Voûte vide : le marchand d’argent doit payer 146 millions de dollars en cas de 500 000 pièces manquantes

[ad_1]

Lorsque les enquêteurs sont entrés dans le coffre-fort où Robert Higgins a affirmé qu’il gardait un demi-million de pièces d’argent de ses clients, tout ce qu’ils ont dit avoir trouvé était des boîtes vides remplies de reconnaissances de dette.

Les enquêteurs de la Commodity Futures Trading Commission affirment que le coffre-fort vide était le résultat d’une escroquerie complexe de location de pièces dans laquelle Higgins a affirmé qu’il achetait et stockait des pièces American Eagle, mais a plutôt empoché des dizaines de millions de dollars d’argent d’investisseurs.

Lundi, la CFTC a annoncé que deux entreprises dirigées par le marchand de pièces de monnaie de 68 ans avaient été condamnées par un juge fédéral du Delaware à payer 146 millions de dollars en dédommagement et en amendes. La décision a également ordonné la fermeture des entreprises, Argent Asset Group LLC et First State Depository Company LLC, et interdit à Higgins de travailler à nouveau dans l’industrie des matières premières.

Higgins fait face séparément à des accusations criminelles fédérales pour fraude, évasion fiscale et parjure.

Un message laissé à un avocat représentant Higgins dans l’affaire portée par la CFTC n’a pas été immédiatement renvoyé.

Selon des documents judiciaires, l’escroquerie remontait à 2014 et s’est poursuivie jusqu’en 2022, au cours de laquelle plus de 200 investisseurs auraient été escroqués sur 113 millions de dollars en argent qu’ils avaient donnés à Higgins, prétendument pour acheter des pièces d’argent.

L’escroquerie aurait attiré des clients grâce à une offre frauduleuse de location de pièces d’argent appelée le «programme Maximus». Les investisseurs ont été convaincus d’acheter les pièces en argent pur d’une once émises par la US Mint via Argent, puis de les stocker dans un coffre-fort du Delaware géré par First State Depository.

Le «programme Maximus» offrirait alors aux clients un paiement de location pouvant atteindre 20 cents par pièce pour donner à Argent le droit de les utiliser pour des ventes à court terme avec la garantie que les pièces seraient remplacées.

Les enquêteurs disent que rien de tout cela ne semble s’être produit, même s’il n’était pas tout à fait clair si Higgins avait déjà acheté des pièces pour les clients comme il l’avait promis ou s’il ne les avait tout simplement jamais remplacées une fois qu’elles avaient été prêtées.

Après le dépôt de la plainte CFTC en 2022, le tribunal a ordonné à un administrateur de reprendre l’opération. Lorsque les enquêteurs sont entrés dans le coffre-fort, ils ont découvert que plus de 500 000 pièces d’argent et 9 000 pièces d’or qui étaient censées s’y trouver étaient en fait manquantes. À leur place se trouvaient des rangées et des rangées de boîtes attribuées aux clients qui ne contenaient guère plus que des reconnaissances de dette, selon des documents judiciaires.

Les enquêteurs disent que Higgins a trompé ses clients en leur envoyant de faux relevés mensuels, puis en s’arrêtant lorsque certains cherchaient à racheter leurs dépôts. Ils disent également que Higgins a affirmé que les pièces étaient toutes assurées, mais que la police qu’il avait était insuffisante pour couvrir la valeur des pièces qu’il prétendait stocker.

Des documents judiciaires liés à l’affaire pénale indiquaient que Higgins avait parfois affirmé que ses entreprises avaient subi de lourdes difficultés financières et qu’il avait du mal à rembourser les prêts qu’il avait contractés en utilisant des pièces de monnaie comme garantie.

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*