Critique de Gianni Schicchi – Bryn Terfel sur une belle forme frauduleuse dans la comédie noire de Puccini

[ad_1]

Ja dernière collaboration entre le Royal Liverpool Philharmonic et l’European Opera Centre, également basé à Liverpool, est une mise en scène concertante de Gianni Schicchi de Puccini, dirigé par Domingo Hindoyan et mis en scène par Bernard Rozet. Bryn Terfel reprend le rôle de l’opportuniste titulaire, qu’il a chanté pour la première fois à Covent Garden en 2007, tandis que la famille avare Donati, qu’il finit par escroquer, est interprétée par les jeunes chanteurs de l’EOC.

Rozet est gêné par la nécessité de confiner l’action dans une étroite bande d’espace devant l’orchestre, bien que sa direction puisse être astucieuse, la comédie parfois très sombre en effet. Il met à jour l’opéra dans les années 1960, et ses Donatis sont une équipe grotesque qui aurait pu s’éloigner de Fellini ou de Buñuel, essayant à peine même un semblant de chagrin à la mort de Buoso Donati et enjambant ou donnant des coups de pied à son cadavre, qui est jeté au pied. du podium de Hindoyan. Terfel sait que Schicchi les observe avec à la fois ironie et mépris avant de se retourner contre eux, les chassant finalement de la plate-forme pour se réfugier parmi le public. Il a une belle voix, sa performance à la fois très drôle et merveilleusement subtile, menant toujours les jeunes acteurs autour de lui sans jamais les éclipser.

Il y a de beaux chants ailleurs. La volontaire Lauretta d’Anaïs Constans peut être tout à fait la fille de son père : O Mio Babbino Caro est aussi belle que manipulatrice ; plus tard, elle et Rinuccio de Matteo Roma sonnent bien ensemble dans leurs duos. Le camp de Matteo Loi, le pointilleux Betto est exceptionnel, tout comme Zita autoritaire d’Indyana Schneider et Simone dim de Felipe Cudina, mais c’est vraiment un ensemble convaincant où personne ne se trompe vraiment. Hindoyan obtient également le mélange d’esprit et de lyrisme passionné.

Avec le RLPO sur une forme formidable, il préface l’opéra avec des intermèdes et des danses d’autres œuvres de Puccini et de ses contemporains, faisant des favoris familiers tels que Cavalleria Rusticana Intermezzo de Mascagni et la Danse des heures de Gioconda de Ponchielli sonner frais et nouvellement frappés, tandis que le la démoniaque Tregenda du Villi de Puccini est jouée avec une précision et un panache époustouflants.

Gianni Schicchi, Philharmonic Hall, Liverpool, dimanche 12 mars

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*