Le patron de BP, Bernard Looney, va démissionner après avoir omis de révéler ses liens avec ses collègues

[ad_1]

Le directeur général de BP doit démissionner moins de quatre ans après le début de son mandat après avoir admis qu’il n’avait pas réussi à détailler pleinement ses relations avec ses collègues.

Bernard Looney, qui a passé toute sa carrière chez BP, va quitter immédiatement la société de 88 milliards de livres sterling, dans un geste surprise. Mardi soir, la société a informé les investisseurs que Looney « n’a pas fourni de détails sur toutes les relations et reconnaît qu’il était obligé de faire une divulgation plus complète ».

La société a déclaré que Looney avait divulgué « un petit nombre de relations historiques avec des collègues avant de devenir PDG » lors d’un examen l’année dernière, déclenché par des informations provenant d’une source anonyme.

À cette époque, aucune violation du code de conduite de l’entreprise n’avait été constatée. Cependant, BP a déclaré que son conseil d’administration « avait demandé et obtenu des assurances de la part de M. Looney concernant la divulgation de ses relations personnelles passées, ainsi que de son comportement futur ».

D’autres allégations ont été faites récemment et une enquête, impliquant un conseiller juridique externe, est en cours. BP a déclaré : « M. Looney a informé aujourd’hui la société qu’il reconnaît désormais qu’il n’a pas été totalement transparent dans ses révélations précédentes.

« L’entreprise a des valeurs fortes et le conseil d’administration s’attend à ce que chacun dans l’entreprise se comporte conformément à ces valeurs. On attend de tous les dirigeants en particulier qu’ils agissent comme des modèles et qu’ils fassent preuve d’un bon jugement de manière à gagner la confiance des autres. »

Murray Auchincloss, directeur financier de la société, dirigera l’entreprise par intérim.

Looney a grandi dans une ferme laitière en Irlande et a rejoint BP en 1991, à l’âge de 21 ans, peu de temps après avoir étudié l’ingénierie électrique à Dublin. Cet homme de 53 ans a ensuite occupé des postes dans les opérations de BP en mer du Nord, au Vietnam et au Mexique, et a pris la direction de la division amont en 2016.

Il a pris la direction de l’entreprise en 2020 et a rapidement défini l’ambition pour BP de « devenir une entreprise nette zéro d’ici 2050 ou avant ». Looney s’est engagé à développer les activités de l’entreprise dans des domaines à faibles émissions de carbone, notamment les énergies renouvelables et la recharge des véhicules électriques.

Cependant, il a subi la pression d’investisseurs qui souhaitaient que BP se concentre sur ses activités pétrolières et gazières et de militants écologistes exhortant l’entreprise à s’éloigner plus rapidement des combustibles fossiles.

Plus tôt cette année, Looney a été critiqué par des groupes environnementaux après avoir revu à la baisse ses ambitions climatiques tout en annonçant que ses bénéfices annuels avaient plus que doublé pour atteindre 28 milliards de dollars (23 milliards de livres sterling) en 2022 après une forte augmentation des prix du gaz liée à la guerre en Ukraine. ses gains.

Le départ de Looney, rapporté pour la première fois par le Financial Times, marque un changement de garde au sein des deux plus grandes sociétés énergétiques britanniques. Wael Sawan a pris la direction de Shell, son rival de BP, en janvier.

Looney a reçu près de 10 millions de livres sterling en salaires et en actions l’année dernière, une décision qui a été qualifiée de « coup de pied dans les dents » pour les consommateurs luttant contre la crise du coût de la vie.

BP a déclaré mardi qu’aucune décision n’avait été prise concernant la rémunération de Looney après sa démission.

Dans une démarche inhabituelle pour un directeur général du FTSE 100, Looney publie des mises à jour régulières sur Instagram, y compris une photo de lui à Downing Street avec l’ancien Premier ministre Boris Johnson et des clichés du début de sa carrière, notamment la signature de sa lettre d’acceptation de poste en 1991.

Au cours de sa carrière chez BP, l’entreprise a dû faire face au scandale dévastateur de Deepwater Horizon, la marée noire de 2010 dans le golfe du Mexique qui a menacé l’avenir de l’entreprise.

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*