« Lady Bird » n’est pas le premier film de Greta Gerwig – This Awkward Romance Is

Greta Gerwig et Joe Swanbergc’est Nuits et week-end s’ouvre sur une scène de sexe maladroite qui élimine les clichés des nombreux qui l’ont précédée en faveur de la capture de chaque détail du processus. La caméra semble d’abord inconfortablement voyeuriste avant de réaliser, combien de scènes de ce genre sont si compromettantes ? Combien de fois dans une scène de sexe avez-vous vu deux personnes tâtonner pour enlever leurs vêtements d’hiver, couche par couche, enlever leurs chaussettes une à la fois et essayer de trouver une position qui fonctionne ? Malgré la nudité graphique et les longs plans, ce n’est pas sexy, mais c’est honnête.


Nuits et week-end permet au public de savoir dès le départ que le film ne parle pas d’amour au sens large, ni même de relations à distance, mais du lien entre ces deux individus et personne d’autre. Il n’y a pas d’éclairage tamisé, pas de musique pour renforcer l’érotisme, et la caméra reste majoritairement statique pendant toute la durée des ébats amoureux du couple. À plus d’un titre, cette scène donne non seulement le ton pour le reste du film, mais sert de test décisif pour savoir si le spectateur trouvera le film dans son ensemble superflu ou un portrait profondément tendre d’une relation jeune et généreuse mais finalement vouée à l’échec.


De quoi parle « Nuits et week-ends » ?

Image via des films IFC

Nuits et week-end suit deux jeunes dans la vingtaine, Mattie (Gerwig) et James (Swanberg) alors qu’ils naviguent dans les pièges d’une relation à distance défaillante. On nous donne peu d’informations sur les deux et leur vie en dehors de la relation. Ce qui serait autrement considéré comme une information accessoire ne concerne pas les cinéastes car ils semblent plus intéressés par ce qui est et non par ce qui devrait être ou ce qui était. Lors du premier visionnage, le film semble quelque peu incomplet, mais lors d’un visionnage ultérieur, il permet une interprétation ouverte de leur vie de famille, de leur carrière et de leur formation. Cela donne aux personnages une belle table rase sans aucun bagage pour faire tomber le film ou les personnages.

Il a tous les ingrédients d’un film Mumblecore et est souvent classé comme tel, mais il n’y a pas un seul plan dans le film qui manque d’intention dans son montage, sa construction ou son éclairage. C’est beaucoup moins plat que beaucoup dans le genre, offrant de très beaux clichés nocturnes de Chicago dans ce qu’il a de plus glacial. Regarder le drame de la vie quotidienne se dérouler d’une manière aussi nette et sans prétention attire le spectateur d’une manière que les derniers effets chargés Rapide furieux le film n’est tout simplement pas capable de faire, malgré le nombre de fois qu’on nous rappelle ce que sont ces films vraiment à propos de. Nuits et week-end capture la tension et la délicatesse des relations comme le font peu de films de tous genres, prenant des conversations qui sont à la surface sur rien et les transformant en un jeu d’échecs en 4 dimensions d’insécurités, de torts passés, de désir et de mauvaise communication. Peu de choses sont plus fascinantes que de regarder se dérouler le réseau complexe qu’est la communication interpersonnelle, et Nuits et week-end le fait avec élégance et efficacité, sachant quand et pourquoi couper et où s’attarder.

CONNEXES: Narnia et Netflix ont besoin de Greta Gerwig, pas l’inverse

« Nights and Weekends » montre la voix unique de Greta Gerwig

Greta Gerwig comme Mattie et Joe Swanberg comme James dans Nights and Weekends (2008)
Image via des films IFC

Alors que la performance de Swanberg est indéniablement vulnérable, Gerwig vole vraiment la vedette. Des deux, elle est la plus naturaliste et la plus convaincante. Il y a plusieurs moments d’abandon apparemment pur quand elle semble oublier qu’il y a un appareil photo. Les moments capturés par le film sont rarement représentés à l’écran, surtout en ce qui concerne la pression qui accompagne une relation à distance. Une de ces scènes se produit dans la première moitié du film (qui est aussi la meilleure moitié) dans laquelle Mattie, déçue que James agisse trop sérieusement, déclare hilarante : « Je ne réponds pas au plaisir sarcastique ! ». Alors qu’en surface, cela semble être juste un moment bizarre, il est immédiatement suivi par un Mattie désemparé, pleurant sous la pluie, alors que James gronde avec frustration « J’en ai marre que tu pleures toujours quand les choses ne sont pas parfaites ». Pour tous ceux qui ont vécu une relation à distance, des moments comme ceux-ci sont profondément véridiques, révélant à quel point il est facile et courant pour deux personnes amoureuses d’avoir leurs rythmes désynchronisés.

Cela montre également qu’en tant qu’actrice, Greta Gerwig était prête à faire des compromis émotionnels dans ses performances, risquant de ne pas paraître aussi sympathique à tous ceux qui regardaient. Ce n’est pas la fille excentrique « cool » typique, elle a toujours été plus franche dans ses performances sur son expérience que la fille hipster cliché typique. Même lorsqu’elle ne joue pas, elle a toujours risqué que son double à l’écran soit profondément antipathique dans la poursuite de la vérité. Dans Dame Oiseau, Saoirse Ronan, qui joue essentiellement un personnage inspiré de Gerwig à l’adolescence, est parfois prétentieuse et profondément égoïste, mais on ne peut pas s’empêcher de l’aimer malgré elle car la plupart d’entre nous étaient prétentieux et égoïstes au lycée (ou du moins nous connaissions quelqu’un qui l’était). Gerwig a une façon d’évoquer l’empathie des aspects les moins agréables de la personnalité de ses personnages. Ses personnages sont souvent à la fois sincères et ironiques. Elle porte des robes d’hôtel comme une blague mais essaie également de séduire son ex en le faisant.

Même si les deux personnages centraux sont sans doute les protagonistes, le film semble beaucoup plus intéressé par le développement et l’agitation intérieure de Mattie. Il y a plusieurs scènes où elle est sur le point de s’effondrer, la caméra est toujours là pour capturer quand elle le fait. Quand elle réalise enfin que la relation a suivi son cours, il y a une vague de paix qui déferle dans les dernières minutes, et le personnage émotionnellement rabougri de James gère l’interaction finale du couple avec moins de grâce. La façon dont elle réconforte James avant de quitter sa vie dans un avenir prévisible reflète sa gestion froide et enfantine de ses moments de vulnérabilité émotionnelle dans un épilogue charmant et subtil de toute leur relation. Nuits et week-end est la preuve que dès le début, Greta Gerwig avait une compréhension profonde du comportement humain et un amour encore plus profond pour les gens dans leur forme la plus brute, honnête et peu aimable.

La grande image

  • Nuits et week-end dépeint des moments intimes de manière réaliste, en se débarrassant des clichés pour capturer la maladresse et la nature maladroite des scènes de sexe. C’est honnête, pas sexy.
  • Le film se concentre uniquement sur la connexion entre les deux personnages centraux, mettant en valeur leur fragile relation à distance sans distractions. Pas d’éclairage tamisé ni de musique.
  • La performance de Greta Gerwig vole la vedette, avec son portrait naturaliste et convaincant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*