, issus de zones plus défavorisées et résidant dans la région de l’Europe du Nord.

Les résultats de cette étude sont conformes aux recherches antérieures menées dans diverses régions du monde. Un nombre croissant d’études ont rapporté des associations entre l’exposition maternelle aux espaces verts et un poids à la naissance plus élevé. Cependant, la plupart de ces études ont été menées dans un seul pays avec un climat et un type de végétation particuliers, et les estimations de l’effet différaient d’une région à l’autre. « La capitalisation des données de 11 cohortes de naissance à travers l’Europe nous a permis d’évaluer, pour la première fois, cette association dans différents pays et de mettre en lumière le rôle régional dans cette question », explique Payam Dadvand, chercheur ISGlobal et auteur principal de l’étude.

La recherche a impliqué des personnes des Pays-Bas, du Royaume-Uni, du Danemark, de France, d’Espagne, de Lituanie, de Norvège, d’Italie et de Grèce. Selon les auteurs, les résultats de cette étude pourraient soutenir la mise en place de politiques de promotion des milieux naturels dans nos villes, en commençant par les zones les plus défavorisées. « Avoir des environnements naturels accessibles dans nos villes pourrait être bénéfique pour la santé de nos enfants avant la naissance et au-delà, et cela devrait être pris en compte par les urbanistes », conclut Maria Torres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*