Le vaccin contre le RSV pendant la grossesse obtient l’approbation saisonnière du CDC

[ad_1]

Un vaccin Pfizer conçu pour protéger les nouveau-nés et les nourrissons contre les maladies graves causées par le VRS a remporté vendredi une recommandation des Centers for Disease Control and Prevention, mais uniquement pour une utilisation saisonnière.

Le vaccin est le vaccin bivalent RSVpreF de Pfizer, appelé Abrysvo, et est administré aux femmes enceintes tard dans la gestation, entre 32 et 36 semaines.

Le RSV, ou virus respiratoire syncytial (sin-SISH-uhl), est la principale cause d’hospitalisation des nourrissons aux États-Unis. Chaque année, 1,5 million d’enfants recherchent des soins ambulatoires pour le VRS, 58 000 à 80 000 finissant à l’hôpital et 100 à 300 mourant tragiquement de l’infection.

Le comité consultatif du CDC sur les pratiques d’immunisation a voté vendredi à 11 voix contre 1 en faveur de la recommandation limitée pour le vaccin, qui, dans un essai clinique, s’est révélé efficace à 91 pour cent pour prévenir le VRS grave au cours des trois premiers mois de la vie d’un bébé et à 76,5 pour cent contre maladie grave au cours des six premiers mois. Il a démontré une efficacité de 57 pour cent dans la prévention des hospitalisations au cours des six premiers mois.

Le vaccin semble effectivement augmenter le taux de naissances prématurées par rapport au placebo, mais cette augmentation n’est pas statistiquement significative.

En fin de compte, le comité a recommandé que le vaccin soit utilisé de manière saisonnière, entre septembre et janvier, pour protéger les bébés nés entre octobre et mars, lorsque la transmission du VRS atteint généralement son maximum. (Il existe une exception pour les personnes enceintes qui vivent dans une région des États-Unis où le RSV circule toute l’année, comme à Hawaï et à Gaum.)

Pour les femmes enceintes dont l’accouchement est prévu entre février et août, le vaccin n’est pas recommandé. Au lieu de cela, ces bébés auront la possibilité de recevoir un vaccin par anticorps monoclonal par Sanofi, appelé nirsevimab (Beyfortus), disponible pour se protéger contre le RSV à l’approche de la transmission saisonnière. Il a été démontré que l’anticorps est efficace à environ 80 pour cent pour prévenir les formes graves du VRS sur cinq mois.

La seule voix dissidente au sein du comité du CDC était celle d’Helen Keipp Talbot, professeur de médecine à l’Université Vanderbilt, qui a remis en question la complexité de la recommandation et la nécessité d’une autre option, compte tenu de la disponibilité de l’anticorps. Mais d’autres membres ont souligné les avantages de disposer de deux options.

Peu de temps après le vote du comité consultatif, la directrice du CDC, Mandy Cohen, a approuvé la recommandation.

« C’est un autre nouvel outil que nous pouvons utiliser cet automne et cet hiver pour aider à protéger des vies », a déclaré Cohen dans un communiqué. « J’encourage les parents à discuter avec leur médecin de la manière de protéger leurs tout-petits contre les maladies graves causées par le VRS, en utilisant soit un vaccin administré pendant la grossesse, soit un vaccin contre le VRS administré à votre bébé après la naissance. »

Les deux options sont proposées à des prix élevés. Pfizer prévoit de facturer 295 dollars pour son injection et Sanofi vend le vaccin monoclonal pour 495 dollars.

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*