Les adultes en bonne santé n’ont pas besoin de rappels COVID annuels, selon les conseillers de l’OMS

[ad_1]

Un groupe consultatif sur les vaccins pour l’Organisation mondiale de la santé a déclaré mardi qu’à ce stade, il ne recommandait pas d’injections de rappel COVID-19 supplémentaires, et encore moins annuelles, pour les personnes à risque faible à moyen de maladie grave. Il a conseillé aux pays de se concentrer sur le renforcement des personnes à haut risque – y compris les personnes âgées, les femmes enceintes et les personnes souffrant de problèmes de santé sous-jacents – tous les six à 12 mois à court et à moyen terme.

Le nouveau conseil contraste avec les plans proposés par la Food and Drug Administration des États-Unis, qui a suggéré de traiter les rappels COVID-19 comme des vaccins annuels contre la grippe dans un avenir prévisible. C’est-à-dire que les responsables de l’agence ont lancé l’idée d’offrir des formulations mises à jour chaque automne, peut-être à tout le monde, y compris les jeunes et en bonne santé.

Dans un point de vue publié en mai dernier dans JAMA, le principal régulateur des vaccins de la FDA, Peter Marks, ainsi que le commissaire de la FDA Robert Califf et la sous-commissaire principale Janet Woodcock, ont fait valoir que les campagnes annuelles de rappel COVID à l’automne, avant les vagues hivernales d’infections respiratoires, telles que comme la grippe, le COVID-19 et le VRS — empêcherait les systèmes de soins de santé d’être submergés. Et ils ont spécifiquement abordé la possibilité de vacciner les personnes à faible risque.

« L’avantage de donner des vaccins de rappel COVID-19 supplémentaires à des personnes par ailleurs en bonne santé âgées de 18 à 50 ans qui ont déjà reçu une primo-vaccination et une première dose de rappel n’est pas susceptible d’avoir un effet aussi marqué sur l’hospitalisation ou le décès que dans les autres populations à un risque plus élevé », ont écrit les responsables de la FDA. « Cependant, les vaccinations de rappel pourraient être associées à une réduction de l’utilisation des soins de santé (par exemple, les visites aux urgences ou aux centres de soins d’urgence). »

Lors d’un point de presse mardi, les conseillers de l’OMS ont qualifié l’avantage de stimuler les personnes à risque faible ou même moyen « en fait assez marginal » et ont suggéré que les pays pourraient revenir en arrière en offrant une série de vaccinations primaires contre le COVID-19 aux enfants et adolescents en bonne santé à faible risque en fonction du pays. -conditions et ressources spécifiques.

Contexte et limites

Ces recommandations mises à jour « reflètent qu’une grande partie de la population est soit vaccinée, soit déjà infectée par le COVID-19, ou les deux », a déclaré Hanna Nohynek, présidente des groupes consultatifs de l’OMS, appelés SAGE pour le Groupe consultatif stratégique d’experts sur la vaccination. Mais les directives mises à jour du conseiller « soulignent à nouveau l’importance de vacciner les personnes encore à risque de maladie grave, principalement les personnes âgées et celles souffrant d’affections sous-jacentes, y compris avec des rappels supplémentaires », a-t-elle ajouté.

Plus précisément, le SAGE de l’OMS a pris en compte les groupes à haut risque : les personnes âgées ; les jeunes adultes présentant des comorbidités importantes, telles que le diabète et les maladies cardiaques ; les personnes de 6 mois et plus atteintes de maladies immunodéprimées, telles que les personnes vivant avec le VIH et les receveurs de greffe ; les femmes enceintes ; et les agents de santé de première ligne.

Pour ces groupes à haut risque, le SAGE a recommandé un rappel supplémentaire 6 à 12 mois après leur dernier, compte tenu des conditions épidémiologiques actuelles. Les conseillers ont noté que les conseils sont « limités dans le temps » pour la situation actuelle, et non pour des prises de vue annuelles ou semestrielles à offrir à perpétuité. Le scénario et les recommandations globales pourraient changer en fonction de nouvelles variantes plus virulentes ou de futures baisses de la propagation du COVID-19, par exemple.

Déjà, le Royaume-Uni et le Canada ont offert des rappels de printemps COVID-19 aux groupes à haut risque, y compris les personnes âgées et celles qui ont des maladies immunodéprimées. Jusqu’à présent, la FDA n’a pas indiqué qu’elle ferait de même.

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*