La guerre russo-ukrainienne en un coup d’œil : ce que l’on sait du jour 348 de l’invasion

[ad_1]

  • Le ministre ukrainien de la Défense, sous la pression d’un scandale de corruption, va être réaffecté à un autre poste au gouvernement, a annoncé un proche allié du président Volodymyr Zelenskiy. Oleksii Reznikov sera remplacé par Kyrylo Budanov, chef du renseignement militaire ukrainien. Sa position avait été menacée après qu’il soit apparu que le ministère de la Défense avait payé deux ou trois fois le prix de la nourriture au supermarché pour approvisionner les troupes en première ligne.

  • L’Ukraine se prépare à une éventuelle offensive russe ce mois-ci avant le premier anniversaire de son invasion de l’Ukraine. « Il y a déjà de nombreux rapports selon lesquels les occupants veulent faire quelque chose de symbolique en février pour essayer de venger leurs défaites de l’année dernière », a déclaré le président Volodymyr Zelenskiy dans son discours de dimanche soir. « Nous constatons cette pression accrue dans divers domaines de la ligne de front, ainsi que la pression dans le domaine de l’information. »

  • Kyiv a les réserves pour retenir les forces de Moscou même si les dernières fournitures militaires occidentales n’arriveront pas toutes à temps, Reznikov, a affirmé. « Toutes les armes occidentales n’arriveront pas à temps. Mais nous sommes prêts. Nous avons créé nos ressources et nos réserves, que nous sommes en mesure de déployer et avec lesquelles nous sommes en mesure de contenir l’attaque. Reznikov a ajouté que l’attaque serait pour des raisons « symboliques » mais que ses ressources n’étaient pas prêtes d’un point de vue militaire. « Malgré tout, nous nous attendons à une éventuelle offensive russe en février. Ceci n’est que du point de vue du symbolisme ; ce n’est pas logique d’un point de vue militaire. Parce que toutes leurs ressources ne sont pas prêtes. Mais ils le font quand même », a-t-il dit.

  • La Russie intensifie progressivement ses attaques et se rapproche de la ville orientale de Bakhmut au milieu de violents combats. Reznikov a affirmé que Moscou perdait « 500 tués et blessés chaque jour à Bakhmut » – un chiffre qu’il n’est pas possible de vérifier. Le ministère britannique de la Défense a déclaré que Bakhmut devenait « de plus en plus isolé », dans sa dernière évaluation du renseignement qui notait que la Russie avait désormais les deux routes principales menant à la ville sous la menace de tirs d’artillerie directs, ce qui rendait plus difficile l’approvisionnement des forces de défense dans la ville.

  • L’Iran et la Russie envisagent de construire une usine en Russie qui pourrait fournir plus de 6 000 drones de conception iranienne pour la guerre en Ukraine, selon des informations. Le Wall Street Journal a affirmé que les deux gouvernements vont de l’avant avec leurs plans et qu’une délégation iranienne s’est rendue en Russie en janvier pour visiter le site prévu.

  • Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov est arrivé dimanche en Irak pour des discussions sur la sécurité énergétique et alimentaire en vue du conflit en Ukraine, a déclaré un porte-parole du ministère irakien des Affaires étrangères. Lavrov se rendra également au Mali cette semaine, lors d’un voyage qui, selon le gouvernement de ce pays d’Afrique de l’Ouest, renforcera les liens de défense et de sécurité. Ce sera la première fois qu’un ministre russe des Affaires étrangères se rendra au Mali et cela fait partie des efforts de Moscou pour étendre son influence sur les pays d’Afrique.

  • L’interdiction imposée par l’UE sur les produits pétroliers russes transportés par mer entrera en vigueur lundi. Le bloc des 27 nations interdit les produits pétroliers raffinés russes tels que le carburant diesel et se joint aux États-Unis et à d’autres alliés pour imposer un plafond de prix sur les ventes aux pays non occidentaux. Une interdiction du brut maritime russe est entrée en vigueur le 5 décembre et l’extension aux produits pétroliers signifiera que 70% des exportations russes d’énergie seront désormais soumises à des sanctions. Les produits pétroliers représentent un tiers des exportations pétrolières russes.

  • [ad_2]

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    *