La Haute Cour conteste la loi britannique anti-manifestation « constitutionnellement sans précédent »

Une nouvelle loi permettant à la police de poser plus facilement des conditions aux manifestations pacifiques est « constitutionnellement sans précédent » et illégale, selon une plainte déposée auprès de la Haute Cour de Londres.

La contestation judiciaire du Conseil national des libertés civiles, également connu sous le nom de Liberty, vise à faire annuler les réglementations controversées, étant donné ce que le groupe de défense décrit comme les conséquences draconiennes pour les droits fondamentaux.

L’ancienne ministre de l’Intérieur, Suella Braverman, a utilisé les soi-disant pouvoirs Henri VIII du gouvernement pour abaisser le seuil permettant à la police d’imposer des restrictions aux manifestations, en l’autorisant là où il n’y a qu’un obstacle « plus que mineur » à la vie quotidienne des gens.

Le changement, par le biais d’un instrument statutaire des Lords, est intervenu après que la chambre a rejeté le même changement, proposé des mois plus tôt dans une nouvelle loi sur l’ordre public très débattue et scrutée. Les pairs ne votent normalement pas par convention contre les instruments réglementaires.

Selon les avocats de Liberty, la manière dont les règlements auraient été adoptés de force par le Parlement « représente une tentative constitutionnellement sans précédent de la part de l’exécutif d’obtenir par la porte dérobée, par le biais de lois déléguées, ce qu’il n’a pas pu réaliser par la voie législative ». le devant ».

Aucune justification raisonnable n’a été fournie pour recourir à un instrument réglementaire pour modifier la loi, affirme-t-on, et les personnes susceptibles d’être affectées n’ont pas été suffisamment consultées.

Katy Watts, avocate chez Liberty, a déclaré : « Nous voulons tous vivre dans une société où notre gouvernement respecte les règles, mais ce gouvernement a fait à maintes reprises le contraire. Les actions du précédent ministre de l’Intérieur consistant à introduire clandestinement des lois rejetées en sont un exemple particulièrement flagrant.

« La formulation de la nouvelle loi gouvernementale est si vague que tout ce qui, selon la police, causerait « plus qu’un trouble mineur » pourrait faire l’objet de restrictions. Cela a de graves conséquences sur le droit de chacun de défendre les valeurs en lesquelles il croit.

« Ces lois avaient été rejetées par le Parlement quelques mois seulement avant que le ministre de l’Intérieur de l’époque ne les présente. Il est choquant de voir le gouvernement ignorer de manière si flagrante nos freins et contrepoids démocratiques vitaux, et nous sommes déterminés à ne pas laisser cela rester.

« Notre action en justice vise à mettre un terme au mépris de la loi par ce gouvernement et à garantir que personne – y compris nos politiciens – ne soit au-dessus de la loi. Il est essentiel qu’ils ne puissent pas s’en sortir impunément.»

Dans le règlement sur les manifestations entré en vigueur le 14 juin, les obstacles ou retards « plus que mineurs » sont inclus dans la définition de « perturbation grave », qui est le seuil à partir duquel la police peut imposer des conditions à une manifestation en vertu de la loi sur l’ordre public de 1986.

La police est également autorisée à prendre en compte l’effet cumulatif des manifestations répétées pour décider si le seuil a été atteint.

Le gouvernement a déclaré que les réglementations sont une tentative de lutter contre les activités de Just Stop Oil et d’Extinction Rebellion, et que le langage autour des obstacles « plus que mineurs » reflète celui d’autres nouvelles infractions de « verrouillage » et de « tunnelisation ».

Les changements ont néanmoins été rejetés par la Chambre des Lords en février par 254 voix contre 240 lorsqu’ils ont été proposés sous forme d’amendements lors de l’adoption du projet de loi sur l’ordre public 2023, pour ensuite réapparaître dans un instrument réglementaire.

Les réglementations introduites par de tels moyens, appelés pouvoirs Henri VIII en référence à la préférence du monarque pour légiférer directement par proclamation, sont soumises à un examen parlementaire minimal et décidées sur la base du « tout ou rien » sans amendement.

Entre 1950 et 2017, seulement 0,01 % du nombre total d’instruments de ce type déposés devant le Parlement ont été rejetés.

La contestation judiciaire de Liberty fait référence au soutien des commentaires du comité d’examen des lois secondaires des Lords, qui avait été suffisamment alarmé pour avertir ses pairs des « questions constitutionnelles » et leur a déclaré qu’il n’était « au courant d’aucun exemple de cette approche adoptée dans le passé ».

La contestation judiciaire a déclaré qu’il ne pouvait pas être juste que le Parlement soit « traité comme ayant fourni [the] exécutif avec un chèque en blanc pour abaisser le seuil applicable par la porte dérobée et ainsi sanctionner une plus grande ingérence de la police dans les réunions et manifestations publiques ».

La consultation du gouvernement se serait également limitée à une table ronde présidée par le Premier ministre avec le Conseil national des chefs de la police, la police métropolitaine et les commissaires de police et de criminalité des forces de police dont les domaines comprennent la M25 et les autoroutes nationales.

Le ministère de l’Intérieur n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*