Luis Díaz de Liverpool et son père réunis pour la première fois après leur enlèvement

[ad_1]

Le joueur de Liverpool Luis Díaz a retrouvé son père, enlevé fin octobre dans le nord de la Colombie par une unité d’un groupe de guérilla et libéré la semaine dernière.

Des photographies publiées sur le compte X de la Fédération colombienne de football, anciennement Twitter, montrent l’attaquant et son père, Luis Manuel Díaz Jiménez, en train de s’embrasser. Avec le message «Bienvenue à la maison Luchooo», la Fédération a annoncé l’arrivée de l’aîné Díaz à Barranquilla, où l’équipe nationale colombienne affrontera le Brésil jeudi.

Le 28 octobre, des hommes armés à moto ont kidnappé les parents de Díaz dans une station-service de la petite ville de Barrancas. Sa mère, Cilenis Marulanda, a été secourue en quelques heures par la police qui a établi des barrages routiers autour de la ville de 40 000 habitants, située près de la frontière entre la Colombie et le Venezuela.

Après l’enlèvement, des forces spéciales ont été déployées pour rechercher le père de Díaz dans une chaîne de montagnes à cheval sur la Colombie et le Venezuela. La police a également offert une récompense pour les informations qui le menaient.

Les parents de Luis Díaz ont été arrêtés au cours de négociations de paix entre le gouvernement colombien et un groupe de guérilla. Photographie : Fédération colombienne de football/AFP/Getty Images

On ne savait pas au départ qui avait commis l’enlèvement. Le gouvernement colombien a ensuite annoncé qu’il disposait d’informations selon lesquelles une unité de l’Armée de libération nationale, ou ELN, en était responsable. Le groupe a par la suite reconnu l’enlèvement, affirmant qu’il s’agissait d’une erreur et que ses plus hauts dirigeants avaient ordonné la libération du père.

Les parents de Díaz ont été arrêtés au cours des négociations de paix entre le gouvernement colombien et la guérilla. Les autorités ont arrêté quatre suspects au cours du week-end.

Le Bureau du Médiateur colombien estime qu’entre janvier 2022 et septembre 2023, les groupes armés ont procédé à 160 enlèvements et à 121 libérations.

ignorer la promotion de la newsletter précédente

Après la libération du père de Díaz, la délégation gouvernementale pour les pourparlers de paix a exigé dans un communiqué que l’ELN libère immédiatement toute personne qu’elle « a encore en captivité » et mette fin à sa pratique des enlèvements. « Il n’est pas viable d’affirmer, d’un point de vue éthique, que le commerce avec des êtres humains est légal, même dans les conditions d’un conflit armé », peut-on lire dans le communiqué.

[ad_2]

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*