L’accaparement des terres de Maduro en Guyane est un stratagème cynique pour conserver le pouvoir au Venezuela | Éditorial de l’Observateur

[ad_1]

Dans un conflit obscur entre le Venezuela et la Guyane, son voisin beaucoup plus petit, qui suscite des discussions irresponsables sur la guerre, certaines choses sont claires. La première est que Nicolás Maduro, le président autoritaire d’extrême gauche du Venezuela, a délibérément ravivé les tensions sur cette question à des fins politiques personnelles.

L’impopulaire Maduro, qui a succédé à son mentor charismatique, le défunt socialiste révolutionnaire Hugo Chávez, en 2013, fera face l’année prochaine à des élections qu’il perdra probablement, si elles sont libres et équitables. L’attisation cynique du sentiment nationaliste et patriotique est un refuge familier pour les voyous qui manquent de meilleurs moyens de gagner des votes.

Il semble également clair que le conflit, centré sur le contrôle de la région d’Essequibo dans l’ouest de la Guyane, une zone peu peuplée de la taille de la Grèce qui constitue environ les deux tiers du territoire guyanais, porte principalement sur le pétrole. En 2015, le géant pétrolier américain ExxonMobil a découvert un vaste gisement au large des côtes du Guyana, en grande partie dans sa zone économique exclusive.

Cette découverte a porté les réserves pétrolières estimées du Guyana à environ 11 milliards de barils. Le Venezuela possède également d’énormes réserves de pétrole, mais la mauvaise gestion, les sanctions, le sous-investissement et la corruption ont réduit la production. Maduro a clairement les yeux rivés sur l’opération lucrative ExxonMobil.

On ne peut pas non plus prétendre, malgré ce qu’affirme Maduro, que la situation juridique concernant Essequibo n’est pas claire. La région a été attribuée à la Guyane en 1899 après un arbitrage international mené par les États-Unis, la Russie et la Grande-Bretagne, à une époque où la Guyane britannique était une colonie.

Le Venezuela a toujours contesté cette décision, se disant victime d’un coup monté impérial. Mais il est tenu par un traité de 1966 selon lequel tout désaccord doit être réglé de manière « pratique, pacifique et satisfaisante ». En 2018, à la demande du Guyana, l’ONU a porté le différend devant la Cour internationale de justice, qui est en train de l’examiner.

Le levier utilisé par Maduro pour ressusciter cette question comme une cause populaire célèbre a été le référendum. Il a été demandé aux citoyens de rejeter unilatéralement le processus de la CIJ, de déclarer Essequibo partie intégrante du Venezuela et d’étendre la citoyenneté obligatoire à ses habitants anglophones. Le gouvernement prétend que le vote a été majoritairement favorable mais, comme c’est l’habitude dans le Venezuela de Maduro, les chiffres ont presque certainement été manipulés. Armé de ce faux mandat, qui rappelle les tactiques russes dans l’est de l’Ukraine, Maduro a mobilisé des troupes et pris d’autres mesures menaçantes comme prélude possible à l’invasion et à l’annexion.

Le président du Guyana, Irfaan Ali, a lancé un appel à l’aide aux États-Unis, à l’ONU et à ses voisins régionaux. En réponse, l’administration Biden a promis un soutien indéfectible, et les patrouilles aériennes militaires américaines ont augmenté, le Brésil a placé les forces frontalières en alerte et la Grande-Bretagne, simple spectatrice malgré ses anciennes responsabilités coloniales, a déclaré que les provocations de Maduro étaient « injustifiées ».

Il se peut que cette réaction soit exactement ce que Maduro, faux champion des masses, espérait provoquer, afin de renforcer sa position nationale et ses références anti-impérialistes. Comme le dit le président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva, la dernière chose dont le monde et l’Amérique du Sud ont besoin en ce moment, c’est d’une autre guerre. Les experts régionaux estiment qu’il est peu probable que la confrontation conduise à un conflit total, étant donné que cela nuirait probablement au régime fragile de Maduro. Mais le problème sous-jacent demeure.

Ce problème n’est pas celui d’Essequibo, de la gueule de bois coloniale ou de l’avidité pour le pétrole. Le problème fondamental est Maduro, dont le règne de dix ans a manqué dès le départ de légitimité démocratique. Il a commencé à ordonner l’arrestation de personnalités de l’opposition, notamment des assistants de campagne de la principale candidate probable aux élections de l’année prochaine, María Corina Machado, prétendument pour avoir traîtreusement conspiré contre le référendum d’Essequibo.

Tant que Maduro reste au pouvoir, la paix et la prospérité pour les Vénézuéliens et leurs voisins resteront hors de portée.

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*