Revue ‘Moustache’: une comédie humoristique se déroulant dans la communauté pakistanaise-américaine de la Silicon Valley

[ad_1]

Après l’effondrement soudain de la Silicon Valley Bank la semaine dernière, il convient peut-être de noter qu’avec l’échec des prêteurs du secteur technologique et des startups, toute une constellation d’industries associées souffre également. La douleur se répercute dans toute la communauté, touchant des gens comme le propriétaire d’une petite entreprise pakistanaise-américaine et sa famille au centre du long métrage des années 90 d’Imran J. Khan. Moustache.

Bien qu’un tel scénario puisse ne pas sembler tout à fait amusant, Khan trouve l’humour dans les difficultés lorsque son protagoniste musulman de 13 ans est contraint de réadapter sa vie après que ses parents ont pris une décision difficile concernant son éducation. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une comédie typique pour adolescents, Moustache aborde le genre d’un point de vue légèrement humoristique et rafraîchissant, même s’il est un peu plus docile que les plats traditionnels.

Moustache

L’essentiel

Une approche fraîche et amusante d’un genre familier.

Lieu: SXSW Film Festival (Compétition de longs métrages narratifs)
Jeter: Atharva Verma, Alicia Silverstone, Rizwan Manji, Meesha Shafi, Ayana Manji, Melody Cao, Krishna Manivannan, Hasan Minhaj
Réalisateur-scénariste: Imran J. Khan

1 heure 23 minutes

Traversant confortablement la huitième année dans son école musulmane privée de San Jose, Ilyas (Atharva Verma) a une préoccupation bien plus importante que les préoccupations habituelles des adolescents avec ses pairs, ses parents et les fêtes : sa moustache noire et vaporeuse. Cela grandit depuis qu’il a dix ans et bien qu’il n’ait pas encore complètement atteint la puberté, cela devient de plus en plus problématique, suscitant un sentiment de « profond dégoût de soi », comme il décrit assez dramatiquement son niveau d’inconfort. Selon la coutume islamique, il lui est interdit de se raser et ses parents ne sont pas du tout sympathiques à sa situation, alors il est coincé.

Les choses passent d’inconfortables à intolérables lorsque les administrateurs de l’école accusent injustement Ilyas d’avoir commencé une bagarre avec un camarade de classe en réponse à des taquineries incessantes à propos de sa pilosité faciale. Lorsque l’école retire sa bourse en guise de punition, ses parents Asiya (Meesha Shafi) et Hameed (Rizwan Manji), incapables de payer l’intégralité des frais de scolarité alors que l’entreprise de son père vacille à l’approche du crash de la dotcom, décident de l’envoyer à l’école publique. l’école à la place, au grand désarroi d’Ilyas.

Craignant de devenir un «mauvais musulman» après avoir été exposé aux nombreuses influences corrompues de son école publique, Ilyas élabore un plan pour forcer ses parents à revenir sur leur décision en se livrant à un comportement légèrement répréhensible avec les conseils de son nouveau meilleur ami Arun (Krishna Manivannan). Lorsque ses tentatives d’incursion dans la restauration rapide et la musique rap clairement non halal ne parviennent pas à scandaliser suffisamment ses parents, Ilyas a l’idée de simuler une relation avec sa jolie camarade de classe Liz Park (Melody Cao), pleinement convaincu qu’ils ne négligeront pas un interdit. petite amie.

Reconnaissant ses limites, il recrute une vraie fille pour le conseiller sur la stratégie : l’ingénieuse Yasmeen (Ayana Manji) de son école musulmane, qui n’accepte que parce qu’elle a secrètement le béguin. Dans un effort pour faire avancer son plan, Ilyas rejoint avec hésitation la classe de théâtre du lycée enseignée par la professeure de théâtre Miss Martin (Alicia Silverstone) afin qu’il puisse garder un œil sur Liz. Impressionnée par ses performances en classe, elle le recrute bientôt pour passer du temps avec les autres enfants du théâtre, et peu de temps après, Ilyas se rend compte qu’il est tombé dans le piège de sa propre ruse : maintenant, il souhaite vraiment que Liz soit sa petite amie, mais il ne sait pas comment procéder.

Khan fournit un ensemble clair de complications pour Ilyas, y compris un éventail complexe d’exigences et d’interdictions religieuses qui génèrent une grande partie de l’humour du film. Cependant, alors que ses décisions commencent à ressembler à l’hypocrisie des adultes qui perdent rapidement son respect, Ilyas est confronté à la décision d’imiter leur comportement ou de le rejeter.

Verma habite pleinement l’anxiété presque implacable d’Ilyas, illustrée par un langage corporel nerveux et un regard changeant en présence de figures d’autorité et de membres du sexe opposé. En tant que parents, Shafi et Manji fournissent de manière crédible les conseils réfléchis dont un adolescent capricieux a parfois besoin, tandis que Silverstone remplit un rôle principalement fonctionnel qui aurait pu être considérablement élargi.

Une comédie sur le thème de la religion peut être une proposition délicate, même si le ton est principalement respectueux, mais Khan trouve un équilibre satisfaisant entre la satire et la déférence qui est agréable sans trop repousser les limites. Et cela pourrait s’avérer un modèle efficace pour d’autres cinéastes cherchant à explorer des contextes culturels tout aussi complexes avec sensibilité et humour.

Crédits complets

Lieu : Festival du film SXSW (compétition de longs métrages narratifs)
Sociétés de production : MakeSay, Cinereach, Good Movies
Avec : Atharva Verma, Alicia Silverstone, Rizwan Manji, Meesha Shafi, Ayana Manji, Melody Cao, Krishna Manivannan, Hasan Minhaj
Réalisateur-scénariste : Imran J. Khan
Producteurs : Christina Won, Jessica Sittig
Producteurs exécutifs : Christopher Storer, Tyson Bidner, Josh Senior, Andrew Bronfman
Directeur de la photographie : David Robert Jones
Chef décorateur : Alexis DeBad
Costumière : Ginger Martini
Monteur : Harrison Atkins
Compositeur : Dan Romer
Avec : Rebecca Dealy, Melissa A. Smith
Ventes : UTA

1 heure 23 minutes


[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*