Le fabricant de jouets Hasbro licencie 1 100 personnes alors que les fêtes de fin d’année ne parviennent pas à augmenter ses ventes

[ad_1]

Le fabricant de jouets derrière les figurines Monopoly, Play-Doh et Transformers licencie 1 100 employés alors que les ventes médiocres traînent dans la période des fêtes.

Hasbro va réduire ses effectifs de près d’un cinquième, après avoir déjà supprimé 800 postes plus tôt cette année. Le groupe a souligné qu’il prenait cette décision, annoncée à peine deux semaines avant Noël, comme « un dernier recours ».

Chris Cooks, son directeur général, a décrit cette décision comme un « levier que nous devons actionner pour maintenir Hasbro en bonne santé » après que les difficultés rencontrées au cours des trois premiers trimestres de 2023 se soient poursuivies au quatrième. L’entreprise se prépare également à ce que ces « vents contraires » persistent en 2024.

« Bien que nous soyons confiants dans l’avenir de Hasbro, l’environnement actuel exige que nous fassions plus, même si ces choix sont parmi les plus difficiles que nous ayons à faire », a écrit Cooks dans un e-mail adressé au personnel vu par le Guardian. Son message a été rapporté pour la première fois par le Wall Street Journal.

« Je sais que cette nouvelle est particulièrement difficile pendant la période des fêtes », a-t-il reconnu, ajoutant qu’on « n’a pas caché à quel point c’est dur, en particulier pour les employés directement concernés ».

Son combat contraste avec le succès de son rival Mattel, renforcé par la sortie à succès de Barbie, basée sur sa poupée. Alors que les actions de Mattel ont augmenté de près de 6 % cette année, les actions de Hasbro ont chuté de plus de 21 % en raison d’un ralentissement des ventes.

Cooks a déclaré : « Nous sommes entrés en 2023 en nous attendant à une année de changement, y compris des mises à jour importantes de notre équipe de direction, de notre structure et de la portée de nos opérations. Nous nous attendions à ce que les trois premiers trimestres soient difficiles, en particulier dans le secteur des jouets, où le marché vient d’atteindre des sommets historiques liés à la pandémie.

« Bien que nous ayons réalisé des progrès importants au sein de notre organisation, les vents contraires que nous avons constatés au cours des neuf premiers mois de l’année se sont poursuivis jusqu’aux fêtes et persisteront probablement jusqu’en 2024. »

[ad_2]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*