Rishi Sunak n’a aucun but. Il est temps de déclencher des élections | Éditorial de l’Observateur

Une autre semaine, une autre crise au sein du parti conservateur. Cette fois, cela a été motivé par la démission du ministre de l’Immigration, Robert Jenrick, qui a affirmé que la législation d’urgence de Rishi Sunak pour mettre en œuvre son projet d’envoyer par avion des demandeurs d’asile au Rwanda était un « triomphe de l’espoir sur l’expérience ». Les factions conservatrices rivales auraient passé le reste de la semaine à préparer des amendements opposés au projet de loi lorsqu’il sera présenté aux Communes mardi. Il s’agit de la dernière manifestation de la faiblesse d’un gouvernement déchiré par des divisions internes, dirigé par un Premier ministre sans objectif stratégique autre que celui de maintenir la cohésion de son parti et de son mandat.

Il s’agit d’une crise provoquée par Sunak lui-même. Il s’agit d’un Premier ministre non élu, sans mandat, sans programme cohérent et sans réponse aux profonds défis auxquels le pays est confronté, depuis la faiblesse de la productivité et la faible croissance jusqu’à l’état désastreux des services sociaux et la crise climatique. Dénué de substance et craignant le verdict probable du pays sur la période de plus en plus misérable de son parti au pouvoir, il est déterminé à faire de la réduction des migrations un champ de bataille électoral clé.

Il y a deux aspects à cela : premièrement, les niveaux record de migration nette sont le produit des propres politiques de Sunak. La migration est élevée principalement parce qu’après le Brexit, le gouvernement a considérablement libéralisé le régime migratoire pour les personnes venant travailler au Royaume-Uni avec des visas de travailleur qualifié, réduisant les seuils salariaux et les compétences requises, en particulier pour les emplois en pénurie tels que le travail de soins. Quatre visas de travailleurs qualifiés sur dix sont désormais attribués à des soignants ; six sur dix aux travailleurs du secteur de la santé en général.

Au lieu d’investir dans les compétences, les niveaux de qualification et la rémunération du personnel national de santé et de protection sociale pour réduire les pénuries de personnel, le gouvernement cherche simplement à inverser sa propre politique et à rendre plus difficile pour les gens de venir ici pour combler ces lacunes ; la semaine dernière, le ministre de l’Intérieur, James Cleverly, a annoncé que le gouvernement augmenterait considérablement le seuil de salaire minimum pour les visas de travailleurs qualifiés, avec l’exemption de ceux pour les soins de santé et les services sociaux, empêcherait les personnes venant au Royaume-Uni pour travailler dans les domaines de la santé et des services sociaux d’apporter leur enfants avec eux et aussi, de manière significative, doubler le revenu minimum que les citoyens britanniques doivent gagner pour parrainer leur conjoint ou leurs enfants pour des visas familiaux. Ces politiques réduiront la migration nette, mais à quel coût humain ? Rien de tout cela ne touche au cœur des problèmes fondamentaux de l’économie britannique : des pénuries de compétences à moyen terme, mais aussi une population vieillissante qui, à long terme, crée un choix entre des taux d’imposition plus élevés pour les citoyens en âge de travailler ou une augmentation de la population active par la migration. .

Le deuxième axe du programme migratoire de Sunak concerne les demandeurs d’asile : Sunak s’est engagé à « arrêter » les petits bateaux transportant des personnes à travers la Manche pour demander refuge au Royaume-Uni. Ces mouvements sont notoirement difficiles à empêcher ; S’il souhaitait réellement réduire les pertes tragiques en vies humaines dans la Manche, il pourrait tenter de négocier un accord de retour avec la France en échange de l’accueil d’un nombre convenu de demandeurs d’asile.

Au lieu de cela, il a inexplicablement attaché sa fortune à un projet visant à détenir tous les demandeurs d’asile à leur arrivée au Royaume-Uni et à les expulser vers un pays tiers sûr dans le but de dissuader les gens de faire la traversée, malgré les preuves suggérant un effet dissuasif. l’effet serait minime. Le seul pays avec lequel le gouvernement a conclu un accord était le Rwanda ; mais le mois dernier, la Cour suprême a jugé qu’il serait illégal d’expulser des demandeurs d’asile vers ce pays car ils risqueraient d’être renvoyés dans leur pays d’origine où ils seraient persécutés ou soumis à des traitements inhumains.

Le plan farfelu de Sunak pour contourner la Cour suprême est un projet de loi d’urgence qui désigne le Rwanda comme étant sûr malgré le jugement des tribunaux britanniques et fait abstraction de la loi sur les droits de l’homme aux fins de la législation. Les experts juridiques estiment toujours que cela constituerait une violation du droit international et pourrait donc être contesté devant la Cour européenne des droits de l’homme. Mais le projet de loi permet aux ministres d’ignorer toute mesure provisoire émise par l’EHCR en vertu du droit national.

Il s’agit d’une tromperie malhonnête, qui non seulement compromet la séparation des pouvoirs entre le Parlement et les tribunaux, mais qui dépend également du manquement du Royaume-Uni à ses obligations en vertu du droit international. Tout cela pour un projet qui, même s’il se réalisait, et il semble très improbable que le projet de loi survive à son adoption par les Lords avant les élections, conduirait à l’expulsion d’au plus une poignée de personnes vulnérables, même si le gouvernement doit détenir de façon permanente des dizaines de personnes. des milliers de demandeurs d’asile, à grands frais pour le contribuable.

Il est inimaginable que Sunak en ait fait un engagement déterminant de son mandat de Premier ministre. Il a divisé son parti, entre ceux comme Jenrick et l’ancienne ministre de l’Intérieur Suella Braverman, qui souhaitent que le projet de loi aille encore plus loin en éliminant toute forme de contestation de l’expulsion, et ceux de son aile plus modérée, à juste titre consternés par son mépris pour la politique internationale du Royaume-Uni. obligations. Il s’agit d’une querelle fabriquée sur quelque chose qui ne fera aucune différence substantielle pour le Royaume-Uni ou le bien-être de ses citoyens : une posture politique du même vieux parti conservateur qui a implosé à cause d’un Brexit dur, qui a porté atteinte de façon permanente au potentiel économique de la Grande-Bretagne. Il s’agit d’un gouvernement pourri dirigé par un Premier ministre incapable de gouverner et totalement inapte à relever les énormes défis auxquels nous sommes confrontés. Le pays ne peut plus se permettre d’attendre plus longtemps des élections générales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*