Light the Beam: comment les Kings ont mis fin à la plus longue sécheresse des séries éliminatoires du sport américain

[ad_1]

Jvoici les outsiders, et puis il y a les apparemment maudits. Ces franchises qui mènent une existence de sisyphe, dans laquelle elles sont toujours la cible de plaisanteries. Jusqu’à cette saison, les Sacramento Kings pouvaient être décrits comme ces derniers. Plusieurs équipes qui ont été fondées plus récemment ont un pourcentage de victoires pire, mais les Kings ont le plus de pertes de l’histoire de la NBA, avec juste au nord de 3 200. Alors que les experts ont généralement approuvé leurs mouvements hors saison l’été dernier, peu auraient prédit que Sacramento serait troisième de la Conférence Ouest fin mars, brisant la plus longue sécheresse des séries éliminatoires dans les quatre principales ligues sportives américaines. Ce ne sont pas les Sacramento Kings de ta mère. Alors, comment ont-ils renversé la vapeur ?

Une grande balançoire

Il est assez rare que des franchises historiquement sous-performantes et mal gérées prennent de grandes oscillations et les voient fonctionner (voir la poussée des puces des Timberwolves du Minnesota sur Rudy Gobert). Et les Kings ont fait face à une bonne dose de recul lorsqu’ils ont envoyé leur jeune meneur de jeu stellaire Tyrese Haliburton aux Indiana Pacers pour le grand homme Domantas Sabonis. Mais c’était l’un des événements les plus rares où l’échange capital a non seulement fonctionné pour les Kings, mais a semblé être un gagnant-gagnant pour les deux parties. Haliburton est en plein essor sur les Pacers, et Sabonis a atteint l’objectif des Kings de débloquer la pierre angulaire de leur franchise, le meneur de jeu De’Aaron Fox.

La chimie entre les deux est électrique, et Fox a déclaré que Sabonis était le meilleur metteur en scène avec lequel il ait jamais joué. Après des années de critiques pour sous-performance, il semble que tout ce dont Fox avait vraiment besoin était un colistier mieux adapté et un casting de soutien. Et un changement de décor s’est également avéré fructueux pour Sabonis, le plongeant dans la conversation pour All-NBA. Cela l’a également fait atterrir dans une équipe qui terminera dans le top trois de leur conférence pour la première fois de sa carrière.

Un grand entraîneur

Les grands entraîneurs de la NBA sont, à bien des égards, aussi bons que leurs joueurs. Mais il est également vrai que même les listes les plus talentueuses peuvent facilement perdre l’intrigue sans un grand capitaine pour diriger le navire. Et Mike Brown a fourni un leadership compétent et impressionnant cette saison.

Brown a mené les Kings à une saison offensive de tous les temps : ils ont actuellement une note offensive fumante de 118,9, qui, si elle se maintient, serait le meilleur chiffre pour une saison depuis que de tels chiffres ont été suivis. Oui, encore mieux que l’attaque « nous n’avons jamais rien vu de tel auparavant » des Nets de Kyrie Irving, James Harden et Kevin Durant (118,3).

Brown, qui fait partie des entraîneurs de la NBA depuis les années 1990, a gagné bon nombre de ses galons offensifs au sein du personnel de Steve Kerr dans la baie avec les Golden State Warriors (une équipe qui n’est pas étrangère aux prouesses offensives record elles-mêmes). Lorsqu’il a pris le poste de Sacramento l’année dernière, beaucoup se sont demandé pourquoi un entraîneur avec le curriculum vitae de Brown voudrait diriger une équipe avec autant de bagages institutionnels. Mais, clairement, il a vu un potentiel sérieux que beaucoup d’autres n’ont pas vu. En conséquence, Vegas a actuellement Brown comme favori pour l’entraîneur de l’année, et c’est bien mérité.

Le casting de soutien

Le couple Sabonis-Fox est brillant, mais le basket-ball est un sport d’équipe, et les Kings ont prouvé qu’ils possédaient également un bon casting de soutien sournois. Kevin Huerter, qui a toujours été une menace du périmètre mais n’était pas nécessairement un élément fondamental des Atlanta Hawks, est en feu depuis son arrivée à Sacramento cette saison. Malik Monk a fait tourner les têtes pendant son mandat avec une équipe des Lakers de Los Angeles en difficulté la saison dernière, mais ils n’ont finalement pas voulu le payer, et il a trouvé une maison parfaite sur ces Kings exubérants et rapides. Le front office a reçu beaucoup de critiques pour avoir passé Jaden Ivey de Purdue en faveur de Keegan Murray de l’Iowa lors du repêchage de l’année dernière, et bien que les résultats à long terme n’aient pas encore été confirmés, Murray a été tout sauf un échec. Même Harrison Barnes, un vétéran souvent négligé, a marqué en moyenne 15 points par match cette saison.

« Allumer le faisceau »

Les fans de Sacramento sont l’un des groupes les plus dévoués et les plus enthousiastes du sport depuis un certain temps. Les 16 années les plus longues de la ligue avaient été stupéfiantes depuis que les Kings avaient fait les séries éliminatoires, mais les fans du Golden 1 Center ont résisté à la tempête jusqu’à ce que la sécheresse se termine mercredi soir. En capitalisant sur cela, et dans l’un des plus grands coups de génie marketing de l’histoire récente du sport, les Kings ont commencé à envoyer un énorme faisceau de lumière violet du haut de leur arène après chaque victoire, et la campagne Light the Beam est née. Bien sûr, les Kings étaient déjà destinés à être l’une des histoires de bien-être de l’année – Vegas les avait avec une cote comique de +25 000 pour remporter la division Pacifique avant la saison – et tout le monde aime un outsider. Mais l’éclat de la campagne Light the Beam ne peut être sous-estimé. Son exultation est contagieuse et il a créé l’un des slogans les plus accrocheurs de la NBA depuis les guerriers « We Believe ».

Serait-ce encore un choc si les Kings remportaient le championnat cette année ? Bien sûr, surtout parce que leur attaque historique s’accompagne d’une défense assez horrible. Mais c’est certainement possible. Et briser une sécheresse en séries éliminatoires qui remonte à près de 20 ans avec l’avantage du terrain à domicile n’est pas à négliger. Ce fut un long et sombre hiver de médiocrité (et parfois pire) à Sacramento. Mais cette année, le Golden 1 Center s’illumine positivement. Allumez le faisceau, en effet.


[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*